AUTHIE 

Canton de Caen

Les habitants de la commune d'Authie sont nommés les Althavillais, Althavillaises


Février 1870  -  Fait divers.  -  Une médaille d'honneur de 2e classe en argent est décernée par le ministre de l'intérieur à M. Michel Bazin, lieutenant des sapeurs-pompiers à Authie, pour avoir, à St-Contest, en 1868, donné des preuves de dévouement dans un incendie.

 

Février 1881  -  Mort de peur.  -  Un homicide involontaire a été commis commune d'Authie, la semaine dernière. Deux jeunes gens se trouvant ensemble, l'un d'eux, armé d'un fusil de chasse, voulut s'exercer à tirer sur les moineaux. Le fusil ayant raté, notre chasseur improvisé allait y mettre une nouvelle amorce, quand, tout à coup, la charge vint frapper à la cuisse son camarade. Quand le docteur arriva, il ne put que constater la mort du blessé, âgé de 19 ans. Détail curieux à noter : la blessure n'était pas mortelle et le décès n'a pu se produire que par l'effet d'une commotion nerveuse occasionnée par l'effroi qu'a dû causer à cet infortuné l'accident dont il a été victime.

 

Août 1892  -  Orages et foudre.  -  Un orage épouvantable s'est abattu sur la France vendredi et samedi. Après avoir fait de très sérieux dégâts dans la Manche, le fléau a atteint le Calvados et s'est étendu sur presque toute la France en faisant des victimes et en occasionnant des pertes immenses.

A Caen et dans l'arrondissement, rien de grave heureusement. A Villers-Bocage cependant, deux vaches appartenant au sieur Delaunay ont été foudroyées dans un herbage où elles étaient à pâturer.

A Authie, la foudre a tué un cheval dans un herbage. A Bayeux, elle est tombée dans les herbages de M. Langlois, boulevard de la Gare. A Bellefontaine, elle est tombée sur la maison inhabitée appartenant à Mme Duperron et connue sous le nom de « Maison hantée, ou « Maison du Diable ». Elle a démoli un tuyau de cheminée et fait deux brèches assez larges à la toiture.

A Sully, dans un herbage, une vache appartenant à M. Jacques Lefèvre, de Ranchy, a été tuée.

A Ver, la foudre est tombée chez le sieur Ponty, menuisier, mais n'a fait que des dégâts insignifiants. Personne n'a été attrapé sauf un ouvrier qui s'est plaint d'avoir reçu une commotion dans les reins. : A Crépon, la foudre est tombée sur un veau qu’elle à tué et sur une maison dont elle a abattu la cheminée.

A Vire, l'orage a été d'une violence inouïe. La foudre a tué deux personnes sur le champ de foire. Ce sont les sieurs Sourdeval fils, 20 ans, à Saint-Martin-de-Tallevende, et Lechevalier, 50 ans, cultivateur, demeurant à Pleines-Oeuvres, qui s'étaient retirés sous les marronniers. Une femme qui se trouvait près d'eux est tombée sans faire le moindre mouvement, et a été portée à l'hospice. Elle n'est pas morte, et la paralysie des jambes qu'on a crainte ne se produira pas. Elle sera quitte pour la peur. Plusieurs bestiaux ont été foudroyés à Roullours, la foudre, a incendié la ferme du sieur Briard. Les pertes sont importantes, assuré. La foudre est tombée également à Neuville, à St-Germain-de-Tallevende, à St-Martin-de-Chaulieu où elle a tué des bestiaux. A Pont-Erembourg, elle a mis le feu à la filature Baron-Langlois, mais l'incendie a été rapidement éteint. Elle est tombée également dans un champ où elle a brûlé des gerbes de seigle.

A Saint-Pierre-sur-Dives, la foudre est tombée par deux fois sur l'église, où elle a fait des dégâts considérables, découvrant une partie de la tour du milieu, crevassant les murs en nombreux endroits et endommageant la charpente et faisant de grands dégâts dans l'intérieur de l'église. MM. Lechoisne et Lecerf étaient montés sur la grosse tour, comme ils en descendaient, Un coup de tonnerre les renversa. M. Lechoisne se releva avec un bras endolori, M. Lecerf fut quelque temps avant de reprendre connaissance. Il n'a eu d'ailleurs aucun mal. Une religieuse qui priait a été renversée sans avoir aucun mal. La foudre est tombée également sur l'école des garçons et plusieurs habitations. Dans les environs, il y a eu des gerbes de blé de brûlées, sur la route de Crèvecoeur, les poteaux du téléphone de M. Lepetit ainsi que plusieurs peupliers ont été atteints et teillés. A Victot-Pontfol, le tonnerre est tombé sur une jument, que M. Marie venait de dételer, elle a été tuée net.

