UN SIÈCLE D'HISTOIRE DU CALVADOS

1

BRÉMOY

Canton de Aunay-sur-Odon

Les habitants de la commune de Brémoy sont des Brémontois, Brémontoises.


Octobre 1847  -  Nouvelles locales.   -   Les journaux de Caen annoncent plusieurs incendies, un attribué à la malveillance, un autre à l'imprudence, si ce n'est à la fermentation des grains rentrés mal secs.

Dans le premier, la perte est évaluée à un peu plus de 2 000 fr. Les bâtiments seuls étaient assurés pour une somme de 1 000 fr. Ce sinistre a eu lieu dans la commune de Saint-Martin-des-Besaces.

Le second s'est déclaré dans la commune de Brémoi. La maison a été en partie consumée avec les récoltes qu'elle renfermait en foin, paille et grains. On évalue la perte à 3 mille et quelques cents francs. Les bâtiments étaient assurés. (source : Journal de Honfleur) 

 

Octobre 1847  -  Nouvelles du Roi.   -   Le roi a accompli le 6 octobre sa soixante-quatorzième année. (source : Journal de Honfleur) 

 

Juin 1868   -   Une décision.   -   M. le ministre de la guerre a décidé qu'à défaut d'un nombre suffisant d'ouvriers civils, des militaires pourraient être mis, cette année, comme cela a eu lieu les années précédentes, à la disposition des cultivateurs qui en auraient besoin pour leurs travaux.  

Les cultivateurs qui désireraient recevoir des travailleurs auxiliaires, auraient à adresser à l'Administration des demandes écrites par lesquelles ils s'engageraient à se charger des  frais de transport, aller et retour, à loger et à nourrir convenablement les travailleurs, à leur fournir des effets de travail et à payer, pour chaque journée d'homme, une rémunération pécuniaire fixée à deux francs.

 

Août 1868   -   La chasse.   -   Par suite de la précocité de la moisson, l'ouverture de la chasse aura lieu, dit-on, le dimanche 16 août, dans les départements au-delà de la Loire, et le 1er septembre dans les départements en deçà de ce fleuve.

La saison cynégétique s'annoncerait fructueuse. Grâce à la chaleur, les couvées sont généralement réussi. Les lièvres sont rares, la persistance des fortes chaleurs leur a été nuisible. Ces indications peuvent s'appliquer aux diverses sortes de gibier, poil ou plume.  

 

Décembre 1873   -   Visites du premier janvier.   -  C’est le moment, ou jamais, de s’occuper des cartes qu’il est dans l’usage d’échanger à l’occasion du premier de l’an. C’est seulement à l’époque du 1er  janvier qu’on peut envoyer des cartes par la poste, c’est-à-dire sous enveloppe. Les cartes envoyées sous enveloppe doivent être affranchies à 5 cent, pour le rayon du bureau de distribution, en dehors du bureau de distribution, l’affranchissement est de 10 cent. Les cartes ne doivent porter que le nom, la profession et l’adresse. On peut en mettre deux sous la même enveloppe. Une dame ne peut envoyer sa carte à un homme non marié, une demoiselle, quel que soit son âge, n’envoie jamais de carte.

 

Janvier 1874   -   Mort accidentelle. -  Mardi, le nommé Jacques Leneveu, propriétaire à Bremoy, canton d'Aunay, a été trouvé mort dans un creux, profond de 30 centimètres et plein de boue. On présume qu'il est tombé dans l'obscurité et qu'il est mort de froid.

 

Avril 1876   -  Accident.  -  M. Canivet, maire de Brémoy, a reçu d'un de ses chevaux un coup de pied qui heureusement ne l'a pas blessé, mais dont les suites sont assez douloureuses pour l'empêcher de vaquer à ses affaires.  

