BRETTEVILLE - le - RABET

Canton de Bretteville-sur-Laize

Les habitants de la commune de Bretteville-le-Rabet sont des


Août 1866   -   Un incendie.   -   Dimanche matin, un incendie a éclaté dans un corps de bâtiment appartenant à M. Palais Michel, journalier à Bretteville-le-Rabet. Voici dans quelle circonstance :

La femme Palais allumait son feu avec des branches de colza, lorsqu'une flammèche passa par le haut de la cheminée et tomba sur le toit de la maison couverte en chaume.

Le manque d'eau et la grande sécheresse empêchèrent de porter aucuns secours. En quelques instants, tout fut détruit par les flammes.

 

Septembre 1868   -   Un incendie.   -   Nous apprenons qu'un incendie s'est déclaré cette nuit dans la ferme de M. de Foucault à Bretteville-le-Rabet. Une grange contenant 4 à 5000 gerbes de blé a été consumée.

La malveillance, au dire du propriétaire, ne serait pas étrangère à ce sinistre.

 

Janvier 1871   -  Nécrologie.   -  M. L'abbé Poulain, ancien curé de Bretteville-le-Rabet, et prêtre habitué à Troarn, vient de mourir dans cette dernière localité. Il était né en 1802.  

 

Février 1876   -  Tempêtes et inondations.  -  Dimanche, vers midi, une trombe de vent s'est abattue sur la commune de Bretteville-le-Rabet, hameau de Lafardelle, et a enlevé la couverture en paille et la charpente de la maison des époux Louis Palais, journaliers, un mur de refend s'étant trouvé ébranlé, une partie s'en est détachée et, dans sa chute, a effondré le plancher de la cuisine, au moment où ils préparaient leur dîner, entourés de leurs jeunes enfants.

Les parents n'ont eu que le temps de se sauver en les emportant dans leurs bras. Le mobilier a été ensuite retiré de dessous les décombres, sans être détérioré. La parts éprouvée par les époux Palais est évaluée à 1.000 fr., non assurée.

Vers une heure de relevée, une seconde trombe a enlevé la couverture en paille et la charpente d'un bâtiment à usage de grange, appartenant à M Désiré Jeanne, propriétaire et voisin des époux Palais. Dégâts, 800 francs

 

Mars 1903  -  Mines de fer.  -  Le représentant de la société d'études minières de Basse-Normandie, M. Bernard, administrateur, vient de solliciter la concession de mines de fer sur le territoire des communes de Bretteville-le-Rabet, Estrée-la-Campagne, Grainville-Languannerie, Ouilly-le-Tesson, Rouvres et Urville sur une superficie de 12 kilomètres carrés environ. Le prix offert pour la propriété tréfoncière est de 15 centimes hectares.

 

Février 1928  -  Incendie.     M. de Catona fils, faisant une ronde dans 1a cour de la ferme, vers 22 h. aperçut une forte lueur dans un des bâtiments dont une partie sert, de remise pour le matériel agricole, le reste contenant la chaudière, l'on fait aussi la nourriture pour les porcs, la toiture était en flammes. Les gendarmes de Languannerie accoururent, ainsi que les pompiers, les habitants du village et le personnel de la ferme. A une heure du matin, tout danger était écarté, le matériel agricole a pu être sauvé. Les dégâts ne sont, pas évalués, mais ils sont importants.
On suppose que le feu a été communiqué à la toiture par le conduit de la cheminée qui passe entre deux chevrons.

 

Mars 1936  -  Une cycliste est renversée par une auto.   -   Lundi soir, vers 17 heures, Mme Wicer Marie, 41 ans. ménagère à Grainvïlle-Langannerie venait de prendre son lait chez M. Dupart, à Estrées-Ia-Campagne et débouchait à bicyclette d'un chemin qui aboutit sur le chemin de G. C. de Langannerie à Saint-Sylvain, en plein bourg de Bretteville-le-Rabet. 

A cet endroit, la visibilité est nulle par suite de murs très élevés. 

De la direction de Langannerie, arrivaient deux automobiles. La première voiture passa librement, mais, aussitôt derrière, arrivait celle conduite par M. Delaplanche-Houguet Ernest, maréchal-ferrant à Saint-Sylvain. La cycliste, en l'apercevant, eut plusieurs mouvements d'hésitation.

L'automobiliste, pour l'éviter, obliqua sur sa gauche, mais malheureusement sans succès, et il alla heurter de son aile droite avant la roue avant de la bicyclette.

Mme Wicer fut projetée violemment sur la chaussée et l'automobile, continuant sa course, alla s'immobiliser sur un tas de démolitions de 1 m. 50 de hauteur.

Les deux occupants de l'automobile sortirent indemnes de la voiture et se portèrent aussitôt au secours de la cycliste, ainsi que plusieurs personnes présentes, mais tous secours étaient inutiles. Elle avait cessé de vivre.

M. le docteur Le Breton, médecin-légiste à Falaise, qui pratiqua l'autopsie conclut que la mort était due à une fracture de la base du crâne. 

La dame Wicer, de nationalité yougoslave, est mariée et mère de trois enfants : le plus jeune est âgé de 11 ans. (source M. C.)  

 

Novembre 1946  -  Échange de mauvais procédés.  -   En se rendant chez sa couturière, Mme Catillon, à Bretteville-le-Rabet, a été interpellée et frappée par Mme Louise Duranton qui lui a arraché une poignée de cheveux.

C’est du moins ce que prétend la plaignante. A son tour, Mme Duranton a déclaré aux gendarmes que Mme Catillon l’avait injuriée. (Source B.-L.)

Environs de Langannerie  -  BRETTEVILLE-LE-RABET  -  Château de l'Hôpital.

BRETTEVILLE-le-RABET  -  L'Église

Commentaires et informations : Facebook - @