ANGUERNY

Canton de Creully

Les habitants de Anguerny sont nommés les Agernynois et les Agernynoises.


Novembre 1872   -  Arrêtés municipaux.  -  Voici deux arrêtés municipaux qui n'en valent pas un bon.

Le premier est dû à l'autorité d'Anguerny. Elle défend aux marmots de tambouriner et de jouer aux soldats par les rues de la commune.

C'est ce qu'on peut appeler avoir l'oreille chatouilleuse.

  -  L'autre, a été pris à Mathieu, je crois. « Par ordre supérieur, et sans qu'on sache au juste pourquoi, il est interdit aux dentellières du lieu de travailler à leur métier sur la voie publique. »

Jugez si ces demoiselles du bloqet sont contentes.

Aussi, depuis quinze jours, ce ne sont que coups de langue et coups d'épingles à l'adresse de leur maire. Heureusement qu'il a la peau dure.

 

Novembre 1873   -   Travaux.   -  D’après les renseignements qui nous sont communiqués, les travaux de terrassement du chemin de fer de Caen à Courseulles seront prochainement commencés dans les communes d'Epron, Cambes, Mathieu, Anisy et Anguerny. Les formalités d'expropriation, relatives au chemin de Caen à Aunay, sont en voie d'exécution.  

 

Juin 1876   -  Fait divers.  -  A propos du buste de la République, les journaux politiques se sont occupés d'un incident qui a fait dernièrement quelque bruit au conseil municipal de Douvres.

Cet incident me remet en mémoire une histoire qui a eu pour théâtre le sein du conseil municipal d'Anguerny, ou d'Anisy, je ne me rappelle plus au juste.

Un conseiller propose a ses collègues de placer un buste de la République dans la salle des délibérations.

Le conseil refuse, par raison d'économie.

L'auteur de la proposition ne s'avoue pas battu pour si peu, il cherche un moyen pour arriver à ses fins, et trouve dans le grenier de la mairie le buste de l'impératrice.

Aidé d'un pinceau et d'une boite de couleur, il orne l'impératrice d'un bonnet phrygien et d'une cravate tricolore, puis il place l’ex-majesté sur la table.

Le conseil est convoqué extraordinairement, mais il n'avait pas mis un pied dans la salle, qu'il éclata de rire.

M. X…….. n'avait oublié qu'un détail, c'était de faire disparaître le nom de l'impératrice, inscrit en grosses lettres au pied du buste.

Et comme chacun lui faisait remarquer sa coupable omission, notre homme répondit franchement :

— « J'vas vo dire, je n'sais point lire dans les grosses lettres, je n'sais lire que dans l’fin….., et j'avais pris ces jambages-là pour de la dessination.  

 

Avril 1879  -  Acquisitions.  -   Le Conseil répartit entre les communes inscrites ci-après une somme de 13 130 fr. à prélever sur le crédit de 15 000 fr. porté au budget de 1879 sous le titre : Subvention pour acquisitions, travaux et réparations d'églises, mairies et autres édifices communaux. Secours à la commune d’Anguerny, travaux à l'église 250 fr. et l’établissement d'une mare 50 fr.  

 

Avril 1879  -  Répartition de secours pour les bâtiments communaux.  -  Le Conseil répartit entre les communes inscrites ci-après une somme de 13 130 fr. à prélever sur le crédit de- 15 000 fr. porté au budget de 1879 sous le titre : Subvention pour acquisitions, travaux et réparations d'églises, mairies et autres édifices communaux. Anguerny, travaux à l'église 250 fr. et établissement d'une mare. 50 fr.

 

Juin 1879   -  Le dénichage des oiseaux.  -  A cette époque de l'année, nous ne saurions trop engager MM. les instituteurs à rappeler aux enfants qu'il y a une loi qui interdit le dénichage des oiseaux. Ils éviteront ainsi à leurs élèves les pénalités qui pourraient les atteindre et rendront un véritable service à l'agriculture. 

 

Juillet 1879   -  Écoles primaires.  -  Les vacances des écoles primaires commenceront le 1er  août pour finir le 1er  septembre.

 

Septembre 1879   -  Incendie.  -  Un incendie dont la cause est inconnue a éclaté mercredi, vers 2 heures du soir, dans la commune d'Anguerny, et a consumé la toiture de quatre bâtiments servant à usage d'écurie, greniers et remises, appartenant au sieur Ferdinand Lemarinier, cultivateur à Bréville, 40 hectolitres de colza et 500 bottes de foin, appartenant au sieur Albert Delalande, fermier à Anguerny.  

 

Février 1892  -  Un fusil qui éclate.  -  Samedi matin, à Anguerny, un jeune homme a vu son fusil éclater dans les mains, alors qu'il s'amusait à tirer sur des corbeaux. La main gauche n'était plus qu'une masse informe que l'on devra assurément amputer.   (Source B-N)

 

Juillet 1907  -  Chevaux tués par la foudre.  -  Lundi soir, pendant l'orage, un petit valet de ferme, au service de M. Gautier, cultivateur à Anguerny, s'était mis à l'abri dans une cabane de berger et tenait par une longe deux chevaux qu'il était chargé de conduire. Le tonnerre tomba sur la couverture en zinc de la cabane et foudroya les deux chevaux. Le petit valet en a été quitte pour la peur et une forte commotion.  

 

Septembre 1912  -  Tentative de Déraillement  -  le 1er septembre au matin, inconnu a déposé à 200 mètres du passage à niveau d’Anguerny, une grosse pierre sur un rail de la ligne de Caen à la mer. On recherche activement l’auteur de ce méfait. A noter que le 13 avril 1912, une tentative de déraillement avait déjà été commise, à un kilomètre plus loin, au lieu dit « Le Val ». Les auteurs en étaient également restés inconnus.

 

Avril 1914  -  Les monuments historiques du Calvados. -   Voici, d'après l'officiel, la liste des immeubles classés parmi les monuments historiques avant la promulgation de la loi du 31 décembre 1913, pour le département du Calvados : Allemagne-la-Basse (Fleury-sur-Orne) : Clocher de l'église ; Amblie : Portail occidental de l'église ; Anguerny : Clocher de l'église ; Asnières : Église ; Audrieu : Église ; Authie : Clocher et portail méridional de l'église ; Baron : Clocher de l'église ; Bayeux : Cathédrale Notre-Dame, chapelle du Séminaire, cheminée dite " Lanterne des Morts ", attenante à une maison place de la Cathédrale ; Bény-sur-mer : Clocher de l'église ; Bernières-sur-mer : Église ; Biéville-sur-Orne : Église ; Bougy : Église ; Boulon : Portail de l'église ; Brécy : Château ; parties classées : le portail formant entrée de la cour, les façades du corps de logis à l'exclusion des intérieurs, les dispositions architectoniques et décoratives du jardin ; Bricqueville : Église, etc...

 

Janvier 1944    -   Fait divers.  -  Venant d'Anguerny, vers 10 h. 15, une cycliste, Mlle Yvonne Henry, a été happée, comme elle traversait sans lumière la route de Caen à Courseulles et tuée sur le coup, par un camion de l'entreprise Adam de Caen.

En Normandie

Commentaires et informations : Facebook - @