Édition de Langrune-sur-Mer                                                                                                                                                                                                             Édition du 16 au 29 avril 2017
LANGRUNE s/ MER

Canton de Douvres-La Délivrande

Les habitants de la commune sont des Langrunais, Langrunaises

Février 1945  -  Coup double.  -  Un grand nombre de jeunes chasseurs font usage, paraît-il, dans leurs tentatives cynégétiques, de fusils de guerre voire de mitraillettes moins dangereuses pour le gibier que pour les ouvriers travaillant aux champs.

Saisi du fait, le Comité Départementale de Libération a émis le vœu que ces chasseurs, pris en flagrant délit, soient immédiatement dirigés sur le front afin d’utiliser leurs talents de tireurs d’élite.  

 

Février 1945  -  Chi va piano…...  -  Le fameux train ouvrier Caen-Luc-Courseulles a de nouveau pulvérisé tous ses records !  En effet le départ de vendredi soir (18 h. 15 de la Gare-État) eut lieu…. Samedi 2h. du matin ! Avec passage à la station de l’avenue de Creully à 4 h.,  à Douvres à 5 h. et arrivée à Courseulles vers 5 h. 45 ! Tout simplement ! Sinistrés caennais, relogez-vous sur la Côte de Nacre : tout confort, ravitaillement surabondant et surtout, transports rapides !…..  

 

Février 1945  -  Le renouvellement des cartes d’alimentation.  -  Les consommateurs qui n’auraient pas fait renouveler leur carte aux dates fixées pour leur secteur sont invités à le faire jusqu’au 19 février. 

 

Février 1945  -  Voici le sel !  -  Une distribution de 250 grammes de sel est prévue en faveur de tous les consommateurs du département contre remise du ticket DC de la feuille de denrées diverses de janvier.

 

Février 1945  -  Ne conservez pas de matériel militaire.    Le public est averti de la nécessité pour l’armée de renter d’urgence en possession des appareils d’optique et surtout des appareils de pointage des pièces d’artillerie qui peuvent être encore actuellement détenus par des civils. Ces appareils sont indispensable pour doter l’armée française de l’artillerie qui lui manque.

Il importe que chacun fasse son devoir, en déposant d’urgence à la mairie le matériel d’optique qu’il détient.

 

Mars 1945  -  Les zones de relogement.  -  Un arrêté préfectoral dispose que dans les communes de Courseulles, Bernières-sur-Mer, St-Aubin-sur-Mer, Langrune, Douvres, Luc, Lion, Hermanville, Colleville, Ouistreham-Riva-Bella, Merville-Franceville, Cabourg, Dives, Houlgate, les immeubles à usage d’habitation actuellement vacants et ceux qui viendront à l’être sont réservés, en priorité, pour le logement des réfugiés et sinistrés du département, des services publics, des employés et ouvriers devant participer aux travaux de reconstruction.

Tant que ce but n’est pas atteint, il est interdit aux personnes domiciliées hors du département d’occuper, même temporairement, un immeuble dans l’une quelconque des localités ci-dessus visées si leur profession ou leur fonction n’exige pas leur présence dans cette commune.

 

Juin 1945  -  Plus d’autocars sur la digue Caen-Courseulles.  -  En raison de la pénurie de pneumatiques, un train vapeur est substitué au service Caen-Luc-Courseulles par autocar , à partir d’aujourd’hui vendredi 15 juin. Tous les services de la ligne Caen-Luc-Courseulles seront donc exclusivement assurés par trains vapeur à partir de cette date.     (Source B.N)  

 

Juin 1945  -  Automobilistes et motocyclistes attention !  -  Bon nombre d’automobilistes persistent à utiliser leur véhicule les dimanches et fériés pour la promenade. A l’heure où les services essentiels à la vie du pays manquent de carburant, de tels faits ne peuvent être tolérés. La suspension de l’autorisation de circuler ou la réquisition du véhicule autorisé a déjà sanctionné ces infractions.

Le préfet rappelle que des sanctions sans appel continueront à être prise contre les contrevenants. (Source B.L.)

