COURTONNE - la - MEURDRAC

Canton de Lisieux

Les habitants de la commune sont des Courtonnais, Courtonnaises

Novembre 1866   -   Un incendie.   -   Lundi dernier, le feu a réduit en cendres la toiture d'un bâtiment à usage de boulangerie appartenant au nommé Roussel Joseph, boulanger à Courtonne-la-Meurdrac, canton de Lisieux. Grâce au concours empressé de la plus grande partie de la population de la commune, qui au premier signal s'est empressée d'accourir sur les lieux, l'incendie a pu être concentré dans son foyer, ce qui a permis de préserver de la destruction un corps de bâtiment considérable attenant à la boulangerie.

Cet incendie est purement accidentel. Le feu a pris naissance dans le plancher du bâtiment incendié, auquel il avait été communiqué par une lézarde pratiquée sur la voûte du four. La perte évaluée approximativement à la somme de de 1430 francs, est couverte par une assurance.  

 

Mai 1871   -  Fait divers.   -  Le 24 de ce mois, vers une heure du soir, un commencement d'incendie a éclaté dans un bois taillis situé à Courtonne-la-Ville, et en a détérioré environ deux hectares appartenant aux sieur Auguste Cassey et veuve Alabarbe, propriétaires. Perte 150 fr., assuré. Cet incendie est attribué à l'imprudence du nommé Potier, journalier à Thiberville.  

 

Août 1872   -  Loi sur les boissons.   -  Tout détenteur d'appareils propres à la distillation d'eaux-de-vie ou d'esprits est ténu d'en faire, au bureau de la régie, une déclaration énonçant le nombre et la capacité de ses appareils.

 

Août 1872   -  La fin du monde.   -  On sait que la fin du monde avait été prévue pour le 5 de ce mois, elle n'a pas eu lieu, parce qu'elle a été, paraît-il, remise au 12 août, selon les uns, et selon les autres, au 15 août, fête de l'ex-empereur.

 

Août 1872   -  Fait divers.   -  Dernièrement, cinq ou six garnements de seize à dix-huit ans, prenaient leurs ébats dans un cours d'eau de Courtonne-la-Ville, qui coule à l'extrémité de la propriété de maître Pierre X... et de Mlle Désirée, sa sœur, âgée de trente-six ans, et peu commode.

Mlle Désirée aperçut de loin les baigneurs, qui n'avaient pour tout vêtement que leurs cheveux, et en fille curieuse, voulut les voir de plus près.

Elle appela donc son frère, et tous les deux se dirigèrent vers la bande, qui se mit à déguerpir, à l'exception d'un seul, le nommé Gustave, qui cherchait en vain à enjamber un  microscopique caleçon.

Non content d'enlever les effets du pauvre gars, qu'ils portèrent à la mairie, maître Pierre lui flanqua des coups de sabot et mademoiselle sa sœur des coups de râteau.

Cette affaire a fait beaucoup de bruit, à cause surtout du costume par trop primitif dans lequel l'infortuné Gustave fut obligé de se présenter devant la municipalité de Courtonne, pour réclamer sa chemise, ses chaussettes, son gilet de peau, etc…….

La justice s'en est emparée et le tribunal correctionnel de Lisieux a condamné le frère et la sœur à chacun 25 fr. d'amende, pour coups et blessures à un individu court vêtu.

 

Juillet 1875   -   Inondations du Calvados.  -  A l'annonce du désastre qui vient de frapper Lisieux, nous nous sommes rendu sur les lieux.

Pendant, une partie de la journée de mercredi, la pluie était tombée abondamment et la foudre n'avait cessé de gronder.

Vers sept heures du soir, une trombe épouvantable s'est déchaînée sur Courtonne, Glos et Lisieux.

L'avalanche d'eau a été si rapide que devant elle il était impossible de se sauver. En essayant de fermer ses volets, le sieur Prisse a été emporté et noyé. En quelques instants l'eau a atteint dans certains endroits jusqu'à trois mètres de profondeur.

Jusqu'à présent, on ne compte que six morts : Deux à Lisieux. Quatre à Glos.

Trois des personnes noyées ont été entraînées par le courant au moment où elles essayaient de quitter leur maison qui s'écroulait en même temps que le pont de Glos.

Une femme a été emportée par la trombe et noyée au moment où elle appelait ses enfants qu'elle croyait en danger.

Des maisons et des hangars sont effondrés, des murs et des ponts sont renversés, plusieurs fabriques sont endommagées.

Les pertes sont considérables. On parle d'un million pour les fabriques. Il y aura chômage. Encore des misères à soulager.

Jeudi matin, Pont-l'Evêque a été envahi par les eaux, qui ont atteint, dans certaines rues, une hauteur de 1 m. 50.

Partout les eaux sont en décroissance, et tout fait espérer que là s'arrêtera le mal.

