AUBIGNY 

Canton de Falaise

Les habitants de la commune sont des Albinéains, Albinéaines


Mai 1883  -  Plus de cachot. –  Le ministre de l'instruction publique vient d'adresser aux recteurs d'académie une circulaire, dans laquelle il les informe que l'usage du séquestre dans les lycées et collèges doit être abandonné partout.

 

Août 1892  -  Coups de couteau.  -  Dimanche dernier, le nommé Hiver, 65 ans, a été victime de voies de fait suivies de blessures de la part du sieur Clovis Malfilâtre, journalier à Aubigny, qui, sans aucune provocation, lui a porté des coups de poing et des coups de couteau sur la tête et à la joue droite. (Source B.N.)

 

Février 1900  -  Incident tragi-comique. -  Un habitant d'une maison riveraine de la route de Caen était monté sur une échelle pour gagner son grenier. Il avait négligé d'assujettir de pied de son échelle qui glissa sur le sol glacé, entraînant le malheureux à la renverse.

Il se serait cassé les reins si, par bonheur pour lui, n'avait été posée près de la une grande cuve en fer contenant de l'eau pour les bestiaux. La chute eut lieu au beau milieu de la cuve. L'ont jaillit de tous les côtés, mais amortit la violence du choc. Le pauvre homme fut retiré de là trempé comme bien on pense. Nous espérons qu'il n'aura attrapé qu'un fort rhume.  

 

Février 1903  -  Grave accident . -   Mardi, Armand Quillard, domestique chez M. Monsallié, à St-Pierre-Canivet, passait avec un tombereau vide derrière l'abattoir de M. Sonnet, boucher à Falaise, lorsque le cheval, pris de peur, fit un violent écart qui renversa son conducteur et une des roues lui passa sur le corps. 

Le Dr Chanteux, qui lui prodigua ses soins, constata la fracture de trois côtes.

 

Juillet 1908  -  Chute fatale. -  Mme Armand Renout, âgée de 75 ans, propriétaire à Aubigny, à été victime d'un accident qui s'est produit vendredi soir. Cette personne, qui habitait seule, a dû tomber du haut en bas de son escalier, et elle est restée ainsi toute la nuit assommée. Le froid de la nuit, après cette chute, avait déterminé une congestion, et samedi dans la matinée Mme Renout rendait le dernier soupir.

 

Novembre 1909  -  Une mêlée.  -  Un groupe d'ouvriers falaisiens regagnait son domicile après avoir travaillé à la mécanique chez M. Bazin, cultivateur à Aubigny. C'étaient les frères Desgrippes, Raymond, 24 ans, Fernand, 20 ans, Charles Desclos, 30 ans, et Oscar Vanicèle. La femme de Desclos et son jeune frère, Maurice, 15 ans, vinrent à leur rencontre. Tous, échauffés par l'alcool, se disputèrent et se battirent. Il y eut des coups de bâton l'échangés et Fernand Desgrippes fut frappé d’un coup de couteau, porté de haut en bas, dans le dos, par Charles Desclos. Celui-ci reçut, de son côté, un violent coup de bâton et s'enfuit. Fernand Desgrippes a été transporté à l'hôpital de Falaise. Les deux frères Desclos ont été arrêtés. (Source B.N.)

 

Octobre 1915  -  Mort au champ d’honneur.  -  Pierre Guesnon, aspirant, section des mitrailleuse, a été frappé mortellement ces jours derniers dans une tranchée par un éclat d’obus. Pierre Guesnon fut un des plus brillants élèves du collège de Falaise. En juillet 1914, il fut reçu n° 1 à l’École des Beaux-arts, section d’architecture. Il était venu en permission chez ses parents, il y a quinze jours. Il fut tué le surlendemain de son retour au front.  

 

Septembre 1917  -  Vol.  -  Deux vaches parquées dans un herbages, appartenant à M. Frauchomme sur le bord de la route de Caen, ont été volées pendant la nuit. Le voleur avait fracturé la serrure de la barrière. L'auteur de ce vol, est jusqu'à ce jour inconnu. La gendarmerie vient de commencer une enquête.  

 

Mai 1927  -  Une ruade.  -  M. Josèph Leglu, 22 ans, cultivateur à Aubigny, canton de Falaise, venait de conduire un banneau de cendres dans les champs lorsque, au retour, un cheval en liberté s'approcha de son cheval.

M. Leglu le chassa d'une claque, mais il reçut une ruade en plein visage. Le malheureux roula sous une roue du banneau qui lui écrasa deux côtes et l'omoplate.

 

Janvier 1928  -  Un cultivateur est tué par une vache.  -  Un terrible malheur vient de jeter la consternation dans la petite commune d'Aubigny, limitrophe de Falaise.
M. Albert Arjalliez, ancien adjudant-chef du 5e  régiment d'infanterie à Falaise, médaillé militaire et croix de guerre, épousa la fille d'un épicier en gros de notre ville, qui se retira pour
exploiter une ferme à Aubigny, la guerre finie, M. Arjalliez alla seconder son beau-père dans la culture.
Or, avant-hier soir, M. Arjalliez était occupé à changer la litière des vaches dans l’étable. Soudain, l'une des betes lui envoya un coup de pied qui le renversa et, s’acharnant sur le malheureux, elle lui fendit la tête, on porta aussitôt au secours du blessé, mais, malgré tous les soins, il mourut sans avoir repris connaissance, des suites d'une fracture du crâne.
M. Arjalliez s'était conduit en brave pendant la guerre. blessé plusieurs fois et cité à l'ordre du jour, il était titulaire de la médaille militaire et de la croix de guerre. Il commandait la petite subdivision des sapeurs-pompiers de Soulangy où, à chaque concours, il remportait des succès. Son inhumation a lieu aujourd'hui mercredi en l’église d'Aubigny.  

 

Août 1929  -  Une triple naissance.  -  Un fait très rare s'est produit à Aubigny. Mme Oriol, femme de M. Léon Oriol, propriétaire, lieu de l'Attache, a mis au monde trois enfants jumeaux, un garçon et deux filles, parfaitement constitués et ne demandant qu’à vivre. De son côté, la maman va aussi bien que possible. Les époux Oriol avait déjà deux enfants.

AUBIGNY  -  Extérieur de l'église

111.   Environs de Falaise -  Statues funéraires des Seigneurs d'Aubigny

116       FALAISE -  Le Château d'Aubigny

Calvados   -  20  FALAISE  -  Église d'Aubigny

Statues funéraires des Seigneurs d'Aubigny

79.  ENVIRONS de FALAISE -  Château d'Aubigny (côté sud)

AUBIGNY   -   Restaurant et Bureau de Tabacs

Commentaires et informations : Facebook - @