CRICQUEBŒUF

Canton de Honfleur 

Les habitants de la commune de Cricquebœuf sont des Cricqueboeuviens, Cricqueboeuviennes.


Juillet 1877   -  Vacances.  -  Les vacances des lycées sont fixées au 6 août ; celles des écoles primaires commenceront le mardi 31 juillet et se termineront le dimanche 2 septembre.

 

Juillet 1877   -  Les loups.  -  Nous rappelons que l'État accorde des primes à ceux qui détruisent les animaux nuisibles. Il est donné : 80 fr. pour un loup ou une louve ; 40 fr. pour un louveteau ; 100 fr. pour une louve pleine, et 200 f. pour un loup ou une louve ayant attaqué l'homme. 

 

Juillet 1877   -  Les restes d’un naufragé.  -  Le 25 juillet, la mer a rejeté sur la plage de la commune de Criquebeuf, les deux jambes d'un corps humain. Ces deux jambes étaient chaussées de fortes bottes de marin presque neuves en cuir brun-jaune quadriller montant jusqu'au genoux, portant sur la semelle deux L, de bas en laine bleu-violet et d’un caleçon en laine tricotée à côtes de même couleur que les bas. Ces membres n'étaient plus que des ossements dépouillés des chairs qui s'en étaient détachées par suite de leur long séjour dans l'eau, pouvant remonter à plusieurs mois. Il est à supposer que ce sont les restes de l'un des naufragés, pendant la tempête du 20 février.

 

Avril 1878   -  Les drame de la mer.  -  La semaine dernière, un ouragan épouvantable s'est déchaîné sur les cotes et a fait chavirer un grand nombre de barques : le chiffre des victimes connu dépasse déjà 300.

 

Juin 1878   -  Les victimes de la mer.  -  Dimanche matin, la plate « St-Joseph » n° 135, a chassé sur son ancre par suite de la grosse mer et d'un veut très violent, et est allé faire côte sous Criqueboeuf. Une lame ayant enlevé un matelot et le mousse, le patron du bateau, le nommé Germain, s'est jeté courageusement à la mer et a pu réussir à sauver son mousse, le matelot a pu gagner seul la plage. Le lendemain, la mer étant moins grosse, le bateau a été renfloué et est entré à Honfleur, mais il a de très grosses avaries, perte d'agrès, mâts cassés et coque fortement endommagée. Cet accident est un véritable désastre pour le sieur Germain, qui n'avait que son bateau pour vivre. 

Lundi, l'après-midi, un malheur est arrivé à bord d'un crevettier de Honfleur, « Victorine-Emilienne », patron Friard. Amand Victor Friard, 19 ans, a été, en virant de bord, sous Vasouy, jeté à la mer par la grande écoute. Ce jeune homme, ne sachant pas nager, a coulé immédiatement, et son frère désolé n'a pu lui porter secours.  

 

Mai 1879   -  Découverte d’un cadavre.  -  On a trouvé sur le bord de la mer, à Cricquebœuf, canton d'Honfleur, le cadavre d'un individu paraissant âgé de 55 à 60 ans, et dont le signalement suit : taille, 1 m. 65, forte corpulence, gras, cheveux gris, sourcils châtains grisonnants, nez bien fait, bouche moyenne, menton petit et rond, moustache coupée en brosse, figure ronde et pleine. On a trouvé sur ce cadavre, qui ne porte aucune trace de contusion, un billet ainsi conçu : « Havre, 11 avril 1879, 11 heures du soir. Ma femme m'a perdu mon honneur et est cause de mes malheurs, elle me pousse au crime et au suicide. » 

On nous assure que le curé de Villerville aurait refusé d'enterrer ce malheureux, et que ce dernier devoir lui a été rendu par l'adjoint de la commune, ceint de son écharpe, et accompagné d'ouvriers.  

 

Juin 1881  -  Sinistres maritimes.  -  Plusieurs sinistres sont signalés sur nos côtes de Normandie. Pendant deux jours, les vents ont soufflé de l'ouest avec une grande violence, beaucoup de pêcheurs, surpris au large par des grains d'orage, ont fait des avaries, quelques-uns n'ont pu regagner leur port et se sont trouvés en perdition.

 

Juin 1881  -  Boulet égaré.  -  Dernièrement, pendant les exercices de tir de l'artillerie, au Havre, un boulet a traversé la Seine et est venu tomber à Cricquebœuf, dans un champ en herbe, appartenant au sieur Fortin. Il n'y avait heureusement personne dans la pièce et il n'y a eu aucun accident. Ce boulet avait parcouru plus de dix kilomètres.  

 

Février 1884  -  Un homme brûlé vif.    Dans la nuit de dimanche à lundi, un nommé Letellier, âgé de 32 ans, employé à la fabrique à chaux de M. Barré, à Criquebœuf, venait de quitter son frère, sans doute comme il faisait froid, ce malheureux se sera couché près de l'orifice du four, et ses vêtements prirent feu. On l'entendit appeler au secours en prenant la fuite, ce qui activa encore les flammes. A ses cris, le contre-maître se leva aussitôt et. aidé de plusieurs personnes, il parvint à éteindre les flammes qui entouraient Letellier. Tous les soins lui furent prodigués, mais ce fut en vain, car deux heures après, le malheureux rendait le dernier soupir dans d'atroces souffrances.  