 

Juillet 1875   -   Orages et tonnerre.  -  Les orages annoncés par le prophète Nick pour le mois de juillet ont éclaté à leur heure. Paris et ses environs la Seine-lnferieure et l’Eure en ont ressenti les effets.

Notre pays n'a pas non plus été épargné, il y a même eu morts d'hommes. Le sieur Lefort, boulanger à Bernières, a été tué par la foudre au moment où il sortait de son jardin avec une brouette, et 1e sieur Ferdinand Séron, propriétaire à Tournay-sur-Dives, arrondissement d'Argentan, a été frappé par la foudre, vendredi dernier, dans un pré où il était à faucher. L'arrondissement da Lisieux a eu beaucoup à souffrir : le vent, l'eau et la grêle, dont certains grêlons atteignaient la grosseur d'un marron, ont fauché les colzas, les blés et les pommiers.

Une grande consternation règne dans les communes de Moyaux, Fumichon, etc….., où en quelques heures, les cultivateurs ont vu anéantir l'espoir de toute une année.

— La comète n'est pas étrangère aux grandes chaleurs que nous subissons. En 1811, une comète fut visible, et les chaleurs et la sécheresse furent telles qu'un grand nombre de rivière tarirent, en 1846, nouvelle comète, nouvelle sécheresse, l'eau devint tellement rare dans certains endroits que des bestiaux périrent de soif. En 1811 comme en 1846, le vin fut abondant et d'une qualité supérieure, on espère qu'il en sera de même en 1874, aussi les cours des vins sont-ils en baisse de 10 fr. par hectolitre. A Marseille, le thermomètre a marqué, à l'ombre, 40 degrés, à Paris, au soleil, 44 degrés. De nombreux cas d'insolation sont signalés.

 

Juillet 1875   -   Les inondations.  -  Notre département gardera un triste souvenir du mois de juillet 1875. Ce mois, ordinairement le plus beau de l'année, est froid et pluvieux, de fréquents orages ravagent et détruisent tout. Comme on le verra plus loin, à dix jours de date un nouvel orage s'est abattu sur la malheureuse ville de Lisieux.

Voici quelques détails complémentaires sur les inondations du Calvados :

On compte quinze communes de l'arrondissement de Lisieux qui ont eu à souffrir de l'inondation. Toutes les routes sont ravinées, quelques-unes complètement défoncées. Il y a dix ponts à refaire entièrement. Partout, le foin coupé a été entraîné par les eaux.

—La voie du chemin de fer a été creusée de plus d'un mètre au-dessous des rails, sur une longueur de 80 mètres environ.

— On peut juger de la quantité d'eau tombée à St-Mards-Orbec, en sachant qu'aux abords des écuries de la Compagnie du chemin de fer, elle a atteint quatre mètres de hauteur. A Courtonne-la-Meurdrac, la foudre est tombée à dix ou douze endroits différents, sans qu'il en soit, toutefois, résulté d'accidents notables.

C'est à St-Paul-de-Courtonne que l'infortuné Lebourgeois a trouvé la mort. Cet homme, qui avait construit lui-même son humble habitation, n'avait pas voulu s'en éloigner. Il ne voulait même pas que sa femme et ses enfants la quittassent, et pour les en empêcher, il avait amené devant la porte un vieux bahut qui la barricadait. Mais sa femme, affolée, lui  arracha la plus jeune des enfants qu'il tenait dans ses bras, repoussa violemment le bahut et s'élança dehors, suivie de deux autres enfants. Quelques minutes après, la maison s'écroulait, étouffant l'obstiné propriétaire sous les débris que le torrent emportait au loin, ne laissant à la plaça de la maisonnette qu'un trou profond rempli de pierres et de limon.

Un nommé Rabot, qui se trouvait sur la rive gauche de la rivière et qui ne pouvait franchir le torrent, a dû passer la nuit entière monté sur un arbre, tandis que sa femme, restée dans sa maison inondée, a dû, pour n'être pas noyée, monter sur l'appui de la fenêtre et se tenir au dormant supérieur du châssis.  

 

Février 1876   -  Tempêtes et inondations.  - Depuis quelques jours tous les éléments sont déchaînés sur notre pauvre pays, il pleut constamment, la vent ne cesse de souffler en tempête, tous les cours d'eau sont débordés, la plupart des usines ont dû arrêter, de nombreux ouvriers sont sans travail. Sur la mer aucun navire n'ose se risquer, toutes les barques de pèche sont à l'ancre depuis de longs jours. Sur nos côtes, d'énormes blocs de rochers se sont détachés des falaises.

Au moment où nous mettons sous presse, les dépêches qu'on nous communique indiquent partout progression dans les crues et font craindre de nouvelles tempêtes.

Dimanche, la bourrasque a fait des ravages incalculables. A Caen, au détour des rues, il était impossible de se tenir debout, beaucoup de personnes ont été renversées.

