BURCY

Canton de Vassy

Les habitants de la commune sont des Burcéens, Burcéennes


Juillet 1866   -   Un malheur.   -   Un déplorable malheur est arrivé au village de la Fauvellière, commune de Burcy, canton de Vassy, vers trois heures du soir, le vendredi 13 juillet courant.

Les époux Édouard Madelaine Soignaient leur foin dans un pré voisin de leur habitation.

Leur petit garçon, âgé de 30 mois, voulait s'amuser à faner, et n'ayant pas de fourche à lui donner ils envoyèrent à la maison.

Dans le plant il y avait une charretée de foin, mise en équilibre au moyen de deux chambrières, et sous l'une d'elles était une pierre.

Sans doute l'enfant dérangea la pierre et la chambrière se trouvait dans une position oblique se rompit, et le pauvre enfant fut pris sous la voiture.

Lorsque ses malheureux parents s'en aperçurent leur enfant ne donnait plus aucun signe de vie.  

 

Mars 1870   -   Fait divers.   -   Dans la soirée du 20 mars dernier, un incendie a éclaté en la commune de Burcy , dans une maison appartenant aux sieurs Charles Leboucher et Alphonse Madeline, propriétaires à Gouligny (Orne). Cette maison était louée à un sieur Vautier, cultivateur.    -   Dans la soirée du 20 mars dernier, un incendie a éclaté en la commune de Burcy , dans une maison appartenant aux sieurs Charles Leboucher et Alphonse Madeline, propriétaires à Gouligny (Orne). Cette maison était louée à un sieur Vautier, cultivateur.

La perte mobilière éprouvée par ce dernier, s'élève à 1.800 fr., non assurée, celles des propriétaires à 2.000 fr. On ignore s'ils étaient assurés.

On croit que la malveillance n'est pas étrangère à ce sinistre. La justice informe.

 

Août 1871   -  Fait divers.   -   Des phénomènes atmosphériques singuliers se sont produits dans le département de la Seine-Inférieure et du Calvados. A Elbeuf, une pluie de fourmis ailées avait couvert de cette manne d'un nouveau genre les toits des maisons et le pavé des rues à Caudebec, des hirondelles ont été ramassées surchargées de ces insectes qui s'étaient attachées à elles et avaient entravé leur vol. Une véritable pluie de papillons s'est abattue aux environs de Paris.

 

Août 1871   -  Les impôts  -  Seigneur ! Seigneur ! Que va devenir le pauvre monde ? On met des impôts sur tout.

Sur les chats, sur les serins, sur le tabac, sur le boire et sur le manger.

Mais ce n'est pas tout encore, figurez-vous qu'un député de la droite, qui en aura sans doute mangé comme .. un satisfait, vient de proposer qu'on mette un impôt sur la teurgoule.

La teurgoule ! qu'est-ce que c'est que cela, vont se demander les petites maîtresses et les muscadins.

Mes petits agneaux, c'est le riz cuit au four, c'est la terrinée, que les gens comme il faut de la campagne appellent de la teurgoule….,..

Et cela, parce que les jours de fête, ces nobles goulifards se fourrent de telles cuillerées de ce mets délectable, que la.... bouche leur en teurd !

 

Septembre 1871   -  Fait divers.   -  Le 29 septembre dernier, vers 9 heures du matin, un incendie dont la cause est restée inconnue, a détruit un bâtiment à usage de grange, cave, étable, etc…., situé à Burcy, appartenant à la veuve Madeline, propriétaire à Caen, et exploitée par le sieur Pierre Bridet, cultivateur.

 

Juillet 1875   -   Mort accidentelle.  -  Le nommé Pierre Lioult, âgé de 74 ans, couvreur en paille à Burcy, est tombé, par suite d'une attaque d'apoplexie, du haut d'une maison qu'il recouvrait. Transporté chez un voisin, il est mort deux heures après sa chute.  

 

Avril 1879  -  Maison d’école et mobiliers scolaires.  -  Est approuvé l'état de répartition du crédit de 25 000 fr. inscrit au budget pour secours aux communes en vue des dépenses d'acquisition, de construction, de réparation des maisons d'école et d'achat ou renouvellement des mobiliers scolaires, conformément aux propositions contenues dans le rapport de M. le Préfet.  Secours sur les fonds départementaux à la commune de Burcy pour la construction d'une école de garçons 1 000 fr.

 

Juin 1882  -  La rage.  -  Dans le courant de la semaine dernière, un chien enragé a été tué à Burcy, par un sieur Maupas. Le maire de la commune a pris aussitôt un arrêté pour empêcher la circulation des chiens errants.