 

Juin 1945  -  La question du relogement.  -  Tous les logements actuellement disponibles ou susceptibles de le devenir doivent être signalés à la mairie de falaise (service du relogement), ainsi que tous les immeubles réparés ou en voie de réparation. Aucune affectation ou location ne devra être consentie par le propriétaire qu’après autorisation de la mairie.  (Source B.-L.)

 

Juillet 1945  -  Le scandale de l’épuration doit cesser.  -  Le Comité Départemental de Libération Nationales du Calvados, réuni le 20 juin, « profondément ému des conditions dans lesquelles s’effectue l’épuration, et indigné que tous ses efforts restent vains, a décidé de confier à ceux qui ont le droit de parler plus que tout autre, après leurs souffrances, les déportés rescapés des camps d’extermination, la mission d’assainir le département en faisant cesser le scandale de l’épuration. En conséquence, tous les dossiers seront transmis à une assemblée de déportés, constituée par la Fédération Nationale des  Déportés qui entreprendra une action énergique ».

En s’effaçant, le C.D.L. ne renonce pas à l’épuration, il souligne au contraire, par son geste, la nécessité plus impérieuse que jamais de celle-ci. Il donne aussi aux déportés, non un moyen de représailles qu’ils refuseraient d’ailleurs, mais une mission de salubrité qui leur revenait à bon droit.

Comme lui, faisons leur confiance pour exiger, avec toute la force que leur donne les épreuves qu’ils ont subies, saine et prompte justice.  (Source B.-L.)

 

Juillet 1945  -  Les plages minées interdites aux estivants.  -  M. Dautry, d’accord avec le ministre de l’intérieur, va signer incessamment un décret interdisant toutes les plages minées  aux estivants, et ce d’une manière absolue, en raison du danger qu’elles recèlent du fait des minages qui ont été effectués un peu partout par les troupes allemandes.

 Le ministère de la Reconstruction fera connaître au jour le jour les endroits du littoral où les déplacements sont autorisés. Pas de colonies de vacances au bord de la mer. M. Dautry a également annoncé que 400 000 d’engins ont été enlevés dans les régions minées et que l’on espère arriver à en extraire 2 000 000 par mois. Il a enfin fait connaître que 80 000 ouvriers au département et que l’on logera dans des baraques provenant des anciens camps anglais de D.C.A. et des camps militaires suisses, seront envoyés dans le Calvados pour travailler à la reconstruction.  (Source B.-L.)

 

Juillet 1945  -  Nos fusils de chasse….  -  Des formules d’enquête relatives aux armes et munitions déposées à la mairie par ordre des autorités allemandes, peuvent être retirées, 16 rue Pasteur (bureau des renseignements).  (Source B.-L.)

 

Août 1945  -  Vœu relatif à l'attribution de Croix de la Légion d'Honneur.  -   Le Conseil général du Calvados salue le courage admirable des cultivateurs des régions sinistrées qui ont remis leurs terres en cultures au péril de leur vie.

Dépourvus de personnel, de matériel, d'engrais, de semences, de cheptel et de fourrages, consentant à vivre avec leurs familles sur des terres minées, dans des fermes en ruines et dans des conditions d'inconfort indescriptibles, ils ont, par leur attachement à la terre, leur ténacité et leur conscience professionnelle donné à la France l'exemple des qualités nécessaires à son redressement.

Le Conseil général du Calvados émet le vœu que les meilleurs d'entre eux soient l'objet d'une citation élogieuse de la part du Gouvernement et que quelques croix de la Légion d'Honneur soient réservées pour leur témoigner l'admiration et la reconnaissance qui leur sont dues. Nous le transmettrons à M. le Préfet, le vœu est adopté.  

 

Août 1945  -  Les réquisitions allemandes.  -  Les personnes qui, sur l’ordre des allemands, ont déposé des pneumatiques, batteries et armes, peuvent retirer à la mairie les imprimé nécessaires à la confection de leur dossier. (Source B.L.)