Dans la campagne, les dégâts sont très sérieux, les pommiers sont, en majeure partie, renversés sur les coteaux exposés au sud-ouest et dans les terres humides. Sur les routes et les lignes de chemins de fer, des centaines de poteaux télégraphiques sont brisés. La quantité de toits et de cheminées enlevées est innombrable.

Lisieux, on ne compte plus les cheminées abattues et les toits ravagés. Une dame âgée a été renversée par le vent et a eu le bras fracturé, un passant a eu le visage coupé par la chute d'une tuile.

De magnifiques arbres exotiques sont renversés dans le jardin de l'Étoile. Beaucoup de pommiers du Pays-d'Auge ont été brisés ou arrachés. Des rangs entiers d'arbres exposés à l'ouest ont été couchés.

Courlonne-la-Ville, cette commune déjà si cruellement éprouvée par les inondations du mois de juillet dernier, a subi d'importants dommages. Pour une seconde fois, M. Leprovost,  grillageur, a vu son atelier rasé du sol, les vitres brisées, ses marchandises avariées.

Dans un petit vallon qui se trouve entre St-Germain-la-Campagne et Orbec, un bâtiment neuf appartenant à M. Ozanne, d'Orbec, a été littéralement coupé en deux et mis en pièces.  

 

Septembre 1878   -  Ou est l’accord parfait ?  -  Il y a eu, dimanche dernier, concours d'orphéons à Deauville. Les Sociétés chorales du Calvados qui ont été couronnées appartiennent à Bonnebosq, La Boissière et Villers-sur-Mer.

Les fanfares d'Angerville, Villers-sur-mer, Argences, Courtonne-la-Ville, Bonnebosq, la Boissière, Orival et Aunay-sur-Odon (Enfants du Bocage), ont également obtenu des récompenses. Dans la 1er division des fanfares, Pont-l'Evêque a enlevé le 1er  prix à la Philharmonique d'Honfleur, qui a dû se contenter du second. Les philharmoniques honfleurais sont furieux, leur président veut porter un défi de 10 000 fr. aux vainqueurs. A la suite de cet échec, un journal honfleurais a écrit qu'il y avait trop de pianistes dans le jury.  

 

Janvier 1879  -  Construction d’écoles.  -   Pour le Calvados, 25 constructions nouvelles dans 22 communes, dans l’arrondissement de Lisieux : Courtonne-la-Meurdrac, école des garçons ; Fumichon, école mixte ; Tortisambert, école mixte ; Grandmesnil, école mixte.  

 

Janvier 1879  -  Appropriations et réparations en 1878.  -  85 locaux, appartenant à 73 communes, ont été appropriés ou réparés dans le Calvados  -  Arrondissement de Lisieux : Marolles, école de garçons ; Lisieux, école de garçons ; Saint-Désir, école de garçons ; Saint-Germain-de-Livet, école mixte ; Saint-Jacques, école de garçons ; Mesnil-Duraud, école de filles ; Ouville, école de filles, Croissanville, école de garçons ; Saint-Julien-le-Faucon, école de garçons ; Sainte-Marie-aux-Anglais, école mixte ; Mesnil-Mauger, école mixte ; Orbec,  école de garçons ; La Chapelle-Yvon, les deux écoles ; Courtonne-la-Ville, école de garçons ; La Folletière, école mixte ; Saint-Julien-de-Mailloc, école de garçons ; Saint-Martin-de-Bienfaite, école de garçons ; Boissey, les deux écoles ; Sainte-Marguerite-de-Viette, les deux écoles ; Montviette, école mixte ; Vieux-Pont, école mixte. etc.......

 

Mai 1879   -  Fête.  -    Courtonne-la-Meudrac. - Fête des Quarante-Heures, le 23 mai, Messe en musique par la fanfare de Courtonne-la-Ville. - Jeux et divertissements variés : Course aux ânes, course en sac, collation difficile, cruches à surprises, mât de cocagne. Feu d'artifice, donné par M. le marquis de Neuville. Retraite aux flambeaux par la fanfare de Courtonne-la-Ville.  

 

Avril 1880  -  Un homme écrasé.  -  A Courtonne-la-Ville, dans un chemin creux, le sieur Paulin, domestique du meunier Bouilly, a été pris entre la roue de la voiture qu'il conduisait et le talus du chemin. La compression de la poitrine a été telle que cet homme est mort quelques instants plus tard.  

 

Mars 1890  -  Les voleurs d’église.  -   Dans la nuit de mardi à mercredi de la semaine dernière, des malfaiteurs se sont introduits dans l'église de Courtonne-la-Meurdrac. Ils sont entrés par la fenêtre de la sacristie dont ils ont descellés les quatre barreaux et brisé les vitres. Ils ont visité les armoires dans lesquelles ils n'ont rien trouvé. Dans l'église, ils ont fracturé le tronc de la Vierge dans lequel ils ont dû trouver trois ou quatre francs en monnaie. Mais ils n'ont pas découvert le tronc de la Charité dans lequel se trouvait soixante dix-huit francs.  