A Méry-Corbon, M. Semaison, l'éleveur bien connu, a eu un cheval de course, d'une très grande valeur, tué par la foudre dans un herbage.

A Coulibœuf, la foudre est tombée sur un poteau près de la gare et a interrompu les communications télégraphiques avec Falaise.

A Urville, la foudre est tombée sur le calvaire en contournant le fût de la croix, elle a détaché le Christ qui, est resté suspendu par un bras. Même commune, trois bestiaux ont été tués dans l'herbage de M. Macé.

Les campagnes sont dévastées et les récoltes entièrement perdues.

 

Avril 1914  -  Les monuments historiques du Calvados. -   Voici, d'après l'officiel, la liste des immeubles classés parmi les monuments historiques avant la promulgation de la loi du 31 décembre 1913, pour le département du Calvados :

 Allemagne-la-Basse (Fleury-sur-Orne) : Clocher de l'église ; Amblie : Portail occidental de l'église ; Anguerny : Clocher de l'église ; Asnières : Église ; Audrieu : Église ; Authie : Clocher et portail méridional de l'église ; Baron : Clocher de l'église ; Bayeux : Cathédrale Notre-Dame, chapelle du Séminaire, cheminée dite " Lanterne des Morts ", attenante à une maison place de la Cathédrale ; Bény-sur-mer : Clocher de l'église ; Bernières-sur-mer : Église ; Biéville-sur-Orne : Église ; Bougy : Église ; Boulon : Portail de l'église ; Brécy : Château ; parties classées : le portail formant entrée de la cour, les façades du corps de logis à l'exclusion des intérieurs, les dispositions architectoniques et décoratives du jardin ; Bricqueville : Église, etc...

 

Décembre 1915  -  Recensement des chevaux et voitures.  -  Les propriétaires de chevaux, juments, mulets et mules, voitures, automobiles et motocyclettes, doivent en faire la déclaration à la mairie (bureau militaire) avant le 1er  janvier prochain.

 

Décembre 1915  -  Que d’eau ! que d’eau !  -  C'est le cri du jour. Il pleut sans relâche. C'est à croire à un nouveau déluge. L'Orne déborde sans cesse, inondant les prairies, et, en ville, on patauge avec entrain. Mais que sont nos petites misères près de l'immense misère de nos malheureux soldats enlisés dans la boue des tranchées ! Puisse le père Noël, pour leurs étrennes, leur apporter une bonne petite gelée, pas méchante, avec quelques jolis rayons de soleil.

 

Décembre 1915  -  Un prêtre qui se suicide.  -    L'abbé Pierre Chemin, 60 ans, curé d'Authie, près Caen, s'est suicidé, en se coupant la gorge avec un rasoir. Depuis plusieurs semaines, le malheureux prêtre ressentait de violentes douleurs dans la tête. Ces jours derniers, ses souffrances devinrent intolérables, et c'est à cette cause seule qu'on doit attribuer sa fatale détermination.  

 

Septembre 1926  -  Changement de Canton.  -  Le Conseil Municipal de la commune d'Authie, qui fait actuellement partie du canton de Tilly-sur-Seulles, a sollicité le rattachement de cette commune au canton de Caen ouest. 

Les avis émis par les Conseils municipaux des cantons intéressés, dont 27 favorables, un seul défavorable et une abstention.  

Les avis de MM. le Procureur général, le Directeur des Contributions directes, le Directeur de l'Enregistrement, des Domaines et du Timbre, l'Inspecteur d'Académie et l'Agent-voyer en chef, du Conseil d'Arrondissement de Caen, émet un avis favorable au rattachement  de la commune d'Authie (canton de Tilly-sur-Seulles) au canton de Caen-Ouest.  

 

Avril 1945  -  Un beau tableau de chasse.  -  Au cours d’une battue effectuée dans la plaine d’Authie par MM. Albert et Alfred Durand, Léonce Marie, Dorenlot, Lecrosnier, Heuzé et Clement Noury, douze renards (neuf petits et trois gros) ont été abattus ou capturés. (source B-N)

Scènes de la Vie Normande

1025  Servantes faisant le beurre

Commentaires et informations : Facebook - @