 

Septembre 1945  -  Renflouement des épaves.  -  Les épaves à relever :  1 aviso allemand de 800 t. de déplacement ; 1 remorqueur de Rouen ; 6 chalands ou péniches ; 1 bigue plus divers bateaux de pêche, yachts etc.. au total : 46 épaves. Les plus gênantes, au nombre de 18 sont renflouées et ce travail sera terminé en 1946.  

Septembre 1945  -  Adduction d'eau pour besoins agricoles, hygiène rurale.  -  Toute commune doit avoir une adduction d'eau potable. Des points d'eau pour besoins agricoles doivent être établis partout où il est nécessaire.

L'hygiène rurale nécessite l'installation de bains douches communaux, de terrains de sports, de dispensaires de consultations de nourrissons, de gouttes de lait dans toute agglomération de plus de 1 000 habitants. Les locaux scolaires devront répondre aux données de l'hygiène moderne.

Septembre 1945  - La suppression de la région.  -  Considérant que la région est une création de Vichy qui constitue un intermédiaire inutile et coûteux entre le département et le pouvoir central.

Considérant que ladite région ne répond pas à la situation économique et sociale des départements qui la composent : le Calvados, la Manche et l'Orne n'ayant pas les mêmes intérêts que la Seine Inférieure et l'Eure.

Considérant que cette anomalie se retrouve dans la plupart des régions. Tout en rendant cependant hommage à la personnalité du commissaire régional,

Le conseil général demande la suppression de la région pour les motifs ci-dessus.

 

Octobre 1945  -  La Plage.  -  En raison des mines sur les plages du Calvados, les estivants sont toujours interdits. Ces mines ont déjà fait plusieurs victimes.

 

Novembre 1945  -  Ouverture des charcuteries certains jours par semaine..  -  Le Conseil général émet le vœu que les charcuteries soient ouvertes les mardi, mercredi et jeudi au lieu des jeudi, vendredi et samedi, ces deux derniers jours étant ceux de l'ouverture des boucheries.

Cette modification aurait l'avantage de faciliter le ravitaillement de la population qui s'en trouve dépourvue du samedi au jeudi.

 

Juillet 1946  -  Les Mines.  -  le Calvados était le département le plus miné de France. Les travaux de déminages sont pratiquement terminés, mais les démineurs ont payé un lourd tribut en pertes humaines.

 

Janvier 1947  -  Un grave incendie.  -  En l’absence de la propriétaire qui s’était rendue chez sa fille, Mlle Clérisse, demeurant dans le même quartier, un incendie s’est déclaré au domicile de Mme Jéhanne, rue de la Mer. L’alarme fut donnée par des voisins qui aperçurent une épaisses fumée s’échappant des fenêtres de l’immeuble. Par l’intermédiaire d’une  poutre aboutissant derrière une cheminée, le feu qui s’était communiqué au plancher du second étage menaçait de prendre des proportions inquiétantes. Une armoire pleine de linge s’abattit en flammes sur un autre meuble situé à l’étage inférieur.

Appelés téléphoniquement, les pompiers de Caen, sous les ordres du lieutenant Plot, s’employèrent à combattre le sinistre dont ils se rendirent maîtres après une heure et demie  d’efforts. 

 

Juin 1947  -  Un jour férié;  -  La journée du 6 juin est fériée dans le Calvados et la Manche.

 

Septembre 1947  -  Un Crime.  -  Aux premières heures de la matinée, on a découvert sur la plage entre Langrune et Luc à proximité du lieu dit «  Le Moulin de Luc », le cadavre d’un homme portant une plaie béante à la tête. Les gendarmes de la Délivrande ne devaient pas tarder à identifier l’individu, un nommé André Cruvelier, 34 ans, platrier, demeurant chez une  dame Heissat, à Luc. Près du corps de la victime, on retrouva l’arme du crime, un fragment d’arbre de transmission d’avion que l’assassin s’était procuré dans un entrepôt de ferrailles voisins. Les déclarations recueillies auprès de quelques habitants apprenaient aux enquêteurs que Cruvellier avait consommé au café Villeroy, à Langrune, en compagnie de deux  camarades de Luc, Louis Romains et René Lelièvre. Interrogé, ce dernier affirma qu’en compagnie de Romain il avait quitté Cruvellier en complet état d’ivresse non lion de la propriété Knell. Au domicile de Romain, les gendarmes découvraient des chaussures et un pantalon tachés de sang.  C’en fut assez pour appréhender le propriétaire qui était déjà parti travailler sur un chantier de Pont-l’Evêque. Ramené à Luc, Romain a passé des aveux, précisant qu’après s’être séparé de Lelièvre, il était revenu sur ses pas et avait assommé Cruvellier endormi et jeté son cadavre sur la plage. Ce crime crapuleux a rapporté à l’assassin une centaine de francs, Romain a été écroué à la prison de Caen.