 

Avril 1890  -  Un incendiaire.  -  A Courtonne-la-Ville, un incendie a détruit une meule de mille bottes de foin au sieur Lesens, aubergiste à St-Paul-de-Courtonne. Le feu a été mis par un nommé Isidore Corbet, 40 ans, qui est venu mercredi se présenter à la gendarmerie de Lisieux, et a dit avoir mis le feu pour être arrêté. Il sortait de faire deux ans de prison.  

 

Août 1890  -  Immoralité et bestialité.  -   Le nommé Alphonse Béquet, journalier à Courtonne-la-Ville, qui a déjà subi une condamnation pour outrage public à la pudeur sur des poules, a été de nouveau arrêté. Au cours d'une enquête des gendarmes, il les a outragés.  (Source B-N)

 

Février 1891  -  Triste farce.  -  Lundi de la semaine dernière, vers 3 heures du soir, une femme inconnue se présentait chez les époux Amand Denis, propriétaires à Courtonne-la-Meurdrac, afin de leur annoncer la mort de leur proche parente, la dame veuve Jaume , propriétaire à Moyaux, sœur de Mme Denis. 

Les époux Denis firent asseoir la commissionnaire qui se restaura on ne peut mieux, et allèrent à Marolles avertir d'autres parents. Le mardi matin, tous arrivaient à Moyaux un peu avant huit heures. 

Ils trouvèrent la morte bien vivante. La farceuse fut dépeinte à la dame Jaume et à sa fille. Aussitôt les soupçons se portèrent sur une femme Pelcat, née Lœtitia Jardin, sans domicile fixe, mais ayant demeuré soit à Moyaux, soit au Pin. Cette femme est activement recherchée.  (Source B-N)

 

Avril 1891  -  Infanticide.  -  Le cadavre d'un nouveau-né du sexe féminin a été découvert par le sieur Eugène Delaunay, dans une petite mare située commune de Courtonne-la-Meurdrac, canton de Lisieux. Cet enfant, qui parait être né à terme et avoir vécu, porte au cou quelques traces bleuâtres de nature à faire supposer qu'il a été étranglé. Il n'a été possible de relever aucune trace ni aucun indice pouvant faire connaître l'auteur de ce crime.  (Source B-N)

 

Avril 1891  -  Association de voleuse.  -  La fille Clémentine Sauvage, 27 ans, rubanière à Courtonne-la-Ville, sa mère, Clémentine Sauvage, 54 ans, demeurant avec sa fille, et la femme Berthe Catherine, ménagère à Bernay, s'étaient associées pour exploiter la bêtise humaine.

Voici le moyen dont elles se servaient : elles faisaient voir aux personnes qu'elles voulaient duper des lettres fabriquées par elles, qu'elles disaient tenir d'un nommé Branchon, leur homme d'affaires, réclamant de l'argent pour acquitter les droits d'une succession qu'elles devaient toucher. Avec cet argent, elles ribotaient toutes ensemble, voyageaient et régalaient des amis. Chez un débitant, elles ont dépensé jusqu'à 15 et 18 fr. par jour, là encore, elles ont commis une escroquerie en se faisant remettre 10 fr. et en prenant des consommations à crédit.

Quand une personne ne voulait pas remettre l'argent ou avait des doutes sur l'authenticité des lettres, vite le lendemain une lettre de menaces d'un grand sorcier donnant le « mal fait, » la maladie aux bestiaux et la ruine pour les propriétaires.

C'est ainsi que ces coquines se sont fait donner jusqu'à 3 000 fr. par une dame Galopin, propriétaire à Courtonne-la-Ville. La fille Sauvage écrivait les lettres avec la femme Catherine et partageait la presque totalité de ses escroqueries avec elle. Pour sa défense, Clémentine Sauvage dit qu'elle a commis ces différents délits afin de guérir sa mère qui avait « un crapaud dans le ventre, » et qu'elle remettait l'argent à la femme Catherine qui, seule, connaissait le sorcier. La fille Sauvage et la femme Catherine ont été condamnées chacune à deux ans de prison, et la mère Sauvage à un an et un jour.  (Source B-N)

 

Mai 1891  -  Infanticide.  -  L'enquête ouverte à la suite de la découverte du cadavre d'un nouveau-né dans une mare, à Courtonne-la-Meurdrac, a amené l'arrestation de la coupable, une fille Léontine Pouchin, 27 ans, servante au Breuil-en-Auge. Le crime a été commis près de la demeure des parents de la fille Pouchin.  (Source B-N)

 

Mai 1891  -  Animaux volés.  -  Un cheval et une voiture ont été volés la nuit chez le sieur Dionis dit Larivière, propriétaire à Livarot, dans une écurie et remise se trouvant à environ 50 mètres de l'habitation. 

