UN SIÈCLE D’HISTOIRE DU CALVADOS

1

BRAY - la - CAMPAGNE

Canton de Bretteville-sur-Laize

Les habitants de Bray la Campagne sont les ...


Avril 1867   -   Un accident.   -   Le 13 de ce mois, vers trois heures et demie, sur le territoire de la commune de Bray-la-Campagne, le nommé Jean Brisset, âgé de 56 ans, garde particulier des propriétés de M. le baron de Rotours, maire de ladite commune, est tombé sous un arbre qu'il portait sur son épaule.

Transporté en pleine connaissance à Billy, lieu de son domicile, dans une voiture de son maître, il y est décédé le 14, à quatre heures du soir.

 

Juillet 1868   -   Un incendie.   -   Un incendie accidentel occasionné par la foudre a éclaté le 12 courant, à 3 heures du soir, et a consumé une maison d'habitation appartenant au sieur Auguste Minet, cultivateur à Bray-la-Campagne. Un cheval a été asphyxié.  

 

Février 1881  -  Insuffisance.  -  A Bray-la-Campagne , il y avait, pour les élections municipales, 37 votants. Il fallait donc 19 voix pour être élu au premier tour. Afin d'en finir plus vite, on a proclamé conseillers des candidats qui n'avaient que 12 et 14 voix. Il va falloir recommencer les élections, le premier vote étant, comme le président du bureau électoral... tout à fait insuffisant.  

 

Décembre 1893  -  Accident.  -  Mercredi, le sieur Ferdinand Bisson, 45 ans, propriétaire à Bray-la-Campagne, est tombé en montant à son grenier, l'échelle ayant glissé. Le médecin a déclaré que l'accident n'aurait pas de suites. (Source  : Le Bonhomme Normand)

 

Juin 1894  -  Le baptême du lait.   -   Rien que d'un coup, le tribunal de Lisieux a fait afficher six extraits de jugement pour falsification de lait. Ils concernent : Léa Vicaire, femme Martin, 27 ans, fermière au Mesnil-Simon, condamnée à huit jours de prison (sursis) et 50 fr. d'amende. 

— Louise Belleuile, femme Bréard, 73ans, cultivatrice à St-Michel-de-Livet, condamnée à huit jours de prison (sursis), 100 fr. d'amende et 400 fr. de dommages-intérêts envers le sieur Lebourgeois, fabricant de fromages à Boissey. 

— Aurelle Auvray, veuve Pelhaitre, 48 ans, servante chez Jumel, à St-Martin-de-Mailloc, et Louis Jumel, 73 ans, chacun à huit jours de prison avec loi Bérenger et 100 fr. d'amende. 

— Marie Toutain, 21 ans, et Pierre Toutain, 60 ans, cultivateur au Pré-d'Auge, chacun vingt-quatre heures de prison (sursis).

—Delphine Bellier, femme Marre, 39 ans, ménagère à Grandchamp, canton de Mézidon, condamnée, à quinze jours de prison (loi Bérenger) et 100 fr. d'amende. 

— Victorine Marie, dite Ozanne, femme Lechevalier. 47 ans, à Cambremer, condamnée à huit jours (sursis) et 50 fr. d'amende. 

Mais il y en a encore d'autres à publier, car la dame Camus, demeurant à Cambremer, qui fournissait du lait écrémé de moitié à M. Lepetit, fabricant de fromages à Saint-Pierre-sur-Dives, a été condamnée à 50 fr. d'amende et à l'affichage. Si le tribunal s'est montré aussi indulgent, c'est que les époux. Camus se croyaient quittes avec M. Lepetit, auquel ils ont versé 2 000 f. à titre d'indemnité. 