 

Février 1948  -  Toujours l'hiver.  -  La fin de l'hiver se montre très rigoureuse dans le Calvados. La neige qui recouvre les ruines leur donne un aspect surprenant.

 

Juin 1949  -  5ème Anniversaire.  -  Pour le 5ème anniversaire du débarquement, le Maréchal Montgomery préside les cérémonies sur les plages du débarquement britannique.

 

Mars 1950  -  Attention aux mines.  -   Un garçon de 13 ans est déchiqueté par l’explosion d’une mine antichars. Plusieurs heures de recherches ne permettront de recueillir que  quelques débris humains.

 

Avril 1950  -  N° d'immatriculation.  -   Le 1er, apparition des nouveaux numéros d’immatriculation chiffrés : « 14 » pour le Calvados, au lieu de « CT ».

 

Février 1952  -  Suppression du train.  -   Après le service voyageurs, le trafic marchandise est supprimé le 1er sur la ligne Caen - Courseulles.

 

Novembre 1957  -  La tempête.  -  Dans la nuit du 3 au 4, avec des vents à 122,4 km/h.

 

Janvier 1960  -  Gel et neige  -  19.5°, 10 à 30 cm de neige partout, avec des congères de 1,5 à 2 m formées par le vent.

 

Janvier 1961 -  Gel et neige  -  Moins 16° à Pont l'évêque, moins 17° à Lisieux et Falaise, moins 19,5° au sol à Carpiquet, 10 à 30 cm de neige partout, avec des congères de 1,5 à 2  m. formées par le vent.

 

Août 1962  -  Vendredi 2.  -  Alors q'un bateau de scaphandriers s'en approche, l'épave du cargo "Iddlesleight", coulé en 1944 devant Langrune , explose. la lame de fond fait chavirer 2 barques à moteur et une chaloupe. Tous les naufragés sont sauvés, mais un marin-pêcheur de Saint-Aubin est grièvement blessé.

 

Août 1964  -  Alerte au poison.  -  Alerte au poison sur la côte : sur un chantier de Jersey, un bulldozer a poussé à la mer des tubes de plastique de la taille d'une cigarette, enterrés par les Allemands à la libération de l'île. Plusieurs des ces tubes s'échouent sur les plages de Courseulles et de Saint-Aubin : chacun contenait une pilule de cyanure.

 

Octobre 1964  -  Une tempête.  -   : Une tempête avec des pointes à 166 km/h arrache des dizaines de toits, déracine des arbres centenaires.

 

Novembre 1966  -  Des pluies torrentielles.  -   Dix jours de pluie torrentielle et continuelle font déborder toutes les rivières et ruisseaux : L'Orne atteint un niveau jamais vu depuis 30 ans. De nombreuses communes et fermes sont sous les eaux.

 

Février 1967  -  Orage dévastateur.  -   Un orage "d'une violence incroyable" dévaste le Calvados : des vents à plus de 150 km/h arrachent toits et arbres par dizaines : un caennais sorti en mer malgré l'avis météo. Il a eu le crâne fracassé par la bôme de la voile, quand une rafale a fait chavirer son bateau.

 

Juillet 1974  -  3eme chaîne TV.  -   Lundi 1er, arrivée dans le Calvados de la 3ème chaîne de télévision.

Novembre 1974  -  Des inondations.  -   Après 70 jours de pluie, les rivières débordent. Monté de 3 m en 48 heures, la crue de l'Orne dépasse le niveau de l'inondation de 1910.

Mai 1976  -  Sécheresse.  -   Début de la plus grave sécheresse jamais subie depuis 1954-55.