— Une vache, estimée 480 fr., a disparu, la nuit, d'un herbage appartenant au sieur Lucien Berthe, propriétaire à Courtonne-la-Ville. La porte d'entrée n'avait pas été ouverte, mais une brèche avait été faite tout auprès. 

— Dans la nuit, des malfaiteurs se sont introduits dans un herbage appartenant au sieur Lautier, cultivateur à Banneville-la-Campagne, et ont emmené une génisse estimée 400 fr. (Source B-N)

 

Janvier 1892  -  Tentative d’assassinat.  -  Vendredi soir, vers 8 heures, Mme Léon François, de Courtonne-la-Meurdrac, se dirigeait vers un bâtiment distant du bourg de 1 500 mètres environ, pour y prendre du foin, quand, à 20 mètres de ce bâtiment, elle reçut toute la décharge d'un coup de fusil, tiré par un individu caché dans le grenier, et fut atteinte grièvement au ventre et aux bras. On accourut à ses cris et on lui donna les soins nécessaires. La justice a ouvert une enquête. Les soupçons se sont portés sur le sieur Léon François, 50 ans, garde champêtre et mari de la victime, qui avait eu dans la journée une scène de jalousie avec elle. Il nie énergiquement.  (Source B-N)  

 

Février 1892  -  Arrestation.  -  Le sieur Léon François, garde champêtre à Courtonne-la-Meurdrac, accusé d'avoir tué sa femme, a été arrêté. Celle-ci va mieux. C'est en versant des larmes et en poussant des cris qu'elle a vu emmener son mari en prison.  (Source B-N)  

 

Août 1892  -  Tentative d’assassinat.  -  Léon François, âgé d'une cinquantaine d'années, était garde champêtre de Courtonne-la-Meurdrac. En 1886, il a épousé en secondes noces Marie Sauvage, âgée actuellement de 36 ans. Depuis, François avait fait la connaissance d'une veuve de 30 ans, nommée Quentin. Leurs relations étaient connues du pays, et si François n'avait pas été marié, la veuve, Quentin lui aurait donné sa main avec 45 000 fr. de valeurs qu'elle possède. 

Un soir de janvier que la dame François allait chercher du foin dans une étable, elle reçut un coup de fusil Lefaucheux qui la cribla de 57 plombs et elle ne dut son salut qu'à l'épaisseur de ses vêtements. Lefrançois fut arrêté. Il a toujours nié. La veuve Quentin a été entendue comme témoin. Elle ne semblait nullement émotionnée. Pendant la délibération du jury, elle distribuait aux témoins des bonbons qu'elle avait apportés et disait à un de ses voisins : « Il en a pour dix ans ». Elle s'est trompée, François ne subira que 7 ans de travaux forcés. (Source B.N.)  

 

Octobre 1892  -  Grave accident.  -  Lundi, à Courtonne-la-Meurdrac, cinq ouvriers du sieur Huvé, entrepreneur à Lisieux, travaillaient à la construction de la maison d'école et venaient tous les cinq de remonter sur l'échafaudage élevé à cinq mètres du sol. Une des perches se rompit, et les cinq hommes furent précipités dans le vide. Trois d'entre eux sont sans blessures. Le sieur Houel, 41 ans, demeurant 56, rue de Livarot, porte au bas d'une jambe une profonde entaille. Quant au cinquième, le sieur Rossignol, 19 ans, rue des Deux-Soeurs, son état très grave a nécessité son transport à l'hôpital.   (Source B.N.)  

 

Octobre 1892  -  Attaque nocturne.  -  Vendredi soir, le sieur Alphonse Fiodière, journalier à Courtonne-la-Meurdrac, revenait de travailler à Roques. En passant au Coin-Mauduit, il a été attaqué par quatre individus. L'un d'eux l'a frappé à la tête avec un instrument que Fiodière n'a pu reconnaître, attendu que le sang qui avait aussitôt jailli de la blessure l’avait aveuglé. (Source B.N.)  

 

Décembre 1892  -  Mort au bagne.  -  Léon-François, condamné, en août 1892, à sept ans de travaux forcés pour avoir, à Courtonne-la-Meurdrac, tenté de tuer sa femme pour en épouser une autre, est décédé à St-Martin-de-l’ile-de-Rè. (Source B.N.)  

 

Juillet 1893  -  Morceau d’étoffe révélateur.  -  La jeune Alphonsine Ferey, demeurant à Courtonne-la-Meurdrac, était servante à Marolles. Ses maîtres l'envoyaient quelquefois faire des commissions chez le sieur Félix Buchard, mercier. La jeune bonne en profitait, pendant qu'on était occupé à la servir, pour faire disparaître dans sa poche tantôt un foulard, tantôt un mouchoir, ou un flacon de parfumerie. 