— Une dame Busnel, née Miniot, cultivatrice à Bray-la-Campagne, vendait depuis quelques mois à M. Lepetit, de Saint-Pierre-sur-Dives, du lait écrémé d'au moins 25 pour cent. Le tribunal de Falaise l'a condamnée à 100 fr. d'amende et 300 fr. de dommages-intérêts. (Source  : Le Bonhomme Normand)

 

Avril 1898  -  Destruction des hannetons.  -  L'essaimage triennal des hannetons devant avoir lieu en 1898, un crédit de 1 500 fr. a été inscrit à cet effet au budget départemental. Le montant des primes sera de 0 fr. 10 par kilogramme de hannetons ramassés et détruits en présence des maires ou de leurs délégués, et le paiement en sera fait sur la production d'un certificat adressé à la préfecture. (Source  : Le Bonhomme Normand)

 

Avril 1898  -  Capture importante.  -  Le nommé Édouard Prieur, 30 ans, depuis un an au service de la veuve Carité, cultivatrice à Bray-la-Campagne, était surpris, vers onze heures du soir, déchargeant d'une voiture des sacs de grain qu'il déposait dans un herbage. C'était du blé qu'il volait à sa maîtresse et qu'il vendait 40 fr. les 150 kilos à Pierre Devic, 40 ans, cultivateur à Fierville-la-Campagne. 

Ce dernier a été pincé à son tour par les gendarmes de Langannerie au moment où il venait, vers quatre heures du matin, chercher les sacs de blé volés. Prieur et Devic, déjà repris de justice, sont arrêtés. (Source  : Le Bonhomme Normand)

 

Avril 1899  -  Les voleurs de chevaux et voitures.  -   Le nommé Armand Jone, 37 ans, courtier en chevaux à la Vespière, près Orbec, a été arrêté pour vol d'un cheval de 735 fr. au sieur Fernand Godard, à Bray-la-Campagne.

— On a volé un cheval de 100 fr. au sieur Vallée, cultivateur à Grandcamp.

— Le nommé Houdan, journalier à Maizet, étant à boire dans cette, commune avec le sieur Godard, de Ste-Honorine-du-Fay, partit avec le cheval et la voiture de ce dernier. Il alla jusqu'à Sallenelles, où il dut laisser l'attelage en gage chez un aubergiste, faute d'argent. Puis il est allé se constituer prisonnier. (Source  : Le Bonhomme Normand)

 

Mai 1899  -  Les Saints de glace.  Le souffle glacé de saint Mamers, de saint Servais et de saint Pancrace est en avance. Pendant plusieurs jours, il a fait un vent du diable, il a fait froid, il  a même gelé au point de roussir, dans certaines contrées, les pousses printanières. 

Espérons que ces bienheureux refroidis ne nous secoueront pas leurs glaçons les 11, 12 et 13 mai. (Source  : Le Bonhomme Normand)

 

Mai 1899  -  Coups de pied de cheval.   -    Le sieur Frédéric Tribouillard, 51 ans, domestique à Bray-la-Campagne, canton de Bretteville-sur-Laize, qui conduisait une semeuse à betteraves, a reçu plusieurs coups de pied du cheval qui prit peur et s'emballa. Blessé assez grièvement, il a été transporté à l'hôtel Dieu de Caen. (Source  : Le Bonhomme Normand)

 

Mai 1900 - Les Saints de glace. - Les saints de glace, tant redoutés par les jardiniers, tombaient les 11, 12 et 13 mai. Ils se sont faits sentir par une recrudescence de froid, accompagné de tempête. (Source  : Le Bonhomme Normand)

 

Mai 1900 - Mort subite. - Vendredi, à Bray-la-Campagne, dans la matinée, les domestiques du baron des Rotours, inquiets de ne pas voir leur camarade, Joseph Ravailhe, 57 ans, entrèrent dans son appartement et le trouvèrent étendu sur son lit, sans connaissance. Un médecin fut mandé en toute hâte, mais tous soins étaient inutiles, le malheureux Ravailhe rendait le dernier soupir vers 2 heures du soir, sans avoir repris connaissance. (Source  : Le Bonhomme Normand)

 

Juillet 1900 - Morts subites. - La dame Bunel, née Anna Minot, 53 ans, cultivatrice à Bray-la-Campagne, canton de Bretteville-sur-Laize, est morte subitement en préparant son diner.

