COTTUN

Canton de Bayeux

Les habitants de la commune de Cottun sont des Cottunois, Cottunoises.

Janvier 1867   -   Le froid.   -   la soirée et une partie de la nuit de samedi à dimanche dernier ont été marquées par une température exceptionnelle.

Il est tombé, pendant plusieurs heures consécutives une sorte de pluie fine et glacée qui a converti nos rues et nos places publiques en une véritable mer de glace, sur laquelle les mieux aguerris ne parvenaient que fort difficilement à conserver l'équilibre. Aussi les chutes ont-elles été nombreuses.

Plusieurs d'entre elles ont donné lieu à des accidents plus ou moins graves.

 

Janvier 1867   -   La neige.   -   Pendant deux jours, mais principalement dans la nuit de mardi à mercredi dernier, la neige est tombée en grande abondance, tant à Caen qu'aux environs.

Les lettres que nous recevons de nos correspondants, nous informent que le même fait s'est produit sur tous les points du département.  

 

Mars 1875   -   Le printemps.  -  Si cela continue, le printemps sera inauguré par la gelée ou la neige. En Angleterre, des vents violents ont causé beaucoup de malheurs. Des maisons en construction ont été renversées et des ouvriers ont péri.

 

Avril 1875   -   Mort accidentelle.  -  La femme Simon, âgée de 57 ans, demeurant à Cottun, étant à laver du linge dans une mare située près de sa maison, est tombée dans l'eau. Retirée un instant après par son mari et plusieurs autres personnes, elle n'a pas donné signe de vie.  

 

Avril 1879  -  Répartition de secours pour les bâtiments communaux.  -  Le Conseil répartit entre les communes inscrites ci-après une somme de 13 130 fr. à prélever sur le crédit de- 15 000 fr. porté au budget de 1879 sous le titre : Subvention pour acquisitions, travaux et réparations d'églises, mairies et autres édifices communaux. Cottun, travaux à l'église, 150 fr.  

Décembre 1880  -  Les suites des expulsions.  -  MM. .Gérard, maire de Barbeville ; de Nolandé, maire de Cottun ; de Bonvouloir, maire de Magny, et de Vaulogé, maire de Tour, arrondissement de Bayeux, viennent d'être suspendus de leurs fonctions pour deux mois, par arrêté préfectoral, pour avoir, lors de l'expulsion des Prémontrés de Mondaye, pris part à la manifestation organisée contre les agents de l'autorité. Le ministre de l'intérieur, qui est seul compétent pour prendre cette mesure, vient de les révoquer par arrêté du 7 décembre.  

Octobre 1883  -  Un enterrement.    Mercredi dernier, mourait à Cottun, canton de Bayeux, un sieur Richard Onfroy, toutes les formalités avaient été remplies, et le service funèbre fut  fixé au jeudi matin, à 7 heures.

Or, au moment où la famille, les amis et invités attendaient au domicile du défunt la levée du corps, M. le curé arrive seul, sans surplis, sans étole, et il annonce que l'enterrement ne peut avoir lieu que le lendemain. On lui demande les raisons de ce retard, il commença par dire que le délai réglementaire n'était pas expiré. On lui fit remarquer qu'il avait entre les mains le permis d'inhumer délivré par le maire. Le curé finit par avouer que le custos de Crouay, qui était chargé de faire la fosse, jugeait à propos, vu le mauvais temps, de refuser à achever son travail.

Les parents du défunt se mirent à l’œuvre, finirent de creuser la fosse, et l'inhumation put avoir lieu.  

 

Avril 1893  -  Le gui.  -  Nous rappelons qu'un arrêté préfectoral ordonne a tout cultivateur ou propriétaire d'enlever le gui des pommiers. Des procès-verbaux seront dressés aux cultivateurs et propriétaires qui ne se conformeraient pas à cet arrêté. (Source B.N.)

 

Mai 1893  -  Vols importants.  -  800 fr. ont été enlevés, à l'aide d'escalade et d'effraction, aux époux Briaud, cultivateurs à Cottun, pendant qu'ils étaient absents. 

132 francs, ont été volés aussi à l'aide d'escalade et d'effraction, à M. Vicq, instituteur à Nonant. (Source B.N.)

 

Mai 1893  -  La sécheresse.  -  Dimanche, dans toutes les églises du diocèse, on a donné lecture d’une lettre de l’évêque de Bayeux, prescrivant des prière pour obtenir la Cessation de la sécheresse. (Source B.N.)

 

Juillet 1893  -  Erreur fatale.  -  Le sieur Amand Havard, 61 ans, débitant à Cottun, s'est empoisonné en absorbant de l'eau de javelle croyant boire de l'eau naturelle pour se désaltérer. (Source B.N.)