Ce fut un jour un morceau d'étoffe dont elle se fit aussitôt faire une taille. La petite voleuse avait bien choisi : une camarade trouva la taille si jolie qu'elle vint demander au sieur Buchard de l'étoffe pareille à celle qu'il avait vendue à la fille Ferey. Celui-ci avait bien remarqué qu'on lui avait volé de l'étoffe, mais ne soupçonnait personne, et, comme il n'avait rien vendu à la fille Ferey, il l'a dénoncée. Celle-ci a tout avoué. (Source B.N.)  

 

Mars 1894  -  Écrasé.  -  La semaine dernière, Jean Guégan, 30 ans, terrassier, occupé à extraire du ballast à Courtonne-la-Meurdrac, était sur la voie et attendait qu'un convoi de marchandises, qui passait dans le moment, lui laissât le passage libre. Le malheureux ne voyait pas venir en sens inverse l'express de Paris. Il fut réduit en lambeaux par la machine de l'express que le mécanicien fit stopper immédiatement. On ne recueillit que des débris informes. A l'arrivée du train de Lisieux, on s'aperçut qu'une jambe était restée accrochée à un fourgon. (Source B.N.)

 

Avril 1912  -  Double assassinat.  -  Un double assassinat a été commis dans la nuit de jeudi à vendredi, au Bois de Lisieux, commune de Courtonne-la-Meurdrac.  Les victimes sont M. Houlley, 66 ans, et sa sœur Mlle Irma Houlley, 64 ans. Voici dans quelles circonstances s'est commis le drame. M. Houlley avait prêté récemment à un jeune homme du nom de de Piel, 26 ans, une somme de 400 francs pour laquelle ce dernier n'avait pas encore signé de billet. Jeudi soir, à 1O heures, il vint chez les époux Houlley, soi-disant pour le signer, mais à peine lui avait-il ouvert la porte qu’il tombait foudroyé d'un coup de feu tiré à bout portant. Mlle Houlley accourut près de son frère, Piel la tua également à bout  portant et s'enfuit. Affolée, la  femme de journée de M. Houlley se sauva chez elle se claquemura jusqu'au matin. Elle se décida à ce moment à prévenir le maire. La gendarmerie et le parquet sont arrivés dans la  journée.  La police mobile et aux trousses de Piel dont la famille est très bien considérée dans le pays.

- La police mobile a arrêté vendredi à Crevecoeur-en-Auge,, Piel, l'assassin de M. et Mlle Houlley, et l'ont ramené à Lisieux, au milieu d'une foule considérable qui, en voyant l'auto grise  de la police mobile croyait assister à la capture d'un membre de la bande Garnier, Carouy et cie.  Piel, fils d'honnêtes cultivateurs, a été interrogé par le procureur François. Il a  déclaré très énergiquement qu'il était innocent.

- Piel, l'assassin présumé de M. et Mlle Houlley, a été interrogé. Il nie toujours très énergiquement. Ont dit qu'on possède contre lui des preuves concluantes, mais d'un autre côté,  certains prétendent que c'est ailleurs qu'il faut chercher le ou les coupables. Ceux-la disent qu'un coup de théâtre est possible.  Mardi matin, les obsèques ont eu lieu en présence de nombreux amis.

 

Octobre 1915  -  Macabres repêchages.  -  A Saint-Germain-de-Montgommery, canton de Livarot, on a repêché dans une mare, près de son habitation, le cadavre de la veuve  Romain, 66 ans, disparue depuis plusieurs jours. On croit qu'elle a été victime d'un accident. 

— On a trouvé noyé dans un ruisseau le sieur Eugène Dupré, 64 ans, journalier à Courtonne-la-Ville, canton d'Orbec. On croit à un accident.  

 

Septembre 1916  -  Baptême du lait.  -   Neuf fraudeuses de lait étaient citées à comparaître à l'une des dernières audiences du tribunal de Lisieux. C'étaient Eugénie Goubin, veuve Mahérault, 52 ans, de Saint-Martin-de-Mailloc ; Azéline Chéradame, femme Perrier, 47 ans, de Notre-Dame-de-Courson ; Marie Dubosq, femme Dérouault, 43 ans ; Eugénie Huin, 49 ans, toutes deux de Courtonne-la-Meuidrac ; Clémentine Poplu, femme Lechieu, de Saint-Denis-de-Mailloc ; Marie Tatbelier, femme Bonhomme, 38 ans, de Saint-Martin-de-Bienfaite ; Eugénie Poirier, femme Martel 36 ans, de Saint-Martin-de-Mailloc ; Maria Paris, femme Héribel, 53 ans, de Saint-Martin-de-la-Lieue ; Charlotte Marie, femme Servy, 49 ans, de La Cressonnière. Elles étaient toutes accusées d'avoir écrémé le lait qu'elles livraient à la fromagerie Lanquetot. Quelques-unes l'avaient, en outre, baptisé. Les huit premières ont été  condamnées chacune à 60 fr. d'amende et à des dommages intérêts variant de 23 à 100 fr. De plus, l'affichage a été ordonné. La femme Servy a été relaxée. Puisque l'écrémage du lait est interdit, ce qui est juste, ne serait-il pas tout aussi juste d'interdire l'écrémage des fromages ou tout au moins d'obliger les fabricants à indiquer la proportion de crème que  contiennent leurs produits ?