— Alexandre Rouvier, 58 ans ouvrier maçon à Orbec, qui travaillait à la Chapelle-Gautier (Eure) y est tombé soudainement frappé d'une congestion. Transporté à son domicile, le malheureux n'a pas tardé à expirer.(Source  : Le Bonhomme Normand)

 

Août 1904  -   Incendies importants.    -   Un incendie d'une extrême violence s'est déclaré mardi dans une ferme de Bois-Rouvel, à Vassy, exploitée par le sieur Vardon et appartenant à M. Veniard, notaire honoraire à Domfront. Sept vaches et un poulain ont péri dans les flammes. Pertes, 22 000 fr. Assuré.

  A Cambes, près Caen, le feu a dévoré un bâtiment de 70 mètres de longueur, dépendant de la ferme exploitée par le sieur Lemarignier et appartenant à M. Nicolle, maire de Mathieu. 10 000 kilos de foin ont été consumés. Déjà, l'an dernier, la foudre était tombée sur ce bâtiment qui avait été brûlé entièrement. Sa reconstruction datait de huit mois à peine. Pertes, 15 000 fr. Assuré.

  A Bray-la-Campagne, près Bretteville-sur-Laize, sur la propriété du baron des Rotours, un incendie a détruit complètement plusieurs meules mesurant ensemble 85 mètres et contenant 10 200 gerbes de blé et 7 000 gerbes d'avoine. Pertes, 20 000 fr. Assuré. (Source : Le Bonhomme Normand)  

 

Février 1905  -  La Mandchourie des lapins.  -  Un riche propriétaire de Bray-la-Campagne, près de Bretteville-sur-Laize, le baron des Rotours, a ordonné un massacre général dans ses garennes. Pour éviter les suites fâcheuses d'un procès, il a permis à tout le monde d'aller pourchasser les rongeurs qui pullulaient sur ses terres. On en a exterminé des milliers et il en reste encore. Neuf cents de lapin ont été tués dans une journée et certains chasseurs en ont emporté plein leur carriole. On les vendait 15 sous.  

 

Mars  1919    -     Vol.   -   Le nommé Albert Calard, âgé de 15 ans, a été arrêté le 23 mars pour vol d'une somme de 320 fr. commis au préjudice de Madame veuve Pascal PItron, propriétaire à Bray-la-Campagne, chez son ancienne patronne.  ( Source : Le Moniteur du Calvados )

 

Janvier 1927 - Un gamin qui promet. - Pendant que M. Eugène Langlois, 75 ans, propriétaire à Bray-la-Campagne, canton de Bretteville-sur-Laize, déjeunait chez son ami, M. Mallet, garde, le jeune Joseph Mallet, se levant au milieu du repas, allait tranquillement cambrioler la maison de l'hôte de son père. Quand celui -ci rentra chez lui, il trouva un carreau cassé et et  1.900 francs de moins. L'enquête risquait de s'éterniser, lorsque les gendarmes s'avisèrent que Joseph Mallet avait une blessure à la main. Habilement cuisiné, il finit par avouer, ajoutant même que, sur les 2.000 francs qu'il avait trouvé chez M. Langlois, il en avait abandonné 1.000 pour ne pas laisser le vieillard sans le sou.

Malgré ces sentiments pleins de délicatesse, le garnement a été coffré.

 

Février 1936  -  Un adjoint condamné pour outrages aux gendarmes.  -   Le 18 courant. M. Pitrou André, adjoint au maire de Bray-Ia-Campagne, a été arrêté en flagrant délit de voies de fait envers un gendarme de Moult et outrages envers le maréchal-des-Logis-chef Georget, commandant la brigade. 

