BRUCOURT 

Canton de Dozulé

Les habitant de la commune sont les Brucourtois et les Brucourtoises.


Septembre 1872   -  L’état civil.  -  Le ministre de l'intérieur vient d'adresser aux préfets une circulaire pour appeler leur attention sur le mauvais état, dans lequel se trouvent les actes de l'état civil dans la plupart des communes, et les inviter à veiller à ce que les municipalités prennent des mesures pour la conservation de ces importants documents, qui intéressent à un si grand degré la population tout entière.

 

Septembre 1872   -  Enquête.  -   Suivant arrêté de M. le Préfet du département du Calvados une enquête a lieu dans les communes de Hottot-en-Auge, Beuvron, Putot-en-Auge, Cricqueville, Brucourt, Périers-en-Auge et Dives sur le projet d'établissement de la voie du chemin de fer de Mézidon à Dives. Cette enquête sera close le 25 septembre.

 

Décembre 1873   -   Visites du premier janvier.   -  C'est le moment, ou jamais, de s'occuper des cartes qu'il est dans l'usage d'échanger à l'occasion du premier de l'an. C'est seulement à l'époque du 1er  janvier qu'on peut envoyer des cartes par la poste, c'est-à-dire sous enveloppe. Les cartes envoyées sous enveloppe doivent être affranchies à 5 cent, pour le rayon du bureau de distribution, en dehors du bureau de distribution, l'affranchissement est de 10 cent. Les cartes ne doivent porter que le nom, la profession et l'adresse. On peut en mettre deux sous la même enveloppe.  Une dame ne peut envoyer sa carte à un homme non marié, une demoiselle, quel que soit son âge, n'envoie jamais de carte.

 

Décembre 1873   -   Chemin de fer de Mézidon à Dives.   -  Par arrêté du 18 courant, M. le préfet a approuvé les projets de stations et haltes présentés parle concessionnaire. Des stations pour voyageurs et marchandises seront établies à Beuvron, Putot, Dozulé et Dives. Des haltes pour voyageurs avec voie de garage et quai aux marchandises, seront établies dans les communes de Mézidon, Magny-le-Freule, Bissières, Croissanville et Méry-Corbon. Enfin, des haltes pour voyageurs seront établies à Hottot-en-Auge, Brucourt, Varaville, et Dives-Cabourg.  

Juillet 1877   -  Parents, veillez !  -  Mardi, vers 5 heures du soir, on a retiré d'une mare, située dans la cour des époux Lesaulnier, cultivateurs à Brucourt, canton de Dozulé, le cadavre de leur enfant Emile-Georges, qui y était tombé.

— Mercredi malin dans une prairie de Mézidon, le jeune Isidore Piart, âgé de 9 ans, demeurant chez ses parents, est tombé accidentellement dans une mare, où il s'est noyé.  

 

Novembre 1877   -  Eaux minérales.  -  Le ministre de l'agriculture vient de transmettre à l'Académie de médecine une demande formée par M. Thirion, à l'effet d'exploiter, pour l'usage médical, une source d'eau minérale à Brucourt.

 

Janvier 1878  -  Les eaux de Brucourt.  -  De part le Conseil général du Calvados, les eaux minérales de Brucourt, canton de Dozulé, figureront à l'Exposition Universelle de Paris. Ces eaux, violemment attaquées par M. le docteur Bourienne, ont été non moins vigoureusement défendues par M. d'Hacqueville, auquel, en définitive, est restée la victoire.

Une des vertus aussi efficaces que secrètes, de ces eaux sera-t-elle proclamée dans le grand tournoi international ?

Une pareille réclame en faveur de Brucourt et du chemin de fer de Dives en vaudrait bien une autre.

 

Juin 1893  -  Eaux minérales de Brucourt.  -  Cette source d'eaux minérales, située près de Dives, vient d'être achetée par la compagnie de Vichy. Elle était la propriété de M. Laur, frère du député boulangiste. (Source B.N.)

 

Février 1894  -  Découverte de cadavre.  -  La. semaine dernière, le sieur Arsène Mailly, cocher, 40 ans, demeurant à Brucourt, a été trouvé mort dans le chemin de la commune. Sa mort est due à une congestion. (Source B.N.)  

 

Mai 1895  -   Un écrasé.  -  Deux domestiques de M. Chartes Lepetit, cultivateur à Brucourt, près Cabourg, étaient allés livrer de la marchandise. Au retour, ils revenaient chacun dans leur voiture, quand, sur le territoire de Saint-Vaast, le cantonnier prévint le conducteur de la première voiture que son camarade, Alfred Grafet, était tombé de la voiture qu'il conduisait. On y courut, mais Grafet était mort. (source B. N.)  

 

Mai 1897  -  Chasse au renard.  -  Le sous-préfet de Pont-l'Evêque avait autorisé les propriétaires de Brucourt à organiser une battue aux renards sous la direction de M. Porin. On prit d'abord une femelle ayant cinq petits, puis, en un mois, le garde de M. Porin, aidé de plusieurs personnes, a pris quinze renards dans leurs terriers et deux blaireaux. Combien de gibier et de poulaillers pour nourrir cette bande d'animaux malfaisants. (source B. N.)  