 

Novembre 1900  -  Un enfant tué. -  Mardi dernier, vers 4 heures et demie le soir, le nommé Godefroy, domestique de M. Lemère, cultivateur à Cottun, conduisait une voiture chargée d'une barrique d'eau, pour abreuver des bestiaux. La chambrière de la voiture s'étant détachée est venue frapper dans les jambes de la Jument qui s'est emballée dans un herbage dont  la barrière était restée ouverte.

Malheureusement, deux jeunes enfants jouaient à l'entrée de cet herbage et l'un d'eux, le jeune Castel, âgé de trois ans, n'a pas eu le temps de se sauver ; la voiture ayant heurté l'un des piliers de la barrière le jeune Castel qu'il se trouvait auprès fut frappé en plein front par le moyeu de la voiture. Il tomba baignant dans son sang ; sa mère accourue aussitôt ne ramena qu'un petit cadavre. 

 

Septembre 1916  -  N’accueillez pas les déserteurs.  -  Une cultivatrice de Cottun, près Bayeux, Mme Chirot, avait embauché, pour finir sa récolte, un individu ayant dit s'appeler Léon Lecoq. Invité, par des gendarmes de passage, à justifier de son identité, le soi-disant Lecoq finit par avouer, après des réticences, qu'il s'appelait Leconte, domicilié à Sainte-Marguerite-d'Elle, et qu'il était déserteur du 36e. Il fut arrêté et remis à l'autorité militaire. Mme Chirot, qui avait négligé de s'assurer de l'identité de son journalier, sera poursuivie.  

 

Novembre 1916  -  Notée dans un puits.   -  Mme Halze, dont le mari est cantonnier à Cottun, était partie au marché de Bayeux, laissant seules à la maison ses trois fillettes dont l'aînée à 6 ans. Pendant son absence, la petite Louise, 4 ans, eut la fatale idée de monter sur une planche recouvrant un puits ouvert au niveau du sol. La planche céda et l’enfant fut précipitée au fond du puits. Quand on la retira, elle était morte. On se demande comment on avait eu la négligence de recouvrir aussi imparfaitement l'orifice du puits.

 

Août 1917  -  Une mauvaise bonne.  -  M. Maugé, fromager à Cottun, près Bayeux, avait mis sous plusieurs enveloppes une somme de 2 065 francs destinée au paiement du lait dû aux fournisseurs. Il avait ensuite remis cet argent à son conducteur, M. Pasteur, chargé de le répartir. Ce dernier oublia de monter les enveloppes et les laissa dans la cuisine. Quand il descendit, le lendemain matin. Il constata que l'argent avait disparu. Une bonne de la maison, une femme Blanche Hamelin, 23 ans, était partie, pendant la nuit, en emportant le magot. Cette femme n'en est pas à son premier coup, car elle a été déjà condamnée à neuf mois de prison pour vol dans la région de Balleroy.

Août 1917  -  Le temps qu’il fait.  -  Après quelques journées d'une chaleur excessive, des orages ont éclaté un peu partout, dans notre région, retardant la récolte du foin qui, jusqu'ici, s'opérait sans encombre. Pour quelques jours le temps est redevenu maussade, pluvieux et froid. Espérons que ça n'est qu'une mauvaise passe.

 

Juin 1925  -  Vol.  -  Les gendarmes ont arrêté les sieurs Auguste Foustrel, 27 ans, vannier à Deville-lès-Rouen, et Emile Auvray, 30 ans, domestique, originaire de Formigny, auteurs du vol d'une poule et d'un canard dans une ferme sise à Cottun.

 

Avril 1942   -   Conseil municipal dissous.   -   C'est celui de Cottun, en raison des dissensions existant dans son sein. Une délégation spéciale est formée, composée de MM. Thomine, président, Léon Groult et Alphonse Osmont.     -   C'est celui de Cottun, en raison des dissensions existant dans son sein. Une délégation spéciale est formée, composée de MM. Thomine, président, Léon Groult et Alphonse Osmont.  

 

Mars 1943   -   Dans les mairies.   -   L' « Officiel » a publié un arrêté portant dissolution du Conseil municipal de Cottun. La composition de la délégation spéciale instituée dans cette commune est la suivante : président, M. Osmont ; membres : MM. Groult, Lamoureux. Il publié également un arrêté déclarant démissionnaire d'office de leurs fonctions. MM. Viel, maire d'Escoville ; Savary, maire de Planquery et Mézel, adjoint au d’Ecrammeville.

COTTUN  -  Parc du Château 
Château de COTTUN
COTTUN.  -  Un Coin du Village
COTTUN.  -  L'Église

Commentaires et informations : Facebook  -  E-mail