 

Mai 1876   -  Nos récoltes.  -  La longue période de sécheresse que nous avons subie pendant près d'un mois avec grands vents d'amont continuels et très-froids, inspirait des craintes sérieuses à l'agriculture : plantes légumineuses et fourragères, prairies naturelles et artificielles, tout semblait dépérir sur pied faute d'humidité. Le temps vient heureusement de  changer, il est à l'eau. Dans le Midi, il pleut beaucoup, les orages sont à redouter.

 

Mai 1876   -  Mort du docteur Lequesne.  -   M, Lequesne, docteur-médecin à Saint-Martin-des-Besaces, arrondissement de Vire, a trouvé la mort dans un accident de voiture.

Le docteur Lequesne partait mardi à dix heures et demie du soir de Mesnil-Auzouf, où il venait de visiter des malades pour retourner chez lui. 

A quatre heures du matin, on le ramassait sans vie sur le territoire de la commune de Bremoy. Sans doute son cheval, en butant l'avait si malheureusement précipité hors de sa voiture, qu'il n'a pu se relever par suite de la violence de la chute. 

 

Juin 1876   -  Une famille éprouvé.  -  Dans l'un de nos précédents numéros, nous racontions la mort accidentelle de M Lequesne, médecin à Saint-Martin-des-Besaces, qui s'était tué en descendant de voiture. 

Aujourd'hui, nous avons à annoncer la mort du père du regretté docteur. Dans la nuit du 24 au 25 mai, M. Lequesne père, se trouvant indisposé, ouvrit la fenêtre de sa chambre pour prendre l’air, et tomba de cette hauteur sur le sol. On le releva presque inanimé, il est mort le lendemain. M. Lequesne était un ancien instituteur, il avait 76 ans.  

 

Mars 1877   -  Révision.  -  Les opérations du conseil de révision pour la formation des contingents de la classe de 1876 auront lieu prochainement. L'administration rappelle que c'est aux familles et aux jeunes gens à se procurer les pièces qui doivent justifier devant le conseil de leurs droits à la dispense. Il peut être accordé des sursis d'appel aux jeunes gens qui, avant le tirage au sort, en auront fait la demande. Les jeunes gens doivent, à cet effet, établir que, soit pour les besoins de l'exploitation agricole, industrielle ou commerciale à laquelle ils se livrent pour leur compte ou pour celui de leurs parents, il est indispensable qu'ils ne soient pas enlevés immédiatement à leurs travaux.

 

Mars 1877   -  Mort de froid.  -  M. Lecomte, cultivateur à Brémoy, était dans un tel état de souffrance, depuis quelque temps, que ses facultés intellectuelles en étaient affaiblies. Dans l'après-midi de lundi, profitant de l'absence momentanée de sa femme et de son fils, il sortit de chez lui, et quand sa femme rentra, elle ne le trouva pas. Inquiète, vu l'état maladif de son mari, elle fit, ainsi que son fils et des voisins, des recherches qui ne furent interrompues que par la nuit et restèrent sans résultat. Le lendemain, les recherches continuèrent dès le matin, et le malheureux Lecomte fut trouvé mort dans la partie des bruyères qui s'étendent entre Brémoy et Jurques. On suppose qu'il aura été pris de faiblesse, sera tombé, et, le froid aidant, n'aura pu se relever.  

 

Mai 1877   -  La foudre.  -  Mercredi, la foudre est tombée sur un troupeau de moutons, appartenant à Mme veuve de Sainte-Marie, propriétaire à Èvrecy, et en a tué vingt-six.

Vendredi, à Brémoy, chez M. François Allais, cultivateur, le tonnerre est tombé sur un peuplier qu'il a littéralement pulvérisé, des garde-heurt d'un grand poids ont été renversés, dans la maison, 24 carreaux et une glace ont été brisés. Heureusement personne n'a été atteint par le fluide électrique, quelques instants plus tôt, au même endroit, M. Allais passait avec deux bœufs et M. Jean Hue avec quatre chevaux.

