COLOMBY  s/ THAON 

Canton de Caen 

Les habitants de la commune sont des Colombiais, Colombiaises


Septembre 1890  -  Manœuvre dans le Calvados.  -  Les manœuvres de la 10e brigade d'infanterie ont lieu en ce moment dans la partie de la plaine de Caen, située au nord de la voie ferrée « Paris-Cherbourg » et limitée à l'est par !a ligne « Troarn-Varaville » et à l'Ouest par la ligne « Arromanches-Ryes ». 

Vendredi 12, repos. - Samedi 13, concentration du 36e, quatre pièces, du 129e, deux pièce, rencontre entre Colomby, Courseulles et Bény. - Dimanche 14, opérations entre Ouistreham et Arromanches. - Lundi 15, opérations sur les rives de l'Orne : Colleville, Pérriers, Beuville, Saint-Aubin, etc…... - Le mardi 16, repos. - Le 17, les opérations se poursuivent pour se terminer à Cuverville-la-Grosse-Tour, où le général Jamais passe la revue des troupes. 

 

Septembre 1890  -  Grandes manœuvres.  -  Les mouvements des troupes, pour les grandes manœuvres, commencent le 6 septembre. Le 129e  venant du Havre, débarquera à Trouville et se rendra à Varaville, d'où il s'avancera par journées, en manœuvrant vers Douvres. Le 36e se rendra d'abord à Creully et manœuvrera dans les environs pendant deux ou trois jours. 

Les deux régiments opéreront l'un contre l'autre pendant 2 jours. Enfin, la brigade, réunie sous les ordres du général Jamais, avec une batterie d'artillerie et un petit détachement de cavalerie, opérera contre un ennemi masqué. Le 14, autour de Colomby,  le 15, entre Périers et Ouistreham, le 17, autour de Cuverville-la-Grosse-Tour, village près duquel aura lieu la revue finale. Aussitôt après, les troupes sa disperseront.

Toutes les communes à partir de Honfleur jusqu'à Arromanches pourront être soumises au droit de réquisition. Nous crayons être utiles aux habitants des localités que les troupes traverseront et dans lesquelles elles feront halte, en leur conseillant de faire d'avance pour cette occasion des approvisionnements de pain, viande, charcuterie, boisson et autres. 

 

Novembre 1890  -  Une femme qui mouille son vin.  -  Lundi, à 11 heures du soir, la nommée Alice Achard, femme Fieffé, 49 ans, dentellière demeurant à Colomby-sur-Thaon, étant ivre, est tombée dans l'abreuvoir de la Prairie-St-Gilles, à Caen. Elle a été retirée de l'eau saine et sauve par le sieur Levacher, journalier.   (Source B.N.)

 

Juin 1893  -  Mort accidentelle.  -  Mercredi de la semaine dernière, le sieur Athanase Viel, 52 ans, cultivateur à Colombiers-sur-Seulles, partait le matin pour Caen en compagnie du sieur François Madelaine, de Sainte-Croix-sur-Mer, avec une voiture de foin appartenant à ce dernier. En quittant Caen, après avoir vendu son foin, le sieur Madelaine laissa Viel à la Folie et partit seul. Jeudi, le cheval de Viel rentra à la maison sans conducteur. La dame Viel se mit à la recherche de son mari et le découvrit sur le territoire de Colomby-sur-Thaon, étendu sur le côté de la route et rendant le dernier soupir. Plusieurs personnes étaient passées près de lui, à l'une d'elles qui lui demandait comment il se trouvait là, il répondit : « Je dors ». On le prit pour un homme ivre et on le laissa. 

Le cadavre portait une écorchure sur le bras gauche, paraissant produite par le fer de la roue de sa voiture, une autre écorchure sur le côté droit de la face, qui provenait probablement de sa chute de la voiture à terre, quatre côtes étaient fracturées et un poumon était perforé. Ce sont ces blessures qui ont déterminé la mort. On pense que Viel était ivre lorsqu'il est tombé. (Source B.N.)  

 

Novembre 1893  -  Un père qui veut tuer sa fille.  -  Samedi l'après-midi, une tentative de meurtre a été commise par le nommé Ferdinand Jouanne, 60 ans, journalier, sur la personne de sa fille, la dame Geffroy, âge de 35 ans, débitante et buraliste Cololomby-sur-Thaon. Jouanne était venu le matin à Caen, parait-il, pour y acheter un revolver. Dans l’après-midi, il alla chercher sa femme chez la dame Geffroy, et c'est là qu’il a tiré un coup de revolver sur cette dernière, qui, heureusement, n’a pas été atteinte. Jouane a été arrêté. (Source B.N.)

 

Février 1940  -  Accident.  -  Au carrefour de Colomby-sur-Thaon à Caen, une collision s'est produite le 17 octobre entre un camion chargé de betteraves, conduit par M. Jacques Francisetti, 41 ans, de Courseulles-sur-Mer, rue de la Marine, employé à la distillerie et une auto pilotée par M. Henri Perrault, chef de fabrication à l'usine Arky, à Caen, demeurant à Anguerny.
Par suite du choc, la voiture de M. Perrault fut projetée à l'intérieur de l'abri pour l'attente des cars, qui s'écroula, cependant que le camion allait s’arrêter sur la berne. Dans l'accident, M. Perrault a été légèrement blessé.

Le Tribunal correctionnel a condamné M. Jacques Francisetti à 25 fr. d'amende avec sursis et 5 fr. d'amende pour infraction au Code de la route.
M. Perrault qui s'est porté partie civile a obtenu, après plaidoirie de Mr Tesnière, une somme de 1.888 fr. de dommages et intérêts. Les conséquences doivent être supportée, par moitié par M. Perrault.  

 

Juin 1945  -  Pour leur retour.  -  Colomby-sur-Thaon a retrouvé tous ses prisonniers. Sur l’initiative de l’un d’eux, M. Lucien Déchauffour, et pour fêter ce retour, une représentation théâtrale a été donnée avec le concours d’amateurs de Bernières. Un nombreux public a longuement applaudi les artistes qu’il faut remercier pour la fructueuse après-midi qu’ils ont procurée aux rapatriés. (Source B.-L.)

11.  La Vie Normande  - En route pour la ville

Commentaires et informations  :  Facebook @