CORDEY

Canton de Falaise

Les habitants de la commune sont des Cordéens, Cordéennes


Janvier 1879   -  Secours.  -  Une subvention annuelle de 2 000 fr. vient d'être accordée au collège de Lisieux, pour la création d'une chaire d'histoire et de géographie, et 200 fr. ; à la fabrique d'Allemagne pour l’aider à payer une dépense d'acquisition d'objets mobiliers ; Saint-Come-de-Fresné, pour réparation de l'église et du presbytère, 800 fr. ; Crouay, pour l'appropriation et l'assainissement du presbytère, 600 fr. ; Mosles, pour réparation à l'église et au presbytère 1 000 fr. ; Goupillières, pour réparation à l'église et au presbytère, 800 fr. ; Janville, pour l'appropriation du presbytère, 400 fr. ; Cordey, pour la restauration du presbytère, 600 fr. ; Le Détroit, pour le même objet, 500 fr. ; Soumont-Saint-Quentin, pour réparation de l'église et du presbytère, 700 fr. ; Norolles, pour réparation de l'église, 300 fr.

 

Octobre 1882  -  Statistique.  -  La statistique vient de découvrir que la Calvados est un des départements dans lesquels il y a le plus de vieilles filles, et où les vieillards se trouvent en plus grand nombre.

 

Octobre 1882  -  Tous bons enfants.  -  Récemment à Cordey, près Falaise, les gendarmes, qui, avaient besoin du cachet de la mairie, ont dû s'en passer, le maire étant parti en voyage avec !.Il en est de même à Varaville, seulement ce n’est pas le maire, c'est le garde-champêtre qui a le cachet de la mairie, et quand il est absent, impossible de rien faire légaliser. On a déjà réclamé plusieurs fois à la préfecture, mais inutilement, ils sont si bons enfants, là-dedans, que pour ne faire de peine à personne, ils ne s'occupent de rien.

 

Avril 1891  -  Un curé paresseux.  -  Un curé qui craint de s'enrhumer, c'est celui de C…….. Comme on venait le chercher pour administrer les derniers sacrements à l'un de ses paroissiens, il répondit qu'il faisait trop froid et ajouta : « Soyez tranquille, si le bonhomme va en purgatoire, je ferai tout mon possible pour l'en tirer. » Il nous semble que, dans l'espèce, mieux vaut avant qu'après.  

 

Décembre 1893  -  Affreux accident.  -  La semaine dernière, ayant à laver une blouse, la dame Jean Hys, demeurant à Cordey, près de Falaise, avait habillé chaudement ses deux enfants, l'un de 2 ans 1/2, l'autre de 5 ans, pour les emmener, mais la dame Hys, craignant que ses enfants n'aient froid, leur dit de rester à la maison, leur recommandant de ne point s'approcher du foyer où quelques charbons restaient sous la cendre. Elle était depuis quelques minutes occupée à laver à dix mètres de chez elle, lorsqu'elle entendit sa petite fille appeler au secours. Elle accourut, et, au même instant, la porte ayant été ouverte, le petit garçon sortait en criant. S'étant approché du foyer, il avait voulu allumer de la paille et une étincelle avait mis le feu à ses vêtements. Il est mort en proie à d'horribles souffrances. (Source B.N.)

 

Septembre 1926  -  Pas gêné.  -  Deux employés de la fromagerie des Rochers revenaient du ramassage du lait de la tournée de Bazoches-au-Houlme, lorsque, en passant à Cordey, ils perdirent un cric valant 350 francs. Quand ils s'en aperçurent, ils revinrent sur leurs pas, ils apprirent que l'outil avait été ramassé par un cultivateur de Cordey, qui était passé en voiture.

Celui-ci refusa de rendre le cric, disant qu'il lui fallait une récompense.

Les deux employés revinrent à Falaise et le directeur de la fromagerie porta plainte à la gendarmerie. Le cric a été rendu et la plainte serait maintenue.

 

Avril 1930  -  Encore un infanticide.  -  A Cordey, canton de Falaise, Marthe Désirée Lebailly, 25 ans, servante chez M. Édouard Deroy, agriculteur, a accouché clandestinement d'un enfant de sexe féminin qu'elle a laissé mourir, faute de soins.

Elle a placé ensuite le petit cadavre dans une malle. À l'arrivée du médecin, elle a tenté de s'enfuir, mais a fini par avouer son crime. Comme elle est malade, on l'a laissée chez ses parents. L'enquête a établi que l'enfant était né viable.

 

Février 1940  -  Dans la carrière.  -  M. des Hameaux, propriétaire à Falaise, possède à Cordey, lieu dit Carabillon, une carrière dans laquelle, dit-il, un entrepreneur, M. C… aurait prélevé 1.000 mètres cubes de pierre sans autorisation.

L'entrepreneur mis en cause affirme avoir traité non avec le propriétaire, mais avec le locataire de la carrière de Carabillon. Enquête.

A travers la campagne normande

Commentaires et informations Facebook @