 

Mai 1877   -  Un homme écrasé.  -  Jeudi, le domestique de M. Nicolas Canivet, propriétaire et maire de Brémoy, montait la côte de Jurques, conduisant une voiture chargée de chaux. Au moment où il donnait un coup de fouet à un de ses chevaux, sa casquette tomba et alla rouler sous les pieds de l'animal. Le pauvre garçon s'avança pour la ramasser, mais il s'embarrassa dans les cordeaux de l'attelage et tomba. La voiture, dont le mouvement avait été accéléré par suite du coup de fouet qui venait d'être donné, arriva sur le jeune  homme et lui écrasa les reins. Il est mort dans la soirée.  

 

Avril 1879  -  Écoles de filles, répartition de secours.  - Le Conseil, conformément au rapport de M. le Préfet, répartit une somme de 2 500 fr. à prendre sur le crédit de 5 000 fr. inscrit au budget de 1879, pour établissement et entretien d'écoles de filles.  Bremoy, 426 habitants, Mlle Denis (Céleste), 21 élèves payantes, 5 gratuites ; 450 fr. de traitement en 1878 ; indemnité personnelle accordée, 75 fr.  

 

Février 1890  -  Mort accidentelle.  -  Jeudi, le sieur Paul Boucher, 30 ans, ouvrier terrassier à Brémoy, est mort à la suite d'une chute de 80 centimètres, faite dans une carrière à ciel ouvert. C'est la rupture d'un anévrisme qui a déterminé la mort.  

 

Mars 1890  -  Puits empoisonné.  -  On a jeté du pétrole dans le puits du presbytère de Bremoy, de sorte que le curé ne peut plus en utiliser l'eau. Les auteurs de cet acte inqualifiable sont inconnus.

 

Juin 1897  -  Pendu.  -  Le cadavre du sieur Victor Lerouilly, 52 ans, hongreur à Brémoy, a été trouvé, par sa jeune fille, pendu dans un appartement prés leur maison d'habitation. Lerouilly était trésorier de la fabrique de Brémoy, qui se réunissait le jour même de son suicide. (source : Le Bonhomme Normand)

 

Décembre 1898  -  Recensement.  -  Les propriétaires de chevaux, juments, mulets et mules et de voitures attelées, devront, sous peine de poursuites, se présenter à la mairie, avant le 1er janvier, pour en faire la déclaration. (source : Le Bonhomme Normand)

 

Décembre 1898  -  Incendies.  -  D'une maison au sieur Louis Delaunay, à Brémoy. Pertes, 1 000 fr.

— D'une meule de foin au sieur Maillard, à Bretteville-le-Rabet. Pertes, 320 francs.

— Commencement d'incendie chez le sieur Tardif, épicier à Tilly-sur-Seulles. Pertes, 1 500 fr.

— D'une maison à la dame Lemichel, à St-Germain-le-Vasson.

— D'immeubles à la dame Lebourgeois, à Blangy. Pertes, 1 500 francs.

— D'une buanderie au sieur Tirel, à Saint-Jouin. Pertes, 1 050 francs. (source : Le Bonhomme Normand)

 

Août 1899  -  Vols de chevaux.   -   On a volé, la nuit, dans un herbage, un cheval de 250 francs au sieur Jamot, propriétaire à Biéville, près Mézidon.

— Une jument de 4 ans, valant 600 francs, appartenant au sieur Conseil, cultivateur à Brémoy, qui se trouvait au piquet dans une charrière dépendant de la ferme, a été volée. Conseil a retrouvé sa bête sur le champ de foire de Saint-Clair-la-Pommeraye, entre les mains d'un marchand de chevaux qui l'avait achetée 340 francs à un individu dont il donna le signalement. Cet individu est un nommé Léon Pain, dit Cornes, âgé de 39 ans, qui est en fuite. (source : Le Bonhomme Normand)

 

Décembre 1899   -   Voleurs de chevaux.   -   On recherchait depuis quelques jours un individu ayant dit s'appeler Pierre Girard, qui avait fait vendre sur le marché de Caumont, par un officier ministériel, une jument volée dans un champ, à Litteau, près Balleroy. 

