BILLY 

Canton de Creully

Les habitants de la commune sont les Billois et les Billoises.


Juin 1868   -   La sécheresse.    -   Depuis plus de 15 jours, nos cultivateurs demandaient de l'eau, leurs voeux sont exaucés, il a plu. La terre est tellement sèche que cette pluie n'est peut-être pas encore suffisante, mais elle aura toujours rendu de grands services.

L'orage de vendredi et dimanche a été peu violent à Caen, et les nouvelles que nous recevons de divers points du département nous disent qu'il n'y a occasionné que d'insignifiants dégâts. Il n'en a pas été de même dans l'Eure où, outre la pluie, il est tombé de la grêle.

Dans les environs de Bourg-Achard, de l'arrondissement du Havre, les colzas ont légèrement souffert, ainsi que les blés qui se sont couchés en quelques endroits. Somme toute, la grêle n'a pas occasionné trop de graves avaries. La récolte des pommes de terre continue de donner des plus belles espérances.

La moisson est déjà commencée dans le Midi, et partout elle se présente sous le plus belle aspect.

Août 1868   -   Les récoltes.   -   A cause de la chaleur exceptionnelle et persistante de cette année, les moissons sont avancées de quinze jours au moins, les vendanges le seront, dit-on, de trois semaines, la maturité des fruits de toutes espèces est extraordinairement précoce.

Il n'est pas jusqu'aux huîtres qui se ressentent de cette prodigalité de chaleur, ces mollusques qui, d'ordinaire, ne sont mangeables que dans la seconde quinzaine d'août et dont les gourmets s'abstiennent généralement avant cette époque à cause du frai, qui rend les sucs de l'huître visqueux et troubles, sont dès à présent limpides, frais et savoureux comme en automne.

 

Février 1876   -  Les petits cadeaux entretiennent l’amitié.  -  Les habitants de Méry-Corbon viennent d'offrir une écharpe d'honneur à leur nouveau maire. 

— A Billy, ce n'est pas une écharpe que les admirateurs de M. le maire ont offert à ce magistrat en guise de présent de joyeuse réélection, mais, paraît-il, une pendule et deux flambeaux. Singulière idée ! 

La pendule est-elle pour rappeler M. le maire à l'exactitude, et les flambeaux, pour laisser à entendre qu'il a besoin d'être éclairé.  

 

Avril 1879  -  Maison d’école et mobiliers scolaires.  -  Est approuvé l'état de répartition du crédit de 25 000 fr. inscrit au budget pour secours aux communes en vue des dépenses d'acquisition, de construction, de réparation des maisons d'école et d'achat ou renouvellement des mobiliers scolaires, conformément aux propositions contenues dans le rapport de M. le Préfet. Secours sur les fonds départementaux à la commune de Billy. Améliorations scolaires. . . 20 fr.

 

Avril 1879  -  Répartition de secours pour les bâtiments communaux.  -  Le Conseil répartit entre les communes inscrites ci-après une somme de 13 130 fr. à prélever sur le crédit de- 15 000 fr. porté au budget de 1879 sous le titre : Subvention pour acquisitions, travaux et réparations d'églises, mairies et autres édifices communaux. Billy, travaux au presbytère, 200 fr.

 

Octobre 1888  -  Le crime de Billy.  -  Le sieur Jean-Baptiste Martine, sur lequel un assassin a tiré la semaine dernière deux coups de revolver, est toujours dans un triste état et a pu à peine être interrogé. L'une des balles est entrée dans la bouche et ressortie sous la gorge, le second coup de revolver dirigé aussi vers la tête n'a pas heureusement atteint le pauvre Martine. Quant à la mère de Martine, l'autopsie a constaté qu'elle avait reçu deux balles dans la tête où on les â retrouvées. 

Comme nous le laissions à entendre dans notre dernier numéro, la femme Martine, qui a quitté son mari depuis sept ans, n'est pas étrangère au crime. C'est une fille Louise ou Louisa Borel, elle est âgée de 31 ans et était servante à Alençon. Elle voulait obtenir son divorce pour ne pas être exposée à être prise en flagrant délit d'adultère avec son amant, un nommé Chevalier, 37 ans, couvreur, originaire du Calvados. Tous les deux ont été arrêtés et écroués à la prison de Caen.

 

Août 1943    -   Fait divers.   -   Conduisant un chariot d'avoine attelé de 3 chevaux, pour le compte son patron, M. Patrice, cultivateur à Billy, Léon Laugeois, 22 ans, ouvrier  agricole au bourg, est tombé si malheureusement que la roue avant gauche lui est passée sur le corps.

Dégagé par un autre ouvrier, le pauvre garçon, qui avait la poitrine écrasée, était mort sur le coup.

Janvier 1944  -  Dynamitage de l'église.  -   L'ancienne église Saint-Symphorien du XIIIe siècle a été dynamitée par les soldats allemands pendant la Seconde Guerre mondiale en 1944 car elle servait de repère pour les Anglais du fait de sa hauteur. Ses ruines se situent à la sortie du village dans le cimetière.

 

Novembre 1944   -   12 000 kilogs de foin sont la proie des flammes.   -   Le feu s'est déclaré dans une ancienne porcherie de la ferme de « Navarre », exploitée à Billy, par Mme Veuve Canu, régisseur de Mme Henri Lepetit.

Le feu a pris naissance dans le grenier à foin et fut immédiatement combattu par des soldats anglais cantonnés dans la commune. 12 000 kilogs de foin environ ont été ainsi perdus. Toute idée de malveillance doit être écartée.

 

Janvier 1962  -  Reconstruction de l'église.  -   Une nouvelle église Saint-Symphorien a été reconstruite en 1962 au centre du bourg.

Scènes de la Vie Normande

Bouilleur de Cru  -  Le Calvados

Commentaires et informations

Facebook @