BIÉVILLE  s/ ORNE

Canton de Ouistreham

Les habitants de la commune de Biéville-sur-Orne sont des Biévillais, Biévillaises.


Juin 1866   -   Un accident.   -   Jeudi dernier, le sieur Firmin, domestique, à Caen, a été victime d'un bien funeste accident. Ce malheureux conduisait, sur la route de Caen à Lion-sur-Mer, une voiture de fumier. Il s'est endormi, accablé de chaleur, sur sa charrette, et a été précipité sous la roue par une secousse. Il a eu la poitrine écrasée et a rendu le dernier soupir au presbytère de Biéville, où tous les soins qui lui ont été prodigués ont été inutiles.

Cet homme, qui était d'une excellente conduite, laisse, dit-on, une veuve et deux enfants.

 

Avril 1914  -  Les monuments historiques du Calvados. -  Voici, d'après le officiel, la liste des immeubles classés parmi les monuments historiques avant la promulgation de la loi du 31 décembre 1913, pour le département du Calvados :

Biéville-sur-Orne : Église ; Bougy : Église ; Boulon : Portail de l'église ; Brécy : Château ; parties classées : le portail formant entrée de la cour, les façades du corps de logis à l'exclusion des intérieurs, les dispositions architectoniques et décoratives du jardin ; Bricqueville : Église ; Cagny : Chœur de l'église ; Campigny : Tour de l'église ; Cheux : Église ; Cintheaux : Église ; Colleville-sur-mer : Église ; Colombiers-sur-Seulles : Clocher de l'église, Menhir ; Condé-sur-Ifs : Église, Menhir dit " Pierre Cornue " ; Courseulles-sur-mer : Château, parties classées, le corps de logis principal, y compris la cheminée située au premier étage du pavillon de droite ; Creully : Église ; Cricqueville-en-Bessin : Église ; Dives : Église ; Douvres : Clocher de l'église ; Ducy-Sainte-Marguerite : Clocher de l'église ; Ellon : Clocher de l'église ; Ernes : Clocher de l'église ; Etreham : Église, etc....

 

Janvier 1936  -  Une mort naturelle.  -  Mercredi dernier, un journalier de Biéville-sur-Orne, M. Léon Gervais, passant près d'une meule édifiée en bordure de la route de Caen à Lion-sur-Mer, dans un champ appartenant à son patron, M Bouriez, apercevait étendue à l'abri de la paille, une femme d'une quarantaine d’années. Près de celle-ci se trouvait son chapeau et un sac à main de cuir jaune. 

M. Gervais s'approcha et questionna l'inconnue. « Je sors de l'hôpital, lui répondit péniblement celle-ci. Je souffre horriblement.. ! Je suis une malheureuse... Je vous en prie : achevez-moi ». Après avoir tenté de réconforter la pauvre femme, M. Gervais s'éloigna. 

Le lendemain, le journalier retrouvait au même endroit la miséreuse. Elle s'était, sans doute débattue au cours de la nuit, car l'une de ses chaussures se trouvait à quelques pas de la meule et ses vêtements étaient en désordre. « Où demeurez-vous? » questionna M. Gervais. 

L'inconnue regarda fixement son interlocuteur et murmura : « Je voudrais bien un peu d'eau... Oh ! oui... un peu d'eau... » 

En rentrant, le soir, à son domicile, M. Gervais chargea son jeune fils de prévenir le maire de la localité, M. Denis, ce que l'enfant fit, vendredi matin. 

Samedi midi, M. Gervais, repassant près de la meule, n'y trouvait plus qu'un cadavre. Le sac de la défunte contenait une somme de 153 fr. 30, quelques objets de toilette, et des quittances de loyer et de consommation d'électricité. Ces quittances ont permis d'établir l'identité de la pauvre femme. Il s’agit de Zenaide Heslouis, née Cordon, née le 7 septembre 1890, à Saint-Brice-de-Landelle (Manche), ayant demeuré 109, rue Caponière, à Caen 

Le corps a été examiné par le docteur Poulain, de Blainville, qui a conclu à une mort naturelle. Si on peut dire toutefois, qu'il est naturel de mourir en plein champ, sans secours, au vu et au su de ses semblables ! !! (Source M. du C.)

 

Avril 1945  -  Une distinction bien gagnée.  -  Le Gouvernement Britannique a décoré du «  Most excellent Order of Great Britain ». Mme Pierre Barette, veuve du regretté médecin caennais, qui, dés le début de la bataille de Caen, transforma sa maison, de Biéville-sur-Orne en poste de secours où elle tint à soigner elle-même, malgré son age, de nombreux blessés alliés, secondée par sa fille, Yvonne Barette, mortellement frappée le 27 juin.  

 

Septembre 1945  -  Un cultivateur est tué par une mine.  -  En labourant un champ, à Biéville-sur-Orme, le soc de la charrue que conduisait M. Pierre Lance, âgé de 30 ans, a heurté une mine qui a explosé. Atteint à la nuque, le malheureux cultivateur a été tué net. (source B.-L.)

BIÉVILLE  -  L'Eglise

BIÉVILLE-sur-ORNE (Calvados)

Commentaires et informations : Facebook - @