Cet individu vient d'être arrêté. Ce serait le nommé Jean Descrettes, dit Girault, 56 ans, marchand de vaches à Saint-Jean-des-Baisants (Manche). 

— Une jument avait été volée, en juillet dernier, au sieur Conseil, à Brémoy, canton d'Aunay-sur-Odon. Le voleur, Paul Paris, 40 ans, né à la Ferrière-Hareng, vient d'être arrêté dans le département de l'Eure et transféré à Vire, où il a été écroué. (Source : Le Bonhomme Normand)  

 

Mars 1901   -   trop de pureté.  -  Un matin, le sieur Buot, propriétaire à Brémoy, allant réveiller, au petit jour, son domestique, Prosper Levardois, 25 ans, trouva couchée dans son lit la femme Élise Lecocq, 25 ans. Levardois raconta à son maître que la femme Lecocq, ayant eu une discussion avec son mari, était venue lui demander l'hospitalité.

Puis il jura, qu'elle était pure comme l'enfant qui, vient de naître, car il était resté à la veiller debout près de son lit, comme un frère.

Le tribunal de Vire n'a pas cru à tant de pureté, car il a condamné Levardois et la femme Lecocq à un mois de prison chacun pour adultère et complicité d'adultère. (Source  : Le  Bonhomme Normand)  

 

Avril 1901   -   Pendus.  -   Le sieur Aimé Pépin, cultivateur à Brémoy, canton d'Aunay, s'est pendu. Cet homme, qui était alcoolique, avait manifesté l'intention d'attenter à ses jours.

— Le sieur Louis Lecerf, employé d'octroi à Falaise, c'est pendu. Le malheureux était alcoolique. (Source  : Le Bonhomme Normand)

 

Juin 1901   -   Une discussion qui fini mal.  -  A la suite d'une discussion entre les sieurs Louis Corbel, charcutier à St-Martin-des-Besaces, et Jean Lerouilly, hongreur à Brémoy, canton d'Aunay-sur-Odon, une lutte s'est engagée entre eux. Tous deux roulèrent plusieurs fois sur le sol, dans la dernière chute, Lerouilly a eu le tibia de la jambe gauche brisé. (Source : Le Bonhomme Normand)  

 

Avril  1919    -     Rejet de demandes de concessions de mines.   -   Par décret en date da 11 avril 1919, est rejetés les demandes de MM. Jean et Georges Hersent et Jules Drouet, Pierre Saint-Léger, en concession de mines de fer sur les territoires des communes de Jurques, Saint-Pierre-de-Fresne, La Ferrlère-au-Doyen, les Loges, Cahagnes. Saint-Jean-des-Essartiers, Dampierre, St-Ouen-des-Besaces, Brémoy, arrondissement de Vire, département du Calvados. (Source  : Le Moniteur du Calvados)

 

Août 1924  -  Basse vengeance.  -  Bourdon Honoré, âgé 23 de ans, journalier à Brémoy, ayant été congédié par la dame veuve Croquevieille, propriétaire au même lieu, se promet de se venger dès qu'il aurait l'occasion de manifester par des coups la rancune qu'il nourrissait envers son ancienne patronne. Récemment donc, Bourdon assouvissait, sa vengeance, ce qui lui vaut une peine de 6 jours de prison, 50 francs d'amende et payer à sa victime, 100 francs de dommages et intérêts.

 

Octobre 1937  -   Le temps qu’il a fait en septembre.    Le mois de septembre a été normal pour les températures. La moyenne mensuelle à 14° 77. Partout, le maximum s'est présenté le 6, sans atteindre 36° à Lisieux, cependant, par exception, ce maximum s'est élevé à 31°.

Le mois a été généralement beau, sauf du 10 au 20, mais, au cours de cette période, les pluies ont été exceptionnellement abondantes.

