CESNY - BOIS - HALBOUT

Canton de Thury-Harcourt

Les habitants de la commune sont des Ceiterniciens, Ceiterniciennes


Juin 1828  -  Une naissance.  -  En 1828, Cesny-en-Cinglais devient Cesny-Bois-Halbout.

 

Juillet 1869   -   Les travailleurs auxiliaires.   -  Son Excellence M. le ministre de la guerre a décidé qu'à défaut d'un nombre suffisant d'ouvriers civils, des militaires pourraient être mis, cette année, comme cela a eu lieu les années précédentes, à la disposition des cultivateurs qui en auraient besoin pour les travaux des champs.

Les cultivateurs qui désireraient recevoir des travailleurs auxiliaires, auraient à adresser à l'administration des demandes écrites, par lesquelles ils s’engageraient à se charger des frais de transport, aller et retour, à loger et à nourrir convenablement les travailleurs, à leur fournir des effets de travail et à payer, pour chaque journée d'homme, une rémunération pécuniaire fixée à deux francs.

 

Septembre 1869   -   Fait divers.   -   Dimanche, vers cinq heures du soir, à Cesny-Bois-Halbout, un incendie, supposé accidentel, a consumé deux hangars ainsi que le mobilier qui s'y trouvait, appartenant à MM. Constant Dieulafait, boulanger, et Achille Lasseray, journalier, plus un tas de bois, au préjudice du sieur Auguste Guy. La perte approximative a été évaluée à l.200 fr.  

 

Janvier 1879  -  Construction d’écoles.  -   Pour le Calvados, 25 constructions nouvelles dans 22 communes, dans l’arrondissement de Falaise : Saint-Marc-d'Oui!ly, 2 écoles ; Cesny-Bois-Halbout, école de garçons ; Espins, école mixte.

 

Janvier 1881  -  Incendie.  -  Mardi, à Cesny-Bois-Halbout, un incendie a consumé deux maisons couvertes en chaume, appartenant aux nommés Madelaine et Chrétien. La perte est évaluée à 3 000 fr.  

 

Juillet 1892  -  Immoralité.  -  Le nommé Pierre Levillain, de Fresney-le-Vieux, contre lequel un mandat d'arrêt avait été lancé pour attentat à la pudeur, a été arrêté à Cesny-Bois-Halbout, et  écroué à la prison de Falaise. 

— La gendarmerie a arrêté et conduit à Pont-l'Evêque le nommé Victor Jean dit Cottard, demeurant à la Rivière-Saint-Sauveur, près Honfleur, inculpé d'attentat à la pudeur sur un jeune garçon de 10 ans, dont les parents résident quartier du Poudreux. Ce lubrique personnage, âgé de 65 ans, n'en serait pas à ses débuts.  (Source B.N.) 

 

Mars 1893  -  Incendie.  -  A Cesny-Bois-Halbout, un incendie de cause inconnue a détruit un bâtiment, appartenant au sieur Doray. Pertes, 5 000 fr. (Source B.N.)  

 

Juin 1893  -  Récoltes dans le Calvados.  -  Blé d'hiver, bon ; seigle, bon ; avoine de printemps, assez bonne ; orge de printemps, passable ; foin, peu abondant par suite de la sécheresse, pommes, récolte moyenne sur certains points, presque nulle sur d'autre.  (Source B.N.)

 

Juin 1893  -  Morts subites.  -  Un nomade de 61 ans, disant demeurer à Saint-Denis-de-Méré et avoir deux enfants, dont un fils et une fille, est décédé subitement dans un bâtiment d'exploitation au sieur Alexandre Grusse, propriétaire à Cesny-Bois-Halbout. Il a dit plusieurs fois que sa fille demeurait à Elbeuf. 

— Au Plessis-Grimoult, mercredi dernier, une femme Perrine, 50 ans, d'origine bretonne, travaillait à casser de la pierre sur les carrières, lorsqu'elle s'affaissa en poussant un cri. Relevée aussitôt, elle rendit le dernier soupir sans avoir repris connaissance.  (Source B.N.)  