Février 1884  -  Accidents de chasse.    Dimanche, à Criqueboeuf, le nommé Ferdinand David sautait un fossé avec son fusil. Les deux coups sont partis et lui ont brisé la hanche. Il est  mort le lendemain.

 

Juillet 1891  -  Orages.  -  Pendant qu'une pluie diluvienne tombait sur notre région, la grêle faisait d'irréparables dégâts du côté de Rouen et dans le Midi.

 

Juillet 1891  -  Noyé.  -  Le corps d'un noyé a été trouvé l'autre dimanche, à Criquebœuf, sur la grève. L'identité du défunt n'a pas tardé à être établie, grâce à un livret militaire qui a été trouvé dans ses vêtements. C'est un nommé Albert Bellet, âgé de 43 ans, ouvrier tisserand, demeurant à St-Antoine-la-Forêt.

 

Octobre 1893  -  Une baleine.  -  Samedi, une baleine encore vivante, est venue s’échouée à Cricquebeuf, près Villerville. De la tête à la queue elle ne mesure pas moins de 10 mètres 50, sa hauteur au milieu du corps est de 1 mètre 65.(hauteur moyenne de l'homme), entre les deux extrémités de la queue, elle a une envergure de 2 mètres 30, enfin la gueule présente une ouverture de 2 mètres. (Source B.N.)

 

Janvier 1901  -  Démission.  -  M. Grainville ayant donné sa démission des fonctions d'adjoint et de conseiller municipal de Criqueboeuf, M. Le préfet a, par un arrêté du 25 janvier courant convoqué les électeurs de cette commune pour le dimanche 17 février, à l'effet de compléter le conseil municipal.

 

Septembre 1926  -  Les travaux sur le littoral.  -  M. le Maire de Villers-sur-Mer demande la réfection et l'élargissement du chemin de grande communication, n° 34, longeant la plage de Villers-sur-Mer. Pareille demande est faite par le Syndicat d'initiative de Villerville-Cricqueboeuf, pour la partie du chemin de grande communication n° 34, dans la traversée de ces deux communes. |La même demande est présentée dans un vœu émis parle Conseil d'arrondissement de Pont-l'Evêque, concernant le même chemin entre Trouville et Honfleur : A ce dernier vœu, le service vicinal a fait la réponse-suivante : « L'élargissement du chemin de grande, communication n° 34, entre Trouville et Honfleur, dans les parties étroites, entraîne une dépense et détruirait certaines plantations qui font le charme de cette voie côtière. La solution envisagée serait très onéreuse pour les finances départementales et communales et elle pourrait être évitée en réglementant la circulation des gros véhicules sur cette section de chemin. L'Administration se propose, l'année prochaine, de réglementer la circulation en sens unique des poids lourds, autocars et en général des véhicules de grand gabarit, pendant les 3 mois de la saison balnéaire.

 

Octobre 1929  -  L'heure d'hiver.  -   Conformément à la loi du 24 mai 1923, c'est dans la nuit du samedi 5 au dimanche 6 octobre que l'heure d'été fera place à l'heure d'hiver, c'est à dire que les pendules devront être retardées de 60 minutes.

 

Novembre 1929  -  Le téléphone dans le Calvados.  -  Grâce au crédit de trois millions alloué comme crédit est avancé par le Conseil général du Calvados, le réseau téléphonique calvadosien s'étend avec une heureuse régularité. Ces temps derniers, 10 communes ont été pourvues de cabines téléphoniques. Cela à porté à 348 ou à 45 % le nombre des communes calvadosiennes pourvues du téléphone.

Parmi celles -ci, nous relevons la commune de Courson, vingt autres communes vont être prochainement pourvues. Pour l'ensemble du Calvados, nombre d'abonnés, qui était de 3408 en 1927, est passé à 5904 en 1928 et à 6463 en 1929.

 

Décembre 1929  -  L'état des cultures.  -  L'état des cultures est le suivant dans le Calvados, d'après le Journal Officiel : 

Les semailles sont presque terminées. Les blés et avoines d'hiver ont une levée régulière et une bonne végétation. Ces cultures ont à souffrir en divers points des dépréciations des corbeaux. Par suite de la douceur de la température, l'herbe continue à pousser dans les prairies. Les bas-fonds commencent à être submergés par suite de l'abondance des pluies.

4.  -  CRICQUEBOEUF.  -  Le Portail de L'Église surmonté de ses trois Saints et le Carrefour.

CRICQUEBŒUF (Calvados).  -  L'Église

109   ENVIRONS DE TROUVILLE   -  L'Église de Criqueboeuf.  -  LL.

138  Église de Criqueboeuf (Calvados)

18   Cricqueboeuf  -  Le Carrefour

CRICQUEBŒUF (Calvados)

Commentaires et informations  Facebook @