 

Août 1884  -  Incendie.    Dans la nuit de dimanche, la foudre est tombée à Burcy sur un corps de bâtiment servant d’habitation et appartement aux dames Delahaye, Blanchard, Hauville et Esnault. L'immeuble a été consumé en entier. Perte. 7 000 fr.  

 

Mars 1888  -  Basse méchanceté.  -  Depuis quelque temps, le sieur Bachelot, cultivateur à Burcy, avait des malheurs de toutes sortes : le feu prit chez lui, un de ses poulains fut tué et jeté à l'eau, deux bœufs crevèrent et plusieurs vaches succombèrent. Il soupçonna le nommé Maupas, meunier, qui lui en voulait depuis longtemps. Dernièrement, il l'aperçut qui se cachait dans la grange. Il se jeta sur lui, le terrassa et l'arrêta avec l'aide des voisins. La gendarmerie, prévenue, fit une enquête. Maupas prétendit que Bachelot l'avait entraîné dans sa grange pour le battre, mais des pommes déterre, qui avaient été jetées à la portée des bestiaux après avoir été fendues et recousues, lui donnaient le plus formel démenti. On fil l'autopsie d'une des bêtes mortes, et on reconnut qu'elle avait été empoisonnée par l'arsenic. Maupas a été écroué à Vire.  

 

Octobre 1890  -  Accident de chasse.  -  Le sieur Aumont, 30 ans, sacristain à Burcy, était allé chasser à la Graverie et y avait soupé. A une heure avancée de la soirée, il regagnait son domicile à travers champs, lorsqu'en sautant du haut d'une masse de fossé dans le chemin vicinal, presque en face de sa maison, il tomba sur des troncs d'arbres couchés dans la rigole. Malheureusement, dans sa chute, son fusil qui était chargé partit et le frappa à la hanche. Le sieur Aumont est mort deux jours après l'accident.  

 

Novembre 1893  -  Chronique judiciaire.  -   Jean Vasnier, 49 ans, cultivateur à Burcy, 25 fr. pour fausse plaque et défaut de guides. 

— Marie Lemaitre, 25 ans, née à St-Georges-d'Aunay, 12 fr., injures envers un garde-barrière et introduction sur la voie des chemins de fer. 

— Pierre Quesnot, 41 ans, cultivateur à Roucamps, 16 fr., chasse sans permis. (Source B.N.)

 

Septembre 1900  -  Incendie.  -  Dans la nuit de jeudi à vendredi, vers 2 heures du matin, un incendie dont les causes sont encore  inconnues à consumé au village du Maine, commune de Burcy, un corps de bâtiments d'exploitation appartenant à Mme d'Annoville, propriétaire a Burcy, et exploité par le sieur Léon Bachelot, cultivateur.  

 

Octobre 1900  -  Tentative d'incendie.  -  Le soir, la fille de M. Desmortreux, cantonnier hameau de Villeneuve, aperçut une clarté à l'angle de la maison de son père. Ce dernier, appelé, se leva aussitôt et remarqua qu'un petit tas de paille flambait sous le hangar ; quelques minutes auraient suffi pour communiquer le feu à des bottes de glui entassées sur le plancher supérieur et un sinistre devenait inévitable.

Dix jours auparavant on avait usé du même moyen chez M. Désiré Auvray, cultivateur en la même commune ; heureusement que la servante de cet homme s'était aperçue de ce commencement d'incendie qu'elle  avait pu arrêter avec quelques seaux d'eau. Ces deux tentatives d'incendie sont évidemment l'œuvre d'une main criminelle. MM. Desmortreux et Auvray ne soupçonnent personne pouvant être l'auteur de ces tentatives. La demoiselle Desmortreux prétend avoir aperçu quelqu'un s'enfuir, mais, par suite de l'obscurité, elle n'a pu donner aucun signalement. 

 

Avril 1907  -  Noyé dans un puits.  -  Voulant aller a Vire, M. Victor Decaen, cultivateur à Burcy, avait fait venir son frère Ernest Decaen, pour lui garder sa maison. En rentrant lundi soir, M. Victor Decaen, surpris de ne pas voir son frère, se mit à sa recherche. Apercevant auprès du puits des effets qu'il reconnut appartenir à son frère, il appela des voisins et, avec leur aide, retira du puits son cadavre. M. Ernest Decaen était sujet à de fréquentes crises d'épilepsie, mais il n'avait jamais manifesté intention d'attenter à ses jours. La possibilité d'un suicide pouvant être envisagée par la précaution qu'il avait eue d'ôter ses vêtements, une enquête est ouverte.

 

Février 1916  -  Mort pour la France.  -  M. Edmond Buot, 40 ans, cultivateur à Burcy, soldat au ….e d’infanterie, blessé le 3 juin 1915, est décédé des suites de ses blessures à l’hôpital de Charenton (Seine). Il a été inhumé à Burcy.