Février 1978  -  Neige et froid.  -  Sport d'hiver à Caen après 6 jours de neige : Ski sur la Prairie, luge dans les côtes. Après la neige, le givre : Dimanche 19, le spectacle des " perles de  cristal " est féerique,  mais le poids de la glace provoque ruptures de lignes électriques et téléphoniques.

Juin 1978  -  TV couleur.  -   Le 30, TF1 émet en couleurs sur la Basse-Normandie.

Janvier 1979  -  Neige et froid.  -  Neige depuis la Saint-Sylvestre et pendant une semaine : le Calvados est bloqué. Dans la nuit du 31 décembre, la température est tombée de plus 10° à moins 8°, Voir moins 18,5° le 6. Toutes les route de la Côte de Nacre sont barrées par des congères.

 

 Mars 2015  -  Recherches vaines.  -  A Langrune-sur-Mer, des moyens de secours et de recherche ont été déployés pour retrouver une personne signalée par un témoin, en mauvaise posture face à la marée montante.

Les secours ont été alertés vers 19h30. 10 sapeurs-pompiers dont trois plongeurs, des gendarmes, ont été mobilisés jusqu’à 22h30. Les recherches sont restées vaines.

Un peu plus tôt, un groupe de trois personnes était également signalé en difficulté sur l'île des Essarts sur le même secteur. Le groupe est parvenu à regagner la plage par ses propres moyens.

 

Mai 2015  -  Un sauvetage. –  Vendredi 22 mai 2015, vers 10h. Depuis l’école de voile de Langrune-sur-Mer (Calvados), une forme animale est aperçue, à 200 mètres des côtes ! Se rapprochant, l’un des moniteurs réalise qu’il ne s’agit pas d’un mammifère marin… mais d’un chevreuil, bon nageur, mais qui semble en difficulté. Accompagné d’un photographe, il ramènera l’animal sur la terre ferme. 

Une fois l’animal à terre, nous avons demandé aux gendarmes et aux pompiers ce qu’il fallait faire. Ils nous ont juste dit de le laisser partir. Visiblement très légèrement blessé, l’intervention d’un vétérinaire semblait inutile ». Le chevreuil aurait été aperçu par plusieurs promeneurs sur les plages de Saint-Aubin-sur-Mer et de Bernières-sur-Mer, après avoir été relâché. Que faisait-il en mer, si loin ? « Chacun y va de sa petite hypothèse : Peut-être est-il tombé d’une falaise ? Cela reste un mystère ! », conclut le photographe.

108    Langrune  -  Les Cabines sur la plage

1   LANGRUNE.  -  Les Cabines et la Plage

53  -  LANGRUNE-SUR-MER (Calvados)  -  Le Petit Paradis

33  -  LUC-SUR-MER  -  Vue da la Route de Langrune  -  LL
43    LUC-SUR-MER.  -  Route de Langrune vers Luc.  -  LL.
ÉCOLE LIBRE NOTRE-DAME  - LANGRUNE
2.    LANGRUNE-sur-MER.  -  La brèche et la Digue.  LL.

LANGRUNE-sur-MER.  -  La Digue

46    LANGRUNE-sur-MER (Calvados)  -  Impasse Montplaisir

105.  LANGRUNE  -  Descente à la Plage

22.   LANGRUNE-SUR-MER

La Digue et le Casino du Petit Paradis

20   LANGRUNE  -  Vue générale.  -  LL.

13.  -   LANGRUNE  -  La rue de Luc

13   LANGRUNE-SUR-MER

L'École Notre-Dame

LANGRUNE-SUR-MER (Calvados).  -  La Mairie

7   -   Langrune-sur-Mer (Calvados).  -  Hôtel Cauvin

LANGRUNE-SUR-MER (Calvados).  -  La Plage

23     LANGRUNE-SUR-MER  -  La Cale et le Grand-Hôtel.  -  LL.

LANGRUNE-sur-MER (Calvados).  -  La Pierre à Poisson et le gran-Hôtel

Haut de page Commentaires et informations  : Facebook  -  E-mail