Conduit devant le Parquet de Falaise, il a été condamné à 1 mois de prison avec sursis et 200 fr. d'amende sans sursis, par le tribunal Correctionnel. (Source  : Le Moniteur du Calvados)

 

Février 1937  - On découvre une bande de dévaliseurs.  -   M. Hilaire Pitron, 66 ans, cultivateur à Bray-la-Campagne, s'apercevait depuis quelque temps, que des poules disparaissaient de sa basse-cour.

Dernièrement, alors qu'il avait chez lui Mme Marguerite Duvalleroy, 46 ans, et Mme Marie Laguerre Moïse, épouse divorcée Caban, 25 ans, employée à la biscuiterie de Mézidon, cette dernière s'absenta quelques instants.

M. Pitron alla à sa recherche et la trouva sortant du clapier.

Immédiatement, pris de soupçons, M. Pitron l'interrogea, mais elle prit fuite. Mme Duvalleroy l'aurait d'ailleurs précédée et lorsqu'il rentra chez lui il n'y avait plus personne. Il porta plainte à la gendarmerie et une enquête, fut ouverte.

Mme Laguerre, interrogée, reconnut être allée en effet chez M. Pitron, mais elle affirma que lorsqu'elle sortit dans la cour, elle se trouva en présence du jeune Fernand L…..., 16 ans, et du jeune Émile D….., 12 ans, tous deux habitant Airan, qui vidaient les clapiers.

Interrogés à leur tour, les deux enfants après avoir nié longtemps finirent par avouer leur larcin après cinq heures d'interrogatoire. Ils ont ajouté que Mme Duvalleroy avait emporté les poules et qu'ils en avaient mangé le soir même ensemble avec la femme Laguerre.

La gendarmerie de Moult poursuit son enquête. D'autres personnes pourraient être inquiétées dans cette affaire. (Source  : Le Moniteur du Calvados)

 

Avril 1937  -  Le chômage diminue dans la Calvados.  -   On a enregistré cette semaine une diminution de 71 chômeurs dans le Calvados. Les neuf fonds municipaux de chômage n'allouent plus de secours qu'à  945 chômeurs, dont 450 à Caen ; 184 à Honfleur, 107 à Trouville et 85 à Deauville. On recherche actuellement, pour l'agriculture, des charretiers, vachers et vachères. (Source  : Le Moniteur du Calvados)

 

Avril 1937  -  Un cambriolage dans une épicerie-Débit.  -  L'autre nuit, Mme Tombette, 25 ans, qui demeure chez sa belle-mère, Mme Vve Ernault, débitante et épicière à Bray-la-Campagne, était réveillée en sursaut par le bruit de la porte de sa chambre s'ouvrant doucement. Se dressant sur son séant, la jeune femme demanda à trois reprises : « Qui est là ? ». Nulle réponse ne lui était faite et Mme Tombette entendait descendre rapidement l'escalier voisin. 

Au matin, Mme veuve Ernault constatait qu'un malfaiteur s'était introduit dans l'épicerie-débit et s'était emparé du contenu d'un meuble-caisse, soit une cinquantaine de francs. Le malandrin avait également vidé une bouteille d'eau-de-vie de cidre.  La gendarmerie enquête. (Source  : Le Moniteur du Calvados)

 

Novembre 1946  -  Un « Collabo » devant le tribunal militaire.  -   Jean Le Bourhis, 33 ans, artificier, ayant demeuré à Bray-la-Campagne, s’était engagé en février 1941 dans la Légion des Volontaires Français.

Blessé sur le front russe il fut réformé et renvoyé en France où il s’empressa de servir l’ennemi comme chauffeur à la N. S. K. K., chargé de transports de munitions et de matériel. Le Bourhis a été condamné à 5 ans de travaux forcé, à la dégradation nationale et à la confiscation totale de tous ses biens. (Source  : Le Bonhomme Libre)  

 

Juin 1947  -    6 juin, férié.    Le 6 juin a été officiellement déclaré jour férié pour les administrations publiques et les écoles du Calvados. (Source  : Le Bonhomme Libre)

BRAY-la-CAMPAGNE (Calvados)  -  Rue Principale

Commentaires et informations : Facebook - @