UN SIÈCLE D'HISTOIRE DU CALVADOS

1

ANNEBECQ

Canton de Saint-Sever-Calvados 

Les habitants de la commune sont des ...


Juin 1868   -   La sécheresse.    -   Depuis plus de 15 jours, nos cultivateurs demandaient de l'eau, leurs voeux sont exaucés, il a plu. La terre est tellement sèche que cette pluie n'est peut-être pas encore suffisante, mais elle aura toujours rendu de grands services.

L'orage de vendredi et dimanche a été peu violent à Caen, et les nouvelles que nous recevons de divers points du département nous disent qu'il n'y a occasionné que d'insignifiants dégâts. Il n'en a pas été de même dans l'Eure où, outre la pluie, il est tombé de la grêle.

Dans les environs de Bourg-Achard, dit l'arrondissement du Havre, les colzas ont légèrement souffert, ainsi que les blés qui se sont couchés en quelques endroits. Somme toute, la grêle n'a pas occasionné trop de graves avaries. La récolte des pommes de terre continue de donner des plus belles espérances.

La moisson est déjà commencée dans le Midi, et partout elle se présente sous le plus belle aspect.  

 

Août 1873   -   Les présages.   -   Un immense vol de corbeaux a passé sur Paris, se dirigeant vers le sud-ouest. On eût dit un nuage noir en forme de triangle, fendant l'étendue avec une vitesse de locomotive.  C'est signe de grand froid pour l'hiver, quand les vols de corbeaux passent aussi tôt. Pour les personnes superstitieuses, c'est signe de malheur.

 

Septembre 1873   -   Les pluies.   -   Nous voici revenu aux pluies. Depuis trois semaines, des ondées n'ont cessé de tomber. S'il faut en croire l'Observatoire, le mois de septembre finira comme il a commencé, celui d'octobre est annoncé comme très humide. Depuis quelques jours souffle aussi sur nos côtes un vent d'une extrême violence, la mer, exceptionnellement agitée semble parfois remué, jusque dans ses profondeurs. 

Ces changements de temps s'expliquent facilement d'ailleurs par l'approche de l’équinoxe, c'est-à-dire de la période où, par suite du mouvement de rotation de la terre autour du soleil, les journées auront, pendant deux ou trois jours, la même duré que les nuits. Vers le 23 septembre, les jours et les nuits ont exactement douze heures, puis les jours diminuent. Dans les premiers jours de septembre, les jours ont treize heures et demie. A la fin du mois, ils n'auront plus que onze heures trois quarts.

 

Septembre 1873   -   Les écoles.   -   Par décision du 26 août, le ministre de l'instruction publique a accordé : 1°  A Annebecq, un secours supplémentaire de 1 800 fr., applicable à la dépense d'établissement d'une maison d'école mixte.  — 2° A Vignats, un secours de 300 fr., applicable à la dépense d'appropriation d'une maison d'école. — 3° A Quetteville, un secours de 1 500 fr., applicable à la dépense de construction et d'appropriation d'une maison d'école de filles et de garçons.  

 

Mars 1879   -  Secours aux communes.  -  Les secours ci-après ont été accordés, à la fabrique de l'église de Rouvres, 300 fr., pour l'acquisition d'objets mobiliers ; à Tournebu, 3 500 francs, pour la restauration de la nef de l'église ; à Annebecq, 600 fr., pour la construction d'une école mixte.  

 

Avril 1879  -  Demande de subvention.  -  Le Conseil général, considérant que les demandes de subvention sur les fonds de l'État, pour travaux aux églises et aux presbytères, a été établi conformément à l'article 2 de la loi du 10 août 1871, en tenant compte de l'urgence de ces travaux, ainsi que des charges et des ressources des communes. Prie M. le Ministre de vouloir bien accorder aux communes les subventions demandées pour travaux aux églises et aux presbytères, à Annebecq, travaux au presbytère. Montant de la dépense 1 950 fr. déficit : 1 200 fr.,

 

Juin 1879   -  Le dénichage des oiseaux.  -  A cette époque de l'année, nous ne saurions trop engager MM. les instituteurs à rappeler aux enfants qu'il y a une loi qui interdit le dénichage des oiseaux. Ils éviteront ainsi à leurs élèves les pénalités qui pourraient les atteindre et rendront un véritable service à l'agriculture. 