 

Août 1894  -  Toujours l’ivresse.   -  La semaine dernière, le sieur Lemonnier, 33 ans, boulanger au Bois-Halbout, s'est donné deux coups de couteau dans le ventre, puis est monté à sa chambre et s'est précipité sur le chemin. Il est mort dans la nuit sans avoir repris connaissance. On attribue ce suicide à l'ivresse. (source B. N.)  

 

Septembre 1894  -  Trop de vacances.   -  Pour l'année scolaire 1893-1894, on arrive, dans les lycées et collèges, au total inouï de 201 jours de congé contre 164 de travail. (source B. N.)

 

Septembre 1894  -  Le vélo.   -  L'Académie a parlé. Tout compte fait, sauf de très rares exceptions, hommes et femmes peuvent, sans danger pour leur santé, monter en vélocipède, cet exercice n'est interdit qu'aux personnes atteintes d'une maladie de cœur. (source B. N.)

 

Septembre 1894  -  Les effets des orages.   -  Après quelques jours de beau, le temps s'est remis à l'orage. Dans la banlieue de Paris, notamment à Rueil, les dégâts sont considérables. Dans le Calvados, un domestique de Banville, Tanquerel, 81 ans, qui à cause de l'orage avait quitté la charrue et ramenait ses chevaux à la ferme de son maître, le sieur Hervot, a été tué par la foudre ainsi que les deux chevaux sur l'un desquels il était monté. Un tout jeune homme, qui suivait à pied, n'a eu aucun mal. 

— À Caumont, la foudre a allumé un incendie qui a détruit l'écurie, les étables et les greniers d'une ferme. 

— Du côté de Clécy et à Cesny-Bois-Halbout, les dégâts causés par la grêle ont été énormes. La foudre est tombée en maints endroits, ne causant que des dégâts matériels. (source B. N.)

 

Mars 1896  -  Succès.  -  M. Vivien, distillateur à Bois-Halbout, vient d'obtenir une médaille d'or au concours général de Paris pour ses produits. (source B. N.)

 

Décembre 1896  -  Drôle de coffre-fort et pas sur.  -  La dame Victoire Halbout, propriétaire à Flers, venue passer quelques jours chez sa sœur y à Cesny-Bois-Halbout, avait apporté 3 000 fr., que lui avait confiés une de ses amies. Cette dame cacha cette somme, avec 5 300 francs appartenant à sa sœur, ,dans une vieille baignoire placée dans le grenier. Mais, quand les dames voulurent reprendre les 8 800 fr., ils ne trouvèrent plus rien. De hardis malfaiteurs avaient nettoyé la baignoire de cette somme. (source B. N.)  

 

Février 1897  -  Courrier attaqué.  -   La semaine dernière, vers neuf heures du soir, au sortir de la gare d'Harcourt, le courrier de Bois-Halbout a été attaqué par deux individus qui l'ont blessé assez sérieusement d'un coup de couteau a un bras. Les agresseurs sont connus. (source B. N.)

 

Septembre 1912  -  Collision  -  Une rencontre a eu lieu entre Auguste Legoux, 21 ans, journalier à Fresnay-le-Puceux, à bicyclette et Alfred Houel, 54 ans, charretier à Cesny-Bois-Halbout, qui conduisait un cheval par la bride. Les deux hommes furent blessés, surtout M. Houel, atteint sérieusement à la tête.