Quelques orages faibles ont éclaté, spécialement le 19 et le 20. Les pluies, quoique tardives, ont été très favorables aux prairies, qui ont reverdi rapidement. (source le Moniteur du Calvados)

 

Octobre 1937  -   L’alcool qui tue.    M. Aristide Touzé, 56 ans, journalier, a été trouvé pendu à une solive de la cave de sa maison. Le malheureux, qui avait annoncé sa funeste détermination, s'adonnait à la boisson depuis quelque temps. (source le Moniteur du Calvados)

 

Mai 1938  -    Les pronostics de l'Abbé GABRIEL.      Baromètre : Le 14 Juin, à 7 h. du matin : 770.  Le 15 Juin, à 7 h. du matin : 769.

Maximum : 23° 6.   -   Minimum : 10° 8.

Le temps du 15. — Beau.

Temps probable pour le 16. — Vent des régions Nord-Ouest modéré, temps nuageux avec éclaircies ; rares et faibles ondées. Température sans grand changement.  (source le Moniteur du Calvados)  

Août 1938   -   Résumé météorologique du mois de juillet.   -  Le mois de juillet a été normal, dans son ensemble, aussi bien pour les pluies que pour les températures. La normale de température est en effet égale à 16° 93.

En ce qui concerne les pluies, l'écart avec la normale est beaucoup moindre que le public ne le supposerait à priori, en considérant les méfaits de la sécheresse. Le total des  précipitations à La Délivrande, 39 m/m, 62 à Bayeux et Brèmoy, 64 à Honfleur et Saint-Jean-le-Blanc, 72 à la forêt de Balleroy, 94 à la forêt de Saint-Sever.

Ces pluies éminemment bienfaisantes, n'ont pu compenser les effets de la sécheresse de printemps, elles les ont cependant atténuées dans de grandes proportions. Les pâturages, sans reverdir véritablement, ont échappé à un dessèchement complet et les éleveurs ont obtenu le minimum indispensable de nourriture pour leurs bestiaux.

Les pluies orageuses du mois d'août ont amélioré notablement la situation des prairies. Partout les récoltes sont excellentes en quantité et en qualité, en quelques endroits, la  moisson a été gênée par les orages. Abbé Gabriel. (Source : Le Moniteur du Calvados)

 

Novembre 1945  -  Un incendie.   -  Un feu provoqué par l’allumage d’une mèche de mine partie en fusée, s’est déclaré dans la toiture en chaume d’une grange appartenant à M.  Ferdinand Hamel, cultivateur à Brémoy. Grâce à l’intervention des pompiers de Saint-Martin-des-Besaces, le sinistre, a pu être maîtrisé. (source : Le Bonhomme Libre)

 

Novembre 1946  -  Un suicide à Brémoy.  -   Mme Louis Lebreton, 70 ans, s’est noyée dans un puits situé à proximité de son habitation. Le corps de la désespérée fut découvert par sa belle-fille venue lui rendre visite. La septuagénaire qui était paralysée depuis 1942 avait confié à ses proches son intention d’en finir avec la vie. (source : Le Bonhomme Libre)

 

Novembre 1946  -  Le ravitaillement.  -   La distribution des nouvelles cartes d’alimentation se poursuivra dans l’ordre alphabétique et aux jours suivants : Vendredi 29 novembre, L ; Samedi 30 : M. N. ; lundi 2 décembre : O. P. Q. R ; mardi 3 : S. T ; mercredi 4 (matin seulement) : U. V. W. Y. Z ; jeudi 5 et vendredi 6 : retardataires. (source : Le Bonhomme Libre) 

 

Septembre 1947  -    Un imprudent provoque l’incendie d’une meule à Brémoy.    Bernard Daigremont, 23 ans, ouvrier agricole brulait des ronces dans un chemin creux.

Le feu s’étant communiqué à une haie a détruit une meule de 700 bottes de foin appartenant à M. Francois Tillard, cultivateur, lui occasionnant un préjudice de 15 000 francs.  (source : Le Bonhomme Libre)

19.   La vie Normande  -  Batterie de sarrazin

Commentaires et informations : Facebook @