 

Mars 1917  -  La fin des maux.  -  Mme Lefèvre, 80 ans, vivant seule à Courtonne-la-Meurdrac, près Lisieux, donnait, depuis quelques temps, des signes de dérangements cérébraux. Ses cousins, les époux Cussy, propriétaires à Ruqueville, la recueillirent. Une nuit, elle se leva et alla se jeter dans un puits où on retrouva son cadavre le lendemain.

 

Juin 1925  -  Bonne chasse.  -  Au cours d'une battue organisée par M. Louis Bétheaume et M. le Maire de Courtonne, un solitaire pesant 123 kilos a été abattu par M. Alphonse Lelièvre, de Saint-Denis-de-Mailloc.

 

Juillet 1927  -  Au feu !  -  En absence des époux Keirschieter, une incendie provoqué par un défaut dans la construction une cheminée a en partie détruit leur ferme, à Courtonne-la-Meudrac. Malgré les efforts des voisins et des pompiers, le mobilier n'a pu être sauvé. Les dégâts, assurés, s'élèvent à 32.000 francs.

 

Juin 1928  -  Une grave affaire.  -  Dans la nuit de dimanche à lundi, M. Joseph Bizot, agent visiteur de service à la gare de Courtonne-la-Meurdrac, canton de Lisieux, constatait  qu'un rail de 12 mètres avait été déboulonné et décoincé sur la ligne Paris-Cherbourg, dans une courbe assez prononcée.

Une clé à boulons et un portefeuille contenant des papiers au nom de Prosper Beudin, cantonnier à l'essai de la gare de Courtonne-la-Meurdrac, ayant été trouvés sur les lieux du  sabotage, ce dernier était aussitôt interrogé par M. Priet, juge d'instruction de Lisieux. Beudin commença par déclarer qu'il avait égaré son portefeuille depuis plusieurs jours mais, pressé de questions, il finissait par avouer que, le  samedi 9 juin, en rentrant chez lui après avoir absorbé plusieurs tasses de café à l'eau-de-vie, l'idée lui était venue de dévisser un rail : « J'ai agi inconsciemment bien que je reconnaisse que mon acte pouvait déterminer un accident grave ».

En effet, le misérable avait choisi l'endroit ou la voie se trouve à flanc de coteau sur un talus de 10 mètres de haut. C'est miracle qu'un terrible déraillement n'ait pas été provoqué par ce geste criminel, une vingtaine de trains étant passés ainsi, durant toute la journée de dimanche, sur le rail déboulonné.

Le coupable, né à Niort-Lafontaine (Mayenne), a 22 ans et appartient au réseau depuis le 2 janvier. C'est un employé médiocre, qui avait déjà encouru plusieurs observations et punitions. Il aura à répondre de son acte devant les Assises où il faut espérer que son acte abominable lui vaudra une punition exemplaire.  

 

Février 1932   -   Horrible fin d'une fillette.  -  Un soir, vers 17 h., M. Edmond Larue, 55 ans, ouvrier agricole à Courtonne-la-Meurdrac, village de La Leseraie, père de six enfants dont l'aîné a 10 ans, quittait son domicile avec sa femme pour aller chercher du bois. A leur départ, les époux avaient laissé cinq de leurs enfants se chauffant devant l'âtre, comme de coutume. Un quart d'heure après, ils entendirent des cris « Au feu ! »  Ils accoururent dans le logement,  une voisine, Mme Delamare, qui avait couché la petite Suzanne, 6 ans, et l'avait enveloppée dans un manteau. La pauvre  enfant était grièvement brûlée. Après une nuit d'horribles souffrances, la pauvre petite expirait des suites de ses brûlures. L'enquête de la gendarmerie devait établir qu'en l'absence des parents, un des enfants, le petit Marcel, 3 ans, avait pris un tison dans le foyer avec des pincettes, et avait mis le feu à la robe en pilou de sa sœur Suzanne. Aux cris des enfants, Mme Delamare était accourue, et avait aperçu la petite Suzanne à la fenêtre, les vêtements complètement en flammes. Mais c'est en vain qu'elle devait lui prodiguer des soins dévoués.

