Le BRÉVEDENT 

Canton de Blangy-le-Château

Les habitants de Le Brévedent sont nommés les Brévedentais et les Brévedentaises.


Juin 1874   -   Fait divers.  -  Soixante ou quatre-vingts jeunes arbres ont été coupés autour de la propriété du sieur Bunel, propriétaire à Brèvedent. Des bruits assez singuliers, dont nous ne pouvons nous faire l'écho, courent sur ce méfait qui n'a atteint que des arbres malingres, tordus.  

 

Mai 1883  -  Plus de cachot. –  Le ministre de l'instruction publique vient d'adresser aux recteurs d'académie une circulaire, dans laquelle il les informe que l'usage du séquestre dans les lycées et collèges doit être abandonné partout.

 

Juin 1883  -  Incendie. –  La semaine dernière, à, Brèvedent, un incendie a consumé une maison d'habitation appartenant à M. Théodore Lecarpentier, cultivateur, et occupée par les nommés Duval et Levillain. Perte, 7 600 francs.  

 

Octobre 1892  -  Arrestation d’un incendiaire.  -  Un incendie, dont les causes paraissent devoir être attribuées à la malveillance, s'est déclaré au Brèvedent, dans un bâtiment inhabité composé de maison d'habitation, laiterie, grange et charretterie, appartenant au comte du Hamel. La perte est évaluée 6 000 fr. Il y a assurance. La fille Levillain, 42 ans, journalière au Brèvedent, sur laquelle pèsent des soupçons, a été arrêtée et conduite à la prison de Pont-l'Evêque.  (Source B.N.)  

 

Octobre 1893  -  Incendie.  -  Un incendie à éclaté la nuit, commune du Brèvedent, dans un bâtiment appartement à M. Gauthier, propriétaire. Cela fait sept incendies que nous constatons, depuis six semaines dans les communes de St-Philbert, Moyaux et le Brèvedent. Ces sinistres sont dus à la malveillance, les habitants sont continuellement dans l'inquiétude. (Source B.N.)

 

Octobre 1923  -  Tentative de meurtre sur un Garde-Chasse.  -  Dans la nuit de lundi à mardi, M. Aristide Baranger, garde particulier de M. Pierre Adeline, propriétaire au Brèvedent, a été victime d'une tentative de meurtre dans les circonstances suivantes :
Il faisait une tournée de nuit, accompagné de M. Marcel Delanoë, valet de chambre de M. Adeline, lorsqu'au lieu dit « Le Bouguerne », dans un herbage situé en bordure du bois du Faulq, il aperçut deux hommes qui étaient à l'affût dans un pommier. Ces deux hommes prirent aussitôt la fuite, mais au moment l'un d'entr'eux, Pierre Bihiel, 39 ans, journalier à Bonneville-la-Louvet allait être rejoint, l'autre déchargea son fusil dans la direction du garde, qui, fort heureusement ne fut pas atteint. Sans perdre son sang-froid, le garde ranger terrassa Bihiel et le maîtrisa. Pendant ce temps, l'autre individu était revenu près des deux hommes et s'était emparé du fusil de son camarade avant de s'enfuir.

Immédiatement, Bihiel fut conduit, dans la nuit à la gendarmerie de Blangy, ou il fit connaître le nom de son compagnon.
Mardi matin, les gendarmes mettaient en état d'arrestation Henri Bertault, 36 ans, Fierville-les-Parcs, charpentier à Bonneville-la-Louvet, hameau du Nouveau-Monde, qui fut conduit au Parquet de Pont-l'Evèque, malgré ses dénégations.
Il affirme, en effet, qu'il était complètement étranger à l'agression dirigée contre le garde et il prétendit même qu'il n'était pas allé à la chasse et qu'il n'était pas sorti de chez lui.
On a retrouvé sur le lieu même de la tentative de meurtre, une casquette qui est incontestablement sa propriété. L'arrestation de Bihiel, coupable seulement du délit de chasse, n’a pas été maintenue. Des renseignements favorables ont été recueillis à Bonneville, sur le compte de ces deux chasseurs, qui, en la circonstance, ont fait pr euve d'une singulière audace.

 

Février 1924  -  L'affaire de Brévedent.  -  Le Tribunal a rendu son jugement dons l'affaire d'agression contre le garde-particulier Bérenger, du Brèvedent. Henry Berthauld, 30 ans, né à Fierville-les-Parcs, charpentier à Bonneville-la-Louvet, qui avait été arrêté pour cette agression, et avait subi une longue prévention, a été purement et simplement acquitté sur ce point.

A la précédente audience, en effet, on avait entendu des témoignages d'habitants de Bonneville-la-Louvet. qui étaient de nature à laisser penser qu'un coup de fusil avait pu partir par mégarde ou par accident, au moment où les chasseurs avaient été surpris par le garde.

D'autre par, des renseignements favorables avaient été recueillis sur M. Berthauld qui, aux yeux des personnes qui le connaissaient bien, n'avait jamais fait figure de criminel. Enfin, le prévenu se, défendit toujours très énergiquement d'avoir voulu tirer sur le garde. Ce sont toutes ces considérations qui motivent la décision du Tribunal. Pour chasse pendant la nuit, Berthauld a été condamné à 200 francs d'amende, 8 jours de prison (sursis) et confiscation de son fusil, sous une astreinte de 100 francs. Son camarade Pierre Bihel, 50 ans, journalier à Bonneville-la-Louvet, a été également condamné pour le délit de chasse à 200 francs d'amende, 8 jours de prison (sursis) au coût du permis, soit 100 francs et à la confiscation de son arme sous une astreinte de 100 francs.

Château du BRÉVEDENT (Calvados)

Commentaires et informations : Facebook - @