BELLOU

Canton de Livarot

Les habitants de la commune de Bellou sont nommés les


Janvier 1833  -  En 1833, Bellou (327 habitants) absorbe Bellouet (161 habitants), au nord de son territoire. La commune de Bellouet correspond aujourd'hui aux hameaux du Bas de Bellouet et du Haut de Bellouet.

 

Janvier 1868  -  Découverte d’un cadavre.  -  Le 13 de ce mois, à trois heures après-midi, le cadavre de la nommée Anne Montour, femme Bardel, âgée de 74 ans, cultivatrice à Bellou a été trouvé dans un champ labouré, à 1 500 mètres environ de son domicile. 

La levée du cadavre a fait connaître que la mort était le résultat d'une congestion cérébrale, occasionnée par l'ivresse et par le froid.

 

Mars 1873   -   Tirage au sort.   -  On procède en ce moment au Tirage au sort. Malgré l’établissement du, service militaire obligatoire, ce tirage à été maintenu. Il a, du reste, une certaine importance, les jeunes gens qui tireront les numéros les plus élevés ne feront qu'une année de service, où même six mois, s'ils passent avec succès, au corps leurs examens. Les jeunes gens qui tireront les numéros les plus bas, 1, 2, 3, etc……, jusqu'à un chiffre que le ministre à la guerre fixera suivant le nombre de soldats dont il aura besoin chaque année, feront cinq ans de service.

 

Mars 1873   -   Prenez garde à vous !   -  Nous rappelons à nos lecteurs qu'il est interdit d'introduire dans les colis expédiés par voiture ou chemin de fer, des lettres ou circulaires assujetties à des droits de poste. Et si nous faisons cette remarque, c'est qu'en ce moment l'administration des postes fait fouiller tous les colis à leur arrivée dans les gares de chemins de fer et dans les bureaux de voitures publiques. De nombreuses contraventions ont été constatées en ces derniers jours.

 

Avril 1873   -   Suicide.   -  Mardi, le nommé François-Désiré Roger, âgé de 28 ans, journalier à Bellou, canton de Livarot, a été trouvé pendu dans sa chambre. Il avait quitté sa maison quelques instants et était rentré dans sa chambre, en passant par une fenêtre. L'appartement dans lequel sa femme exerce son métier de tisserande est contigu à cette chambre, et aucun bruit n'est venu lui donner l'éveil de l'acte qui s'accomplissait à quelques pas d'elle. Ce n'est qu'en entrant dans sa chambre qu'elle aperçut le corps de son mari pendu auprès de son petit enfant qui dormait dans un berceau.

Mars 1880  -  Les voleurs d’église.  -  Dans la nuit de mercredi de la semaine dernière, des voleurs se sont introduits dans l’église de Saint-Paul-de-Courtonne, par la fenêtre dela sacristie, et ont dérobé environ 35 f.

— Vendredi, pendant la nuit, des voleurs ont pénétré dans l'église de Saint-Mars-de-Fresne et ont volé une somme d'environ : 60 fr. Ils sont entrés dans l’église en escaladant la fenêtre du chœur.

— Des vols ont eu lieu également dans les églises de Bellou et de Courson. A Bellou, les voleurs se s'ont introduits dans l'église en arrachant les barreaux en fer d'une fenêtre et s'en sont servis pour fracturer les troncs et les coffres.  

 

Février 1881  -  Un vieillard brûlé.  -  Mercredi, à Bellou, le sieur Moisy, âgé de 75 ans, propriétaire, qui était paralytique depuis plusieurs années, a été trouvé, par sa femme, mort dans l’âtre de la cheminée, où il était tombé, il avait le côté gauche entièrement brûlé, depuis la ceinture jusque et y compris la tête. On présume que la chute avait été causée par une attaque d'apoplexie.  

 

Mai 1888  -  Le drame de Bellou.  -  La fille Armandine Levillain, aujourd'hui âgée de 45 ans, était au service d'un vieillard nommé Beaulieu, propriétaire à Bellou, canton de Livarot. Pour la récompenser de ses bons et agréables services, Beaulieu avait laissé, par testament, tout son bien à sa servante. Devenue propriétaire, Armandine n'eut qu'à choisir des amis. L'un des premiers fut son voisin, un nommé Chedel, âgé de 50 ans, maçon de son état. Sous prétexte qu’elle avait peur dans le logis, ou Beaulieu était mort, elle faisait couché dans la maison, certain disent dans son lit, le maçon Chedel. Les choses allèrent assez bien pendant un bout de temps, mais Chedel avait comme ouvrier un nommé Desportes, âgé de 24 ans seulement. Il fit de l’œil à Armandine, ou elle lui en fit, le maître maçon s'en aperçut et en eut jalousie. 