Janvier 1940  -  Une fillette de six ans succombe à de graves brûlures.  -  M. Edmond Larue, 65 ans, ouvrier agricole, demeurant au village de la Lescraie, à Courtonne-la-Meurdrac, père de six enfants, dont l'aîné à dix ans, quittait son domicile vers 17 heures, avec sa femme, pour aller chercher du bois. A leur départ, ils avaient laissé cinq de leurs enfants se
chauffant devant l'âtre, comme de coutume. Étant trop pauvre, le ménage n'a pu encore acheter d'appareil de chauffage.
Après un quart d'heure environ d'absence, M. Larue étant sur le chemin du retour entendit une fillette lui crier « Au feu ». Il accourut immédiatement avec sa femme et trouvèrent déjà dans le logement une voisine, Mme Delamare, qui avait couché la petite Suzanne, agée de six ans, sur la table de cuisine et l'avait enveloppée dans un manteau. La pauvre enfant était grièvement brûlée.
Les parents lui portèrent secours immédiatement et la couchèrent mais commirent l'imprudence de ne pas appeler le médecin. Vers six heures du matin, la fillette se trouvait plus mal, une demi-heure après, elle décédait des suites de ses blessures.
Alertée, la gendarmerie de l'Hôtellerie ouvrit une enquête. C'est ainsi que par la voisine, Mme Delamare, ils apprirent que se trouvant chez elle, elle avait entendu la petite Henriette appeler au secours et qu'elle était accourue. Elle avait alors aperçu la petite Suzanne à la fenêtre de l'habitation, les vêtements complètement en flammes.  
D'autre part, les gendarmes ont pu apprendre par le petit Louis, â de neuf ans que son jeune frère Marcel, âgé de trois ans avait pris un tison dans le foyer avec des pincettes et avait mis le feu à la robe de sa sœur, robe qui par malheur, était en pilou. Un médecin de Lisieux appelé, ne put que constater le décès. L'enquête continue.  

 

Mars 1940  -  Au feu.  -  Un violent feu de cheminée s'est déclaré au domicile de M. Charles Deschamps, cultivateur à Courtonne-la-Meurdrac.
Les pompiers de Lisieux alertés se sont rendus sur les lieux. Grâce à leur prompte intervention, l'incendie a été rapidement éteint et les dégâts qui auraient pu être très graves ont été très légers.

 

Mai 1940   -   Un château est dévalisé.   -   Mme Clotilde Seyrig, 59 ans, propriétaire, demeurant au château de Gouvix, à Courtonne-la-Meurdrac, quittait le 1er Janvier dernier son château, pour regagner Paris. Elle revint pour ques et c'est lors de son second départ qu'elle s'aperçut, en faisant ses malles, que divers vêtements, se trouvant dans une commode, avaient disparu, en particulier plusieurs écharpes. Elle continua ses recherches et s'aperçut que trois serrures de tiroirs avaient été arrachées. Dans une autre chambre, on lui avait volé, dans un placard, un chandail. Enfin, dans le vaisselier de la salle à manger, les cambrioleurs avaient dérobé des couteaux, des cuillères, etc.
Mme Seyrig, qui subit un préjudice de 1.200 francs environ, a porté plainte à la gendarmerie de l'Hôtellerie, et une enquête fut ouverte. Plusieurs personnes ont été interrogées sans résultat et les recherches continuent.  

 

Janvier 1942   -   Tickets de sucre.   -   Les tickets spéciaux de sucre de 50 gr. du 4e trimestre 1941 (titre C. 185) ont leur validité prorogée jusqu'à nouvel ordre, et seront employés pour les régimes concurremment avec les nouveaux tickets de 500 gr. du Premier trimestre 1942 (titre C. 205).

 

Janvier 1942   -   Les tickets de charcuterie.   -   Le Préfet a arrêté que les tickets BA et BB de la feuille de viande du mois de janvier 1942 auront chacune une valeur de 90 gr. Ils seront utilisés en principe pour la charcuterie.

Les tickets-lettres, BC, BD et BE de cette même feuille sont provisoirement sans valeur.

 

Août 1942   -   Un accident.   -  Prés de Lisieux, sur le territoire de la commune de Courtonne-le-Meurdrac, un requis à la garde des voies ferrées, M. André Castel, 22 ans, célibataire, demeurant à Hermival-les-Vaux, a été trouvé vers 2 h. du matin, mort sur le ballast, le bras droit fracturé et portant au visage une profonde blessure.

On croit qu'entendant soudain un convoi arriver derrière lui, le malheureux se retourna, mais, qu'à ce moment précis, il trébucha et fut happé par un marchepied qui le traina sur une distance de 11 mètres.

COURTONNE-LA-MEUDRAC (Calvados). -  Poste et Télégraphe.

Commentaires et informations : Facebook - @