ANGERVILLE

Canton de Dozulé

Les habitants de la commune de Angerville sont des Angervillais, Angervillaises.


Novembre 1866   -   La migration.   -   On ne se rappelle pas avoir vu passer dans notre pays, comme depuis ces jours derniers, autant d'oiseaux venant des contrées septentrionales, surtout des cigognes, des grues et des hérons.

On doit voir là l'indice précurseur d'un hiver précoce et rigoureux.

 

Novembre 1866   -   Les étoiles filantes.   -   Les astronomes comptent sur de magnifiques pluies d'étoiles dans les nuits des 12 et 13 de ce mois.

A cette époque de l'année, on voit généralement un grand nombre d'étoiles filantes. Mais on ne verra pas, dit-on, avant la fin du siècle, un spectacle céleste aussi brillant que celui de cette année.

 

Décembre 1866   -   Une noyade.  -   Le 17 courant, le nommé Blondin Jean-Gabriel, âgé de 60 ans, journalier à Angerville, s'est noyé sur le territoire de cette commune, à l'endroit dit le Gué, en traversant, en voiture, la rivière d'Ancre, grossie par les pluies tombées en si grande quantité à la fin de la semaine dernière.

Le cheval a pu être sauvé, quant à la voiture, elle a été complètement brisée.

Le cadavre du sieur Blondin n'a été retrouvé que le lendemain, à 500 mètres environ du lieu de l'accident. Cet homme était marié et père de quatre enfants.  

 

Septembre 1878   -  Ou est l’accord parfait ?  -  Il y a eu, dimanche dernier, concours d'orphéons à Deauville. Les Sociétés chorales du Calvados qui ont été couronnées appartiennent à Bonnebosq, La Boissière et Villers-sur-Mer.

Les fanfares d'Angerville, Villers-sur-mer, Argences, Courtonne-la-Ville, Bonnebosq, la Boissière, Orival et Aunay-sur-Odon (Enfants du Bocage), ont également obtenu des récompenses. Dans la 1er division des fanfares, Pont-l'Evêque a enlevé le 1er  prix à la Philharmonique d'Honfleur, qui a dû se contenter du second. Les philharmoniques honfleurais sont furieux, leur président veut porter un défi de 10 000 fr. aux vainqueurs. A la suite de cet échec, un journal honfleurais a écrit qu'il y avait trop de pianistes dans le jury.  

 

Juin 1880  -  Deux centenaires.  -  On vient de fêter, à Angerville, le centenaire d’une dame Roque, parvenue à cet âge en pleine possession de ses facultés intellectuelles. Un banquet de soixante couverts a été organisé par la famille, à cette occasion. Mme Roque n'est pas la seule centenaire de notre département qui passe l'âge séculaire. 

A Caen est un brave et aimable centenaire, que nos concitoyens peuvent coudoyer chaque jour dans la rue, nous voulons parler de M. Bouilly, ancien associé de la Banque Guilbert, et ex-régent de la succursale de la Banque de France.  

 

Juillet 1886  -  Morts accidentelles.  -  Jeudi, à Angerville, le nommé Actus Opoix, domestique, 36 ans conduisait un cheval très vif, attelé à une grosse charrette, soudain, le cheval, piqué par les taons, s'emballa. Opoix, en voulant sauter à la bride du cheval pour l'arrêter, fut pris violemment entre un des timons de la voiture et un pommier. La mort a été instantanée. 

 

Septembre 1886  -  Les orages.  -  Les orages de ces derniers jours ont causé plusieurs sinistres. A Saint-Mards-du-Fresne, la foudre a atteint trois ouvriers qui travaillaient dans les champs, deux ont été tués, le troisième a été gravement blessé, les récoltes qu'ils ramassaient ont été brûlées. Deux incendies dus à la même cause ont détruit à Angerville et à Orbec deux fermes et tout ce qu'elles contenaient. 

Vendredi, au Cours de l'orage, le sieur Tirard, 56 ans, cultivateur à Proussy, rentrait son attelage. Tout à coup, son cheval, effrayé par les éclairs, fit un mouvement brusque. Tirard, pris entre la voiture et le bâtiment, eut la poitrine écrasée et rendit le dernier soupir quelques minutes après.

 

Septembre 1890  -  Suicide.  -  Le sieur Olivier Retout, 50 ans, journalier à Angerville, s'est pendu à une branche de pommier dans la cour du sieur Vouillot. On ignore la cause de ce suicide.   (Source B.N.)

 

Mai 1892  -  Incendies et vols.  -  Encore une bande de malfaiteurs qui exploitait et terrorisait une partie de l'arrondissement de Pont-l'Evêque. Leur lieu de réunion était chez une femme Lechêne, journalière à Surville. Cette dernière est poursuivie avec ses trois complices : Félix Colas, Auguste Perreaux et Auguste Follière, tous habitant Angerville. De nombreux vols leur sont reprochés. Les accusés, tous repris de justice du reste. Ont été condamnés : Colas, à 8 ans de travaux forcés ; Perreaux, à 5 ans ; la femme Lechêne, à 3 ans de prison, et Follière, à 2 ans.  (Source B.N.)

 

Juin 1893  -  Les suites de l’alcoolisme.  -  Un dresseur de chevaux d'Angerville, Émile Perrault, 26 ans, après avoir passé une partie de la nuit à boire, est allé se coucher dans un herbage où il a été trouvé, le matin, inanimé. Il avait succombé à une congestion cérébrale occasionnée par l'alcool. (Source B.N.)

 

Mars 1906  -  Découverte d'un cadavre.  -  On vient de découvrir dans un fossé longeant la route de Dozulé, à Dives, territoire d'Angerville, le cadavre du nommé Octave Pierre Badier, 56 ans, journalier en cette dernière commune.

Le docteur Pesquerel, de Dozulé, a procédé aux constatations légales. L'enquête a établi que Badier, étant ivre, sera tombé dans le fossé dans lequel coulait un léger filet d'eau ; mais saisi par le froid et n'ayant pu se relever, il a dû succomber des suites une congestion.

Mars 1924  -  Un mendigot.  -  Un mendigot, arrêté pour mendicité à Angerville, Pierre Legouic, 31 ans, est condamné à 48 heures de prison.

Angerville, par Dozulé (Calvados).  -  Quartier de la Forge-Moizy

Angerville.  -  Laiterie

Environ de Dozulé  -   ANGERVILLE  -  Cottage de Mesnil-Da

Commentaires et informations  :  Facebook @