Voulant sans doute se débarrasser de ce vilain jaloux, la fille Levillain acheta un revolver « pour sauver son honneur, » dit-elle, et, au milieu de la nuit, elle appela Chedel. Celui-ci se leva et il eut à essuyer plusieurs coups de revolver tirés par Armandine et un coup de fusil tiré par le jeune Desportes. De cette fusillade, Chedel récolta 3 balles, mais, heureusement, ses blessures, deux à la tête et une au poignet, sont sans gravité. La fille Levillain et son complice ont été arrêtés, et le blessé transporté à l'hospice de Livarot. L'acharnement qu'a mis la fille Levillain pourrait faire supposer qu'elle avait, pour vouloir ainsi se débarrasser de Chedel, des motifs graves que l'enquête nous fera probablement connaître.  

Octobre 1891  -  Menaces de mort.  - Le sieur Paul Lallier, briquetier à Bellou, passait, la nuit, sur la route de Livarot. Apercevant deux individus en train de braconner. Lallier leur dit : « Vous profitez de l'absence du garde, n'est-ce pas ? » Aussitôt, les deux braconniers s'approchèrent de lui et, le mettant en joue, un d'eux s'écria : « Je te vas f….. une balle dans l'oreille... » Lallier, à la vue du danger, ne répondit pas et continua tranquillement sa roule, mais les deux hommes l'escortèrent jusqu'à une certaine distance, proférant toujours des menaces. Plainte a été portée à la gendarmerie.  (Source B-N)  

 

Septembre 1893  -  Mort accidentelle.  -  Le sieur Gustave Jonquet, 66 ans, propriétaire à Bellou, canton de Livarot, a été trouvé noyé dans sa mare. Cette mort ne peut être attribuée qu'à un accident, car le matin M. Jouquet vaquait à ses affaires comme à l'usage, et, au moment où sa petite-fille elle-même faisait la lugubre découverte, sa famille le croyait à travailler.   (Source B.N.)

 

Juillet 1908  -  Enfant noyée.  -  Samedi dernier à la petite Yolande Hamelin, âgée de 18 mois, trompant la surveillance de ses parents est tombée dans une mare. Quand elle fut retirée, la malheureuse enfant avait cessé de vivre.

 

Avril 1913  -  La vengeance d'un mari évincé  -  Victor Lermier, 54 ans, journalier à Bellou, est père de huit enfants et passe dans la commune pour un bon homme. Au mois de février sa femme le quitta pour se placer comme servante chez M. Duros, propriétaire au même lieu, avec le gendre duquel elle est, paraît-il, en termes plutôt familier. Furieux, Lermier s'arma d'un fusil de chasse et en tira un coup dans la fenêtre de la chambre ou couchait sa moitié et il  fit voler en éclats tous les carreaux.  Poursuivi pour voies de fait sur sa femme, il est relaxé de ce chef, mais attrape 25 francs d'amende pour avoir brisé les carreaux de la fenêtre de M. Duros.  

 

Avril  1923  -  En lavant, une femme se noie.  -  Par suite d'un faux mouvement en lavant son linge à un lavoir, Mme Vve Godin, âgée de 72 ans, domiciliée à Bellou, tomba à l'eau.
Sa petite fille Mlle Louise Lavellie, qui était avec elle, appela aussitôt au secours. A ses cris, son père accourut et parvint à retirer de l'eau la pauvre femme qui ne donnait plus signe de vie. Des soins énergiques lui furent prodigués et la respiration artificielle immédiatement pratiquée. Mais, malgré tous ces soins, on ne put la ranimer.

 

Août 1924  -  Inauguration du monument aux morts.  -  L'inauguration du monument aux morts de la commune de Bellou aura lieu dimanche prochain 24 août.
A 10 h. 15, service anniversaire à la moire des soldats morts pour la France, avec le concours de l'Harmonie Municipale de Livarot, sous la direction de M. Leroy. Allocution par M. le Curé-Doyen de Livarot.
A midi, banquet par souscription. Inauguration du monument sous la présidence de M. Laniel. conseiller général, et de M. Bisson, conseiller d'arrondissement. 

A 3 heures, à la mairie, réception des autorités et des sociétés de combattants. Défilé des sociétés, de l'Harmonie Municipale, des tambours et clairons de la Jeanne-d'Arc de Livarot.
A 3 heures et demie, vêpres des morts. Après le sermon départ en cortège pour l'inauguration.
Retour à la mairie en défilé et dislocation.

 

Mars 1925  -  Nécrologie.  -  On annonce la mort de M. Émile Louvet, maire de Bellou, décédé à la suite d'une longue et douloureuse maladie.

 

Mai 1942  -  Fait divers.  -  En travaillant un jardin chez M. Vincent à Bellou, M. Alphonse Maheut, 47 ans, ouvrier agricole à Notre-Dame-de-Courson, s'est noyé dans une mare voisine. L'enquête médicale a conclu à une mort accidentelle.

Ferme de Bellouet Bellou   (Calvados)

BELLOU (Calvados)  -  Le Vieux Manoir

BELLOU (Calvados)  -  L'Église

Commentaires et informations : Facebook - @