 

Avril  1923  -  Coup de pied de cheval.  -  Le 17 courant, vers 17 heures, M. Angot, cultivateur à Burcy, village des Forgues, reçut un coup de pied d'un étalon sur la cuisse droite, occasionnant une blessure Qui l'immobilisera plus d'un mois.

 

Novembre 1927  -  Brûlé vif. -  Rentrant chez lui, M. Arsène lepareur, 52 ans, cultivateur à Burcy, canton de Vassy, apercevait sa femme, les vêtements en flammes, tombée sur le seuil de la porte. Déjà, la mort avait fait son oeuvre.  

 

Juillet 1931   -   Certificat d’études primaires.   -  23 inscrits, 22 présents, 21 admis.
Garçons - Vassy-bourg :
Louis Bigeay, bien ; Gaston Ducret, bien ; Lucien Hébert, très bien, reçu premier du canton ; René Le Gallou, bien, reçu 2e du canton.
Estry :
Georges Delamare, Noël Romain, bien.
Pierres : Albert Gesnouin, Roger Jambin.
Filles - Vassy-bourg :
Lucienne Chérel ; Thérèse Duguay, bien, reçue 2e du canton ; Madeleine Leconte.
Burcy :
Lucile Leconte.
Bérnières-le-Patry :
Renée Lefèvre, bien, reçue première du canton.
Chênedollé :
Marguerite Sallot.
Estry : Madeleine Rohée.
Le Theil :
Georgette Cailly ; Alice Dagobert.
Montchamp : Thérèse Léonard, bien.
Diplômes d’éducation physique.
Lucien Hébert (Vassy-bourg) et Mlle Renée Lefèvre (Bernières-le-Patry).

Mars 1940  -  Délit de chasse.  -  Le ler  février écoulé, M. Bidart Armand, 39 ans, cultivateur à Burcy, fut surpris par les gendarmes au moment il chassait le lapin au fusil sans permis et sans autorisation. Il récolte 100 francs d'amende avec sursis. La confiscation du fusil est ordonnée, à moins qu'il ne verse au Trésor la valeur, soit 250 francs.

Mai 1941   -  Avis à la Population.   -   La Feldkommandantur du Calvados rappelle à la population que toute personne découvrant soit sur la voie publique, soit dans une propriété privée des objets ou imprimés suspects, tels, par exemple, que des tracts jetés par avion, doit en faire la remise à l'autorité militaire allemande la plus proche.    -   La Feldkommandantur du Calvados rappelle à la population que toute personne découvrant soit sur la voie publique, soit dans une propriété privée des objets ou imprimés suspects, tels, par exemple, que des tracts jetés par avion, doit en faire la remise à l'autorité militaire allemande la plus proche.

 

Septembre 1941   -  Suicide.   -   Sur une dénonciation, une perquisition fut faite chez M. Eugène Guitton, 43 ans, cultivateur à Presles, où un fusil de chasse fut découvert. Craignant une sévère punition, Guitton s'est pendu dans une étable, chez sa belle-mère, Mme Guitton, cultivatrice à Burcy.   

 

Mars 1944    -   Fait divers.   -   Les gendarmes Bonier et Coisnon, de Vassy, revenant de faire une enquête à Burcy au sujet d'un incendie longeaient la route de la Bijude sous le bois de Vassy, quand ils croisèrent 2 jeunes gens à bicyclette. L'un de ceux-ci, armé d'une mitraillette, tua le gendarme Bonier et désarma son compagnon. Puis les bandits s'enfuirent.

Les obsèques de l'infortuné gendarme Lucien Bonier ont été célébrées lundi dernier, à Vassy, en présence de toutes le autorités civiles et militaires Le colonel Demoulin, commandant la Légion de gendarmerie de Normandie a épinglé sur le drap mortuaire, la médaille militaire décernée à titre posthume à cette victime du devoir.

Après le service religieux célébra par le chanoine Lemasquerier, qui a prononcé une touchante allocution, le cercueil a été déposé devant le monument aux Morts pour la France. Là, un dernier hommage a été rendu au gendarme Bonier par M. Liard, sous préfet de Vire, et par le lieutenant Quicray, commandant la section de Vire. Puis la nombreuse assistance a défilé lentement devant la famille éplorée à laquelle nous adressons à notre tour nos condoléances bien affligées.

 

Décembre 1944  -  Le hasard fait parfois mal les choses.  -  Au moment de l’exode, la bicyclette de M. Prével, charcutier, avait été volée à Burcy. Il la retrouvée vendredi au marché entre les mains de M. Prieur, cultivateur à Viessoix, qui a déclaré l’avoir trouvée dans un de ses champs. Il sera poursuivi.

Environs de Vire  -  BURCY  -  Château du Coiset

Commentaires et informations Facebook @