 

Juillet 1879   -  Écoles primaires.  -  Les vacances des écoles primaires commenceront le 1er  août pour finir le 1er  septembre.

 

Août 1879   -  Secours aux communes.  -  Les secours suivants viennent d'être accordés sur les fonds de l'État aux communes ci-après : Agy, agrandissement de l'église 3 000 fr. ; Mosles, travaux à l'école mixte, 580 fr. ; St-Laurent-sur-Mer, achat de mobilier de l'église, 300 fr ; Cardonville, achat de mobilier de l'église, 250 fr. ; St-André-de-Fontenay, travaux de  restauration de l'église, 2 000 fr. ; Fresne-Camilly, restauration de l'église, 800 fr.  ; Maizières travaux au presbytère, 1 500 fr. ; Honfleur, travaux à l'église Ste-Catherine, 10 000 fr. ; Annebesq, réparations au presbytère, 1 000 fr.  

 

Novembre 1890  -  Parents, veillez.  -  Lundi dernier, la dame Lemesle, était partie chercher du lait pour sa petite fille d’un an, qu'elle avait momentanément placée dans son grand lit. Pendant son absence, la petite fille est tombée et s'est tuée sur le coup.

 

Novembre 1893  -  Chronique judiciaire.  -   Hippolyte Savey, 27 ans, épicier à Annebecq. 22 fr. contravention à la police du roulage. 

— Femme Céline Gabriel, 29 ans, couturière à Campeaux, 48 heures, emploi d'enfant à la mendicité habituelle. 

— Jules Lahaye, 31 ans, fabricant de paniers à Saonnet, 25 fr., coups. (Source  : Le Bonhomme Normand)

 

Mars 1898  -  Incendies.  -  D'un bâtiment contenant. 200 gerbes d'avoine au sieur Foubert, à Mouen. Perte, 1 000 fr. 

— D'un bâtiment au sieur Patry, à St-Laurent-de-Condel. Perte 1 000 fr.

— D'un corps de bâtiment à la veuve Tanerède, à Annebecq. (Source  : Le Bonhomme Normand)

 

Juillet 1898  -  Né au violon.    Les gendarmes de Saint-Sever avaient arrêté et déposé à la chambre de sûreté de leur caserne Paul Pesquerel, 22 ans, cultivateur à Annebecq, et sa maîtresse, la fille. Briard, pour vol d'une vache au sieur Robert, à Vaudry. Pendant la nuit, la fille Briard a mis au monde un gros bébé qui ne s'attendait certes pas à naître au violon. (Source  : Le Bonhomme Normand)

Avril 1901   -   Un revenant qui n’y reviendra pas.  -  C'est Édouard Guesnel, 28 ans, journalier à Annebecq, arrondissement de Vire. Ce grand dadais s'était affublé, un soir, d'un drap blanc et armé d'une fourche américaine, puis, il s'était posté près du calvaire de Beaumesnil pour faire peur aux passants.

A sa vue, le premier passant, Ferdinand Tanquerel, se sauva, mais le second, Victor Juhel, poursuivit le revenant, qu'il renversa dans le fossé. Se voyant découvert, Edouard Guesnel se débattit pour s'éclipser, et, en se débattant, égratigna légèrement le sieur Juhel.

Poursuivi pour ces faits, notre revenant a été condamné à 50 francs d'amende. (Source  : Le Bonhomme Normand)  

 

Août 1904  -   Précocité.    -   Le jeune Émile Maupaix, 12 ans, demeurant chez ses parents, rue de Bras, à Caen, s'est vu dresser procès-verbal pour vol d'une somme d'une trentaine de francs au sieur Doisnard, débitant de tabac, rue Saint-Laurent.