 

Mai 1897  -  Vol à Brucourt.  -  Félix Victor dit Colas, 19 ans, avait profité de l'absence de la demoiselle Quétel pour lui voler 1 250 fr. qu'il dépensa au Havre avec son frère. En février, Colas avait été condamné à 8 ans de travaux forcés ; son frère s'en tire aujourd'hui avec 6 mois de prison. (source B. N.)  

 

Août 1897  -  Basses vengeances.  -  Des malfaiteurs inconnus ont mutilé un animal domestique à la dame Olive, à Villerviile, et à la veuve Richard, à Brucourt.

-  Quatre pommiers de 20 ans, appartenant au sieur Gouley, de Maisoncelles-Pelvey, ont été dépouillés de leur peau sur un côté et dans le pied de l'arbre. Préjudice causé : 80 francs. (source B.N.)  

 

Septembre 1898  -  Fraudeur pincé.   -   La gendarmerie a saisi de l'eau-de-vie transportée en fraude par le sieur Augustin Daubisson, journalier à Brucourt, près Dozulé. Procès-verbal a été dressé. (source le B. N.)

 

Mars 1915  -  La fin du mendiant.  -  On a trouvé dans un bâtiment, à Brucourt, canton de Dozulé, où il avait l'habitude de se réfugier quand il venait mendier dans la commune, le cadavre du sieur Louis Riou, 55 ans, originaire de Crouay. Ce malheureux était sorti depuis peu de l'hôpital de Pont-l'Evèque. L'administration de cet établissement voulait l'envoyer dans  un asile de vieillards, mais Riou avait refusé et avait préféré s'en aller, malgré qu'il fut encore très malade.

 

Octobre 1927  -  Mystérieuse noyade.  -  Des terrassiers suivaient la voie ferrée entre Brucourt et Dives lorsqu'il entendirent le bruit d'une chute dans la rivière voisine. Ils accoururent  et virent un de leurs camarades, Georges Giffard, 39 ans, de Dives, qui se débattait dans l'eau. En vain, un cimentier M. Knockaert, plongea-t-il pour tenter de sauver le malheureux qui, pris de congestion, coula à pic.

On pense que M. Giffard sera tombé à l'eau en s'approchant imprudemment des berges.  

 

Novembre 1936  -   Méchanceté d’ivrogne.  - Louis Cauvigny, 55 ans, ouvrier agricole à Brucourt, le 19 septembre, au passage d'une motocyclette qui venait de Dives, jeta sous la roue avant de cette machine, son sac provisions contenant une bouteille. La moto perdit son équilibre et glissa. 

Mme Suzanne Bonne, de Villers-sur-Mer, assise sur le siège derrière son mari, fut projetée sur le côté de la route où elle resta toute étourdie. Cauvigny était ivre, au moment de commettre cet acte de malveillance et il est heureux que son geste n'ait pas eu de conséquences plus graves. 

Cauvigny a été condamné à 1 mois de prison et à 5 fr. d'amende pour ivresse. (source le M. du C.)  

 

Mars 1937  -  Une épicerie détruite par le feu.  -  Un incendie, causé par le mauvais état d'une cheminée, a éclaté à Brucourt, dans un immeuble à usage de débit et d'épicerie, sis en bordure de la route de Dives-sur-Mer à Dozulé, appartenant à M. Samaison, propriétaire à Criqueville et exploité par M. Martinet. Tout a été détruit. (source M. du C.)

 

Août 1945  -  Les réquisitions allemandes.  -  Les personnes qui, sur l’ordre des allemands, ont déposé des pneumatiques, batteries et armes, peuvent retirer à la mairie les imprimé nécessaires à la confection de leur dossier. (Source B.L.)

 

Août 1945  -  On retrouve le cadavre d’un jeune pêcheur.  -  Le 19 juillet, Edmond Bissay, 13 ans, demeurant à Brucourt, partait seul pêcher à la ligne au lieu « Le Syphon », sur le canal. Depuis cette date, l’enfant n’avait pas reparu, son corps vient d’être retrouvé par un fond  de 5 mètres.  (Source B.L.)  

 

Janvier 1947  -  Toutes les terres exploitables doivent être utilisées.     Toutes terres incultes ou abandonnées peuvent faire l’objet d’une demande de concession pour être remises en exploitation. Bien qu’en dehors des terrains pas encore déminés ou non remis en état, les terres incultes soient rares dans le Calvados, il est possible que certaines parcelles ne soient pas utilisées. Les demandes de concessions doivent être adressées à la Préfecture du Calvados, 4e division. (Source B.-L.)

Avril 1957  -  Le drame de l’imprudence.  -  En même temps que l'on reconstruit, les démineurs sont constamment appelés. Se découvrent régulièrement obus, mines et bombes non exploses. En dépit des mises en garde et des conseils de prudence, des accident surviennent avec de lourdes conséquences.

A Brucourt, près de Dozulé, un ouvrier scie une bûche dans sa cour. Logé dans des bois ou enfoui dans la terre à l'endroit ou tombe la coupe, un obus antichar explose. L' homme est tué avec son fils de 9 ans.

10.  -  Les Environs de Dozulé  -   L'Église de Brucourt

Commentaires et informations : Facebook - @