 

Mars 1923  -  Mort suspect.  -  Dimanche 11 courant, vers 17 heures, la petite bonne de Mme Delarue, cultivatrice à Cesny-Bois-Halbout, Angèle Levillain, âgée de 13 ans, se rendait dans un herbage pour donner du lait aux veaux, lorsqu'elle fut attaquée par un individu qui déjà à plusieurs reprises lui avait fait des propositions malhonnêtes. Cette fois l'homme qui paraissait ivre se jeta sur la malheureuse enfant et la fit tomber dans un fossé. La petite fille, très agile,  réussit à fuir et courut avertir sa patronne dont la ferme était très proche.
L'individu se voyant prie pénétra dans une étable située dans l'herbage. Mme Delarue se mit en devoir d'aller trouver le triste sire et en passant devant le café Leforestier elle aperçut M. Morillaud Fernand, 32 ans, cultivateur à Cesny-Bois-Halbout, qui sortait du dit café en compagnie de deux domestiques agricoles, Gaston Guy et Fauvel Raymond.
Mme Delarue demanda à Morillaud de faire sortir l'homme qui était caché dans son étable. Celui-ci accepta et se rendit sur les lieux accompagné des deux domestiques. L'individu se refusa à sortir, c'est alors que Morillaud se jeta sur lui et lui porta deux gifles qui le firent rouler à terre il resta inanimé. Les trois hommes transportèrent l'évanoui hors de l'herbage et le placèrent sur le bord d'un fossé du chemin, puis s'en allèrent.
Environ
3 heures après, deux personnes passant sur le chemin trouvèrent l'individu toujours inanimé au bord du fossé et coururent avertir le maire de la commune qui le fit transporter à l'hôpital de Falaise. L'individu est mort jeudi 15 courant, sans avoir repris connaissance, et comme les docteurs ont constaté une fracture du crâne, le permis d'inhumer a été refusé.
M le Procureur de la République a requis l'autopsie qui a été pratiquée vendredi soir. Il s'agit d'un nommé Alfred Lavarde, 64 ans, journalier à Acqueville, à Boulon, ayant subi plusieurs condamnations pour attenta à la pudeur et redouté dans le pays a cause de ses vices.

 

Juin 1928  -  Au feu !  -  Vers minuit, un incendie dont on ignore les causes, s'est déclaré dans le café exploité par M. Guy, à Cesny-Bois-Halbout, canton de Thury-Harcourt.

En dépit des efforts combinés des pompiers de Cesny, de Barbery et des permanents de Caen, sous les ordres du commandant Binet, il a fallu plusieurs heures pour enrayer le sinistre qui s'était étendu aux immeubles voisins. Le café Guy a été complètement détruit et les dégâts sont importants.  

 

Février 1936  -  Disparition.  -   Le jeune Lopin Pierre, 15 ans, grand, fort et pâle, portant un vêtement de travail, pantalon de velours, veste grise, gros souliers, un béret, est disparu du domicile de ses parents à Cesny-Bois-Halbout, depuis huit jours. Toute personne pouvant donner des nouvelles est priée de s'adresser à la mairie de ladite commune.  

 

Mai 1946  -  A la mémoire des fusillés de St-Clair.  -  Un comité vient d’être formé sous la présidence d’honneur du préfet et la présidence effective de M. Le Nevez, lieutenant F.F.I., et de l’abbé Anger, curé de Cesny-Bois-Halbout, pour élever un monument à la mémoire des cinq héros de la Résistance fusillés par les allemands, le 7 juillet 1944, à Saint-Clair.

Un appel est adressé à la générosité de tous ceux qui gardent le souvenir des martyrs de la libération. Les dons sont reçus par M. l’abbé Le Renard, curé d’Esson. (Source B. L.)

BOIS-HALBOUT (Calvados)   -  Route de Caen

BOIS-HALBOUT  -  Route de Caen

Cesny-Bois-Halbout (Calvados)   -  Un Coin Pittoresque

BOIS-HALBOUT  -  La Mairie

BOIS-HALBOUT (Calvados)   -  La Place

Château de MARTAINVILLE, près CESNY-BOIS-HALBOUT (Calvados)   -  La Basse-Cour

CESNY-BOIS-HALBOUT   -  Le Bourg

2   BOIS-HALBOUT (Calvados)   -  Route de Cesny.

BOIS-HALBOUT   -  La Place

Commentaires et informations : Facebook @