   Le jeune Léon Gillette, 11 ans, dont la mère, assez mal considérée elle-même, habite Annebecq, près St-Sever, est un précoce malfaiteur. Il s'est introduit, en brisant des carreaux, chez les époux Ledoux, les sieurs Lebaudy et Levaux et la veuve Leroy. Il y a fait des razzias de pain, beurre, œufs, sucre, etc... 

Léon Gillette a des instincts pervers ; il martyrise les animaux, brise les arbres, bat ses camarades et menace de mettre le feu. Le tribunal de Vire l'a acquitté, à cause de son jeune âge, mais, sa mère refusant de le reprendre, on l'a confié à l'Assistance publique qui va sans doute en être bien embarrassée. (Source : Le Bonhomme Normand)  

 

Septembre 1904  -   Animaux volés.    -   A Cahagnes, canton d'Aunay, un malfaiteur inconnu à volé, dans un champs un cheval de 650 fr. au sieur Robine, cultivateur. 

  Dans un herbage, à Annebecq, canton de Saint-Sever, on a pris une vache de 400 francs, appartenant à la dame Asselin, cultivatrice. (Source : Le Bonhomme Normand)

 

Octobre 1926  -  Exode rural.  -  Le Conseil général, ému de l'exode constant des populations rurales vers les villes, et soucieux des intérêts de l'agriculture française, branche essentielle de l'activité économique du pays, demande instamment au Gouvernement et au Parlement de faire en sorte que soit intensifiée l'éducation agricole des enfants qui fréquentent les écoles primaires, et que des cours spéciaux soient institués à cet effet.  

 

Novembre 1937  -    Les pronostics de l'Abbé GABRIEL.      Baromètre : Le 22 novembre, à 7 h. du matin : 762.  Le 23 novembre, à 7 h. du matin : 763.

Thermomètre :  Maximum :  11° 1 .  -  Minimum : 4° 9.

Pluie dans les 24 heures : 0 m/m 4.

Le temps du 23. — Nuageux, quelques ondées.

Temps probable pour le 24. — Vents des régions Sud et Sud-Est modérés, temps nuageux avec éclaircies, quelques ondées. Température stationnaire. (Source : Le Moniteur du Calvados)

 

Septembre 1938 -  Une femme se jette dans un puits.  -  L'autre matin, Mme Huet, née Ernestine Rouyer, 58 ans, sans profession, demeurant à Annebecq, sortit de sa maison vers 6 h. 45. Au bout de quelque temps, son mari, ne la voyant pas revenir, fut pris de soupçons, qui se confirmèrent lorsqu'il vit les sabots de son épouse auprès du puits.

Il appela alors un voisin, M. Lesbandy, et les deux hommes purent voir le corps de la malheureuse qui flottait sur l’eau.

La victime, qui souffrait beaucoup de varices, avait manifesté plusieurs fois son désir de mourir, et c'est dans une crise de neurasthénie provenant de son état qu'elle a dû mettre fin à ses jours.  (Source : Le Moniteur du Calvados)

 

Mai 1944  -  Grave incendie.  -  Hier, vers 11 heures, un feu de cheminée s'est déclaré chez M. Georges Enguehard, cultivateur à Annebecq, mais comme le vent soufflait, des flammèches gagnèrent la toiture en chaume. Les pompiers de Vire et de St-Sever furent bientôt sur les lieux. Malheureusement la violence du vent et le manque d'eau paralysèrent les efforts des sauveteurs qui durent se borner à protéger une dizaine de maisons couvertes en chaume et situées à proximité. Les dégâts s'élèveraient à plus d'un demi-million.

 

Août 1944  -  Bataille de Normandie.  -  Lors de la bataille de Normandie, le bourg de Landelles est libéré le 4 août 1944 par le 116e régiment de la 29e division d'infanterie américaine.

.

Janvier 1973  -  Association.  -  La commune d’Annebecq (195 habitants) est associée à celle de Landelles-et-Coupigny (813 habitants). La fusion devient totale le 1er juillet 2015.

ANNEBECQ -  L'Église

Commentaires et informations : Facebook @