CORBON

Canton de Cambremer

Les habitants de la commune sont des Corbonnais, Corbonnaises

Avril 1918  -  La circulation des autos.  -  Les gendarmes de Cambremer n'admettent pas que le décret du 4 décembre 1917 sur la circulation des autos soit lettre morte, et on ne saurait
trop les en féliciter. Ces jours-ci, au carrefour Saint-Jean, territoire de Corbon, ils ont dressé procès-verbal au propriétaire d'une superbe limousine, M. Auguste Degravier, transitaire à Rouen, quai de la Bourse. Celui-ci, qui se dirigeait vers Caen, n'était, en effet, autorisé à circuler que dans l'arrondissement de Rouen et les arrondissements limitrophes.

Mars 1929  -  Un peu d'histoire.  -  Nous donnons ci dessous, un fragment de résumé de conférence de M. l'abbé Simon, de la Société Historique de Lisieux, au cours de laquelle il fut question de Corbon et de ses environs : « La situation géographique et l'aspect de la Normandie n'étaient pas VIe siècle, ce qu'ils sont maintenant.

Il y avait un bras de mer qui s'étendait depuis l'embouchure actuelle de la Dives jusqu'à Corbon. Les géologues reconnaissent là, en effet un sol laissé par la mer. La carte de Cassini (1760), nous montre que la Dives traversant un pays de marais, d'où émergent trois îles. Ce bras de mer existait-il au VIe siècle ? Nous n'avons pas sur cela de texte au-delà du 11e siècle. Un document de Dudon, entre 1015 et 1026, rapporte que la Dives entrait en mer à Bavent. Il est assez probable que auparavant, l'estuaire s'avançait plus haut encore. Au 16e siècle, la marée couvrait les marais de Clèville. L'entrée de cet estuaire était relativement étroite, puisqu'on parle du pont de Dives. À l'époque romaine, rien ne révèle, dit Gidon, la mer à ces endroits.

Il dut y avoir un affaissement du sol atteignant que son maximum au 5e siècle ».

Février 1940  -  Un homme est trouvé gravement blessé sur la route.  -   Le 9 février, dans la soirée, les gendarmes de Cambremer étaient avisée par téléphone qu'un blessé gisait route nationale 13, sur le territoire de la commune de Corbon, quelque 600 mètres du carrefour Saint-Jean.

Grièvement blessé à la tête, la victime, M. Joseph Toupé, naguère employé chez M. Halquier, à Bléville, fut transporté à l'hôpital de Lisieux par les soins du capitaine Juniaux, de la garde mobile de Lisieux, qui se trouvait sur les lieux. Une enquête est ouverte pour établir les circonstances de cet accident.

CORBON  (Calvados)   -   Le Carrefour Saint-Jean

Hôtel du Carrefour Saint-Jean  -  CORBON  (Calvados)

56.   Lisieux et ses Environs -  CORBON  -   Ancienne Vacherie Nationale

CORBON  (Calvados)   -   Le Carrefour Saint-Jean

Le Carrefour Saint-Jean,  à  CORBON  (Calvados) 

CORBON  (Calvados)

CORBON  (Calvados)

CORBON  (Calvados)   -   Le